jeudi, février 2, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLors de sa première venue à Genève, Maryam Radjavi se rend au...

Lors de sa première venue à Genève, Maryam Radjavi se rend au sit-in de soutien à Achraf devant l’ONU

Appel au Haut Commissaire des droits de l’homme et au Haut commissaire pour les Réfugiés à garantir la protection d’Achraf

CNRI – Dans l’après-midi du lundi 8 aout, Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, s’est rendue au sit-in des Iraniens pour la défense d’Achraf, face au siège européen de l’ONU à Genève, pour le 110e jour du mouvement.

Il existe une polémique sur Achraf, leur a-t-elle dit, mais le cœur de la dispute porte principalement sur la liberté du peuple iranien et sur son droit de renverser le régime du guide suprême. Les tyrans au pouvoir veulent anéantir et démanteler Achraf. Et c’est pour vous le plus grand honneur que d’anéantir et de démanteler le régime du guide suprême. Il ne fait aucun doute que vous gagnerez, parce que vous êtes dans votre droit, parce que vous vous êtes insurgés pour une cause juste et parce que vous êtes prêt à payer le prix de votre lutte et que vous le payez.

Mme Radjavi a ajouté : Vous demandez une protection internationale pour les habitants d’Achraf, la réaffirmation de leur statut collectif de réfugiés, l’installation d’une équipe d’observateurs de l’ONU à Achraf et une enquête impartiale sur le massacre du 8 avril. Et de toutes nos forces et par tous les moyens, nous portons cette demande qui est celle de la plupart des gens en Iran à tous les canaux politiques et diplomatiques.

Rappelant la responsabilité du gouvernement américain et celle des instances de l’ONU concernant la protection des Achrafiens, Mme Radjavi a souligné leur statut de réfugiés politiques et de personnes protégées en vertu de la 4e convention de Genève. Elle a appelé le gouvernement suisse qui est chargé de protéger les conventions de Genève de remplir sa responsabilité vis-à-vis d’Achraf.

En quatre mois des centaines d’Iraniens dans leur sit-in ont demandé à l’ONU, à ses organes et en particulier à Mme Navi Pillay, la Haut Commissaire aux droits de l’homme, la présence d’une équipe d’observateurs de l’ONU pour garantir la protection des Achrafiens. Tout retard dans l’intervention de l’ONU et de ses organes pour garantir la protection d’Achraf conduira à une immense catastrophe.

Des parlementaires fédéraux suisses et des personnalités politiques genevoises, comme Jean-Charles Rielle, Eric Voruz, Jacques Neirynck, Marc Falquet, Nils de Dardel, Alice Glauser-Zufferey, Christiane Perregaux et Denise Kessler-Nicolet, ont accompagné Mme Radjavi dans cette visite.

Tout en appelant les organes concernés de l’ONU à agir de manière urgente pour garantir la protection d’Achraf, les personnalités suisses ont appelé leur gouvernement à soutenir le plan du parlement européen pour le transfert des Achrafiens vers des pays tiers. Ils l’ont également exhorté à prendre les mesures nécessaires pour aider les blessés de l’attaque du 8 avril à Achraf et de garantir les droits des résidents en tant que réfugiés.

Les participants au sit-in avaient décoré la place des Nations face à l’Onu de grands drapeaux iraniens et d’autres frappés du symbole d’Achraf.  Cette visite qui a duré plusieurs heures a donné lieu à plusieurs actions et mises en scène dans la rue, ainsi qu’à une exposition de photos sur l’attaque contre Achraf.

Le camp d’Achraf en Irak, abrite 3400 membres de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, tous bénéficiant du statut de « personne protégée » en vertu de la 4e convention de Genève. A la suite du massacre du 8 avril commis par l’armée irakienne qui a conduit à la mort de 36 habitants et en a blessé 350 autres, le gouvernement irakien, à la demande de Téhéran a annoncé que le camp serait fermé avant la fin de l’année 2011, et il prépare le terrain à un massacre.

Les demandes de délégations du Parlement européen et du Congrès américains de visiter le camp, ont été rejetées par le Premier ministre Maliki. La justice espagnole en juillet a accepté une plainte sur le massacre des Achrafiens et a cité à comparaître le chef des forces terrestres irakiennes ainsi que deux autres officiers à cet égard. Nouri Maliki sera aussi cité à comparaître dès la fin de son mandat ministériel.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 8 août 2011

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe