vendredi, janvier 27, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLes forces de Maliki empêchent l'hospitalisation d'une Achrafienne atteinte d'un cancer

Les forces de Maliki empêchent l’hospitalisation d’une Achrafienne atteinte d’un cancer

Elham FardipourCNRI – Dans une mesure inhumaine, les forces irakiennes aux ordres de Maliki ont empêché une fois de plus le transfert à l’hôpital de Mme Elham Fardipour, âgée de 44 ans, qui souffre d’un cancer de la thyroïde.

Selon son docteur traitant, elle devait être hospitalisée pour suivre une thérapie à l’iode pendant trois jours à compter du 9 novembre. Les forces irakiennes et le responsable de la clinique d’Achraf avaient accepté son transfert avec une résidente d’Achraf qui devait lui servir de traductrice et d’infirmière. Cependant, lundi 8 novembre au matin, le directeur de la clinique d’Achraf, Omar Khalid Tamimi, a informé la patiente qu’elle devait se rendre à l’hôpital seule, accompagnée de soldats irakiens. Or il s’agit des soldats qui sont impliqués dans le meurtre d’Achrafiens et dans le blocus du camp.

Il est parfaitement clair que pour une malade gravement atteinte et sous chimiothérapie de telles restrictions sont totalement inacceptables. Dans ces circonstances, elle a été obligée d’annuler son rendez-vous.

Omar Khalid, qui créé des obstacles à l’accès des malades d’Achraf aux soins médicaux, applique en fait les mesures répressives de Nouri Maliki et du comité des services du premier ministre chargé de la répression d’Achraf. Bien qu’agissant en tant que médecin, il sert en fait les objectifs de la dictature religieuse au pouvoir en Iran.

Dans une lettre datée du 2 aout expliquant ses difficultés à M. Ad Merkelt, le représentant en Irak du Secrétaire général de l’ONU, Mme Fardipour écrivait : « Pour me faire peur et me faire taire quand je protestais, Omar Khalid a appelé le chef de la police et alors un groupe de 12 hommes armés est entré à la clinique. J’ai donc été obligée de ne pas aller à l’hôpital (…) Où dans le monde des hommes armés entrent-ils dans els hôpitaux pour intimider des malades ? Les malades à Achraf n’ont aucune sécurité et personne ne rend de compte à ce sujet. »

Dans des cas innombrables, les forces de Maliki et Omar Tamimi ont refusé l’accès aux soins à des patients en phase terminale. Ces mesures ont conduit à l’aggravation de leur état et rendu les traitements impossibles.

Ces mesures, qui s’inscrivent dans un plan pour torturer et tuer les Achrafiens, relèvent du crime contre l’humanité et sont passibles de poursuites devant une cour de justice internationale. La Résistance iranienne appelle le Secrétaire général de l’ONU, son représentant spécial en Irak, la MANUI, le gouvernement américains et ses forces en Irak à prendre des mesures immédiates pour mettre fin au blocus de près de deux ans d’Achraf et assurer un accès libre et sans condition des habitants aux soins médicaux.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 10 novembre 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe