lundi, novembre 28, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLes forces de Maliki empêchent l’hospitalisation urgente d’un Achrafien

Les forces de Maliki empêchent l’hospitalisation urgente d’un Achrafien

CNRI – Les forces répressives irakiennes sous le commandement de Nouri al-Maliki empêchent l’hospitalisation d’un Achrafien gravement malade, Kazem Nematollahi qui souffrent d’insuffisance rénale des deux reins et qui nécessite une dialyse urgente, sa vie étant gravement en danger.

Après que le patient et les représentants d’Achraf se soient présentés à de multiples reprises à la clinique d’Achraf qui est occupée par les forces armées irakiennes, il devait être transféré à Bagdad le 3 mars pour y être opéré. Cependant, Omar Khalid, le directeur de la clinique a annulé le déplacement à la dernière minute. 

Déjà le 17 janvier 2010, un médecin irakien lui avait prescrit une série d’examen qui n’avait pu être faits à cause d’obstacles similaires. Lors d’une autre consultation le 25 janvier 2010, un médecin irakien avait diagnostiqué que ses reins allaient cesser de fonctionner à cause des retards mis dans son traitement. Le médecin avait prescrit une dialyse urgente. Néanmoins, rien n’a encore été fait, et son état de santé se dégrade de jour en jour. Depuis novembre 2010, ses rendez-vous médicaux à Bagdad ont été annulé à quatre reprises par les agents irakiens, et dans deux cas où il a réussi à se rendre à l’hôpital, il n’a rien pu y faire.

Depuis la fondation du camp d’Achraf en 1986 jusqu’à ce que sa protection soit transférée aux forces irakiennes, les problèmes médicaux des Achrafiens étaient traités à leurs propres frais et par des relations directes avec des centres médicaux irakiens. Mais depuis le début de 2009, un blocus médial inhumain a été imposé contre Achraf qui a causé la mort de deux patients en phase terminale en décembre 2010.

Tout en rappelant que les restrictions médicales systématiques sont de clairs exemples de crimes contre l’humanité dont les auteurs sont passibles de poursuites et de châtiments, la Résistance iranienne appelle le Secrétaire général de l’ONU et son représentant spécial en Irak ainsi que l’ambassadeur américain en Irak et le commandant des forces américaines en Irak à faire cesser ce blocus inhumain et à sauver la vie des malades graves. Les résidents d’Achraf doivent avoir un accès libre aux soins médicaux.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 4 mars 2011 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe