vendredi, janvier 27, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceLes détenus politiques iraniens appellent à participer au Grand Rassemblement des Iraniens...

Les détenus politiques iraniens appellent à participer au Grand Rassemblement des Iraniens à Villepinte

Grand Rassemblement des Iraniens – n°2

Prenant de grands risques qui suscitent l’admiration, les prisonniers politiques de diverses prisons d’Iran ont rédigé des messages en solidarité avec le Grand Rassemblement du 1er juillet des Iraniens qui sera organisé à Villepinte au nord de Paris. Dans ces messages rendus publics, ils ont appelé leurs compatriotes résidants à l’étranger de prendre part à cet évènement.

Sous le titre « Un mini Iran à Villepinte », les détenus politiques des prisons d’Évine, la Prison centrale de Téhéran et de Gohardacht (Karaj) ont écrit dans un message commun : le rassemblement de Paris démontre « que l’espoir existe, les souhaits sont à portée de main, une alternative dotée de tous les moyens nécessaires existe (…) Quelle bonne nouvelle meilleure pour nous prisonniers politiques de savoir qu’il y a des amis et camarades à travers le monde qui ne nous ont pas oublié et qui sont devenus notre voix et celle de de tous les Iraniens qui vivent dans une plus grande prison ».
« Toutes nos salutations à tous les protagonistes de ce rassemblement qui représentent la face démocratique, unie et invincible de l’Iran et des Iraniens et pulvérisent ainsi toutes les lectures erronées et mensongères à travers le monde », conclue ce message.

De son côté, Ali Moezi, prisonnier politique depuis les années 80 et qui se trouve actuellement à la prison centrale de Téhéran, écrit : « On ne renoncera jamais aux revendications historiques de notre peuple jusqu’au moment où verra le jour une Iran libre et démocratique. Le pluralisme, les libertés fondamentales, la séparation de la religion et de l’Etat, les droits des minorités ethniques et religieuses, l’égalité total entre les hommes et les femmes… sont parmi ces revendications. L’effort pour un Iran démocratique ne peut s’additionner avec le système du Guide suprême».
« Je me sens parmi vous, depuis ma cellule de prison, ajoute M. Moezi qui a terminé son message avec ce slogan « à bas le principe du guide suprême, vive la liberté ! ».

À la prison centrale de Zahedan (sud-est), les détenus politiques baloutches, dont plusieurs membres du clergé sunnite, ont également déclaré leur solidarité avec le rassemblement de Villepinte au nord de Paris. « Nous appelons tous les militants et activistes qui ont été nos voix en Iran et à l’étranger, de nous représenter encore une fois au Grand Rassemblement de Paris », précisent les détenus politiques baloutches, avant de déclarer eux-mêmes « un ferme soutien » à ce rassemblement.

Un prisonnier politique chrétien a également soutenu le rassemblement du 1er juillet. Ebrahim Firouzi: « Le Rassemblement de nos compatriotes en France est le signe de la vivacité des esprits démocrates. Alors que nous n’avons pas le droit d’organiser librement des rassemblements en Iran, en soutenant ce rassemblement des Iraniens à l’étranger, nous pouvons être le relai de tous ceux qui souffrent sous le pouvoir des mollahs qui envoient chaque année des milliers de personnes à la potence et privent les travailleurs iraniens d’une leur pain quotidien».

 

 

 

Un autre détenu, Arjang Davoudi, écrit depuis son exil forcé de la prison de Zabol (sud-est) : « des milliers de militants du Conseil national de la résistance iranienne et de l’Organisation des Moudjahidine du peuple sont tombés en martyrs ou se trouvent derrière les barreaux. Ils sont les pionniers des luttes des Iraniens pour recouvrir leurs droits (…) Je vous appelle tous à contribuer au succès de ce grand rassemblement à Paris en y participant ».

 

Un autre détenu politique, Mehdi Farahi-Chandiz, écrit depuis la prison de Qazvine (nord) : « Après le transfert historique des militants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple et des combattants de l’Armée de libération nationale iranienne à Albanie, et alors qu’Ali Khamenei et tout son régime se trouvent dans une impasse après les simulacres d’élection, le choix de notre nation est bien claire : se libérer de la dictature religieuse et fasciste, la séparation de la religion et de l’Etat, un Iran sans contraintes, sans discriminations, sans censures, sans répression et sans torture ».
« Me trouvant depuis des années sous la torture derrière les barreaux, je vous appelle à rejoindre le Rassemblement de Paris pour dire Non à 38 année d’exécutions, de prison et de l’oppression religieuse et embellir le blason de la Résistance de l’Iran et des Iraniens », continue M. Farahi-Chandiz, avant de conclure : « L’écho de vos voix doit parcourir tout l’Iran et traverser les murs des prison ».

Secrétariat du Conseil nationale de la résistance iranienne,
Le 29 juin 2017

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe