lundi, décembre 5, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLes forces irakiennes renvoient un camion de carburant destiné à Achraf après...

Les forces irakiennes renvoient un camion de carburant destiné à Achraf après 14 jours d’attente

AchrafCNRI – Dans la soirée du jeudi 11 mars, les forces irakiennes ont renvoyé un camion citerne de carburant qui attendait depuis deux semaines d’entrer à Achraf. Le comité irakien responsable de la répression d’Achraf lui a refusé l’autorisation d’entrer après l’avoir immobilisé sur un parking devant le camp. Plusieurs véhicules transportant des équipements et du ravitaillement ont également été renvoyés en même temps après deux semaines d’attente. Cela fait 14 jours que les forces irakiennes mettent des obstacles et des délais à la livraison du carburant et de l’approvisionnement aux résidents d’Achraf, que ces derniers se procurent avec beaucoup de difficultés et payent de leurs propres deniers.

Voilà près de six mois que dans le cadre des pressions sur les résidents, le comité de répression d’Achraf s’oppose à l’entrée de carburant dans le camp. Durant cette période seul le carburant nécessaire à 20 jours a pu être livré. Ce qui a créé de nombreux problèmes et difficultés aux résidents durant la période hivernale très froide.

Depuis 2003, selon les quotas de carburants accordés aux citoyens irakiens, les résidents d’Achraf achetaient chaque mois leur part de carburant et de dérivés pétroliers au ministère du Pétrole irakien. Depuis 2006, cette quote-part a été coupée, et les résidents doivent en acheter à des prix bien plus élevés au marché libre ou à l’étranger. Mais depuis octobre 2009, toutes les livraisons de carburants à Achraf ont été bloquées.

Ces pressions sont des violations flagrantes du droit humanitaire international, des lois internationales régissant les droits de l’homme et des conventions de Genève en particulier de l’article 3 commun. Les responsables du blocus cruel d’Achraf sont passibles de poursuites en justice pour ces violations.

La justice espagnole poursuit un certain nombre d’autorités irakiennes pour avoir violé la 4e convention de Genève qui octroie la protection aux résidents d’Achraf et pour les meurtres commis les 28 et 29 juillet 2009 dans le camp, les accusant de crimes contre l’humanité. Un dossier judiciaire a été ouvert en ce sens.

La Résistance iranienne appelle le Secrétaire général de l’ONU, son représentant spécial en Irak, le Conseil de sécurité, le Haut commissaire aux droits de l’homme, et la MANUI, à prendre des mesures urgentes pour lever le blocus inhumain d’Achraf, en particulier l’interdiction de livrer du carburant.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 12 mars 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe