samedi, novembre 26, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMaryam Radjavi: Khamenei tente en vain de faire chanter la communauté internationale...

Maryam Radjavi: Khamenei tente en vain de faire chanter la communauté internationale et d’endiguer le mécontentement social explosif et les conflits internes fatals

Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a qualifié les déclarations belliqueuses faites par le Guide suprême du régime iranien Khamenei dans la prière du vendredi de Téhéran, et son insistance pour développer l’arme nucléaire, comme un recours au chantage pour empêcher la fermeté de la communauté internationale vis-à-vis de son programme nucléaire. Khamenei a cyniquement déclaré que les sanctions sont bénéfiques pour le régime des mollahs en disant : « plus ils nous  imposent des sanctions… plus ceci est à notre avantage … Ces sanctions visent à augmenter la pression sur l’Iran pour son programme nucléaire et d’autres questions … L’Iran ne renoncera pas. Ils devraient savoir que plus ils nous menacent, plus ils vont perdre « . « Au moment opportun, quand il sera nécessaire, nous allons répondre aux menaces de guerre et de sanctions pétrolières ».

Le discours de Khamenei a également été une vaine tentative pour contenir l’état explosif de mécontentement social et à couvrir les conflits internes fatales aux plus hauts niveaux de son régime à la veille des élections législatives en mars prochain. Il a affirmé qu’il y a un groupe à l’intérieur du régime qui veut «utiliser tous les moyens pour démontrer qu’il existe une crise en Iran ».
Khamenei a demandé aux responsables du régime à « maintenir la vigilance quant à la sécurité et  face aux complots de l’ennemi contre les élections ». Il a averti la faction rivale que dans le cas de «ne pas avoir assez de voix » dans les élections, ils ne devraient pas protester et « faire des gestes qui profiteraient à l’ennemi. » Dans une menace flagrante à tous les candidats rivaux il a averti qu’ils doivent « se rendre » à la volonté du Conseil des gardiens de la Constitution et «suivre» ses directives.
Mme Radjavi a rappelé que les menaces de lancer une guerre dans la région, contrer militairement les sanctions pétrolières, et attaquer les pays arabes, ainsi que les affirmations sur les « avantages » des sanctions internationales constituent une vaine tentative de cacher les faiblesses d’un régime chancelant qui trouve de plus en plus la répression interne, l’exportation du terrorisme et de l’acquisition d’armes nucléaires en tant que seul moyen pour assurer sa survie.

Mme Radjavi a ajouté que les luttes intestines au plus haut niveau du régime, l’augmentation du nombre de transfuges parmi les rangs des Gardiens de la Révolution et d’autres institutions étatiques, l’effondrement de l’économie, la baisse sans précédente de taux de change officiels, et l’isolement international , ont placé Khamenei dans une situation critique inédite. La perspective de la chute du dictateur syrien et des changements dans l’équilibre des forces dans la région à l’encontre du régime des mollahs ont paniqué Khamenei à un point que, pendant son long discours en arabe, il n’a pas osé se référer à la Syrie, même pour une seule fois.
Les déclarations des ténors du fascisme religieux ce 3 février  révèlent que ce régime est confronté à une impasse et plus que jamais en grand besoin de se replier sur lui-même lors des mascarades électorales, en poursuivant son programme nucléaire et son aventurisme international.
Le régime en proie à une crise a augmenté son budget militaire de 127 pour cent, et consacré au moins 40 pour cent du budget de l’an prochain aux affaires militaires. Par ailleurs, il a intensifié les exécutions, les arrestations et les complots et diverses pressions contre les résidents d’Achraf.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 4 février 2012

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe