lundi, mai 20, 2024
AccueilCommuniqués CNRILes propos de Rohani, dans un appel au Président français, reflète son...

Les propos de Rohani, dans un appel au Président français, reflète son affolement face soulèvement populaire et la popularité de l’OMPI

Soulèvement en Iran – communiqué No. 28

Citant « la télévision d’Etat » iranien, l’AFP a rapporté, dans une dépêche, que faisant une claire allusion aux Moudjahidine du peuple d’Iran, Rohani a déclaré au président Macron : « Nous critiquons le fait qu’un groupe terroriste ait une base en France et agisse contre le peuple iranien et encourage la violence. Nous attendons du gouvernement français qu’il agisse contre ce groupuscule terroriste ».

Ces propos reflètent avant tout l’affolement du régime des mollahs face à l’étendu du soulèvement contre la dictature religieuse et face à la popularité grandissante de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) et de la Résistance iranienne. Rohani accuse l’OMPI de violence, alors que l’Union européenne, ses pays membres, ainsi que les Etats-Unis, critiquent sévèrement le régime iranien pour la répression des manifestations et pour avoir tué et blessé gravement de nombreuses personnes. Jusqu’à ce jour, on dénombre des dizaines de manifestants sans défense tués par les gardiens de la révolution et des milliers d’autres arrêtés.

Selon le communiqué du service de presse de la Présidence de la République française, cet appel « prévu avant les manifestations déclenchées en Iran » ces derniers jours « a permis au Président de la République de faire part de sa préoccupation face au nombre de victimes liées aux manifestations » et d’encourager Rohani « à la retenue et l’apaisement » et rappeler que « les libertés fondamentales, notamment les libertés d’expression et de manifestation, doivent être respectées ».

Or, Rohani et le régime des mollahs ont préféré censurer les propos du Président français. Rohani a tenté, avec maladresse, d’instrumentaliser le contact du Président français, et de se redorer le blason, alors qu’il se trouve dans une situation critique et alors que sonnent le glas pour son régime.

Aujourd’hui la représentante des Etats-Unis aux Nations-Unis a appelé à une cession du Conseil de sécurité afin de se pencher sur la répression du soulèvement du peuple iranien. Cela fait des années que la Résistance iranienne demande que les crimes contre l’humanité commis par le régime des mollahs, en particulier le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988, soient examinés.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 2 janvier 2018