vendredi, décembre 2, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsLes aveux contraints du commandant de la force aérospatiale des pasdarans Suite...

Les aveux contraints du commandant de la force aérospatiale des pasdarans Suite des mensonges et des dissimulations des dirigeants du régime en Iran

Ce matin, Amir-Ali Hadjizadeh, commandant des forces aérospatiales des pasdarans (une des cinq forces des pasdarans) a déclaré à propos du tir de missile sur l’avion de ligne ukrainien : « quand j’ai appris la nouvelle, mercredi matin, j’en ai informé immédiatement les autorités (…) J’étais dans l’ouest du pays et je suis immédiatement parti pour Téhéran. En route j’ai pris contact avec les autorités et je leur ai dit ce qui s’était passé. Je pense très probablement que nous avons abattu un de nos avions. Je le répète, dès que j’ai été informé je l’ai dit aux autorités. »

Cela démontre de la manière la plus claire que Khamenei et Rohani dès la première heure avaient été avertis que les pasdarans avaient abattu cet avion. Mais avec 72 heures de retard et après les révélations à grande échelle en Iran et dans le monde, ils ont prétendu avec la plus grande impudence n’avoir appris la vérité qu’hier ou aujourd’hui. Cela montre que les dirigeants du régime continuent à manier le mensonge et la dissimulation.

Auparavant, Ali Rabi’i, porte-parole de Rohani et ancien vice-ministre du Renseignement, Ali Abedzadeh, directeur de l’aviation civile du pays, Hessamoldine Achna, ancien vice-ministre du Renseignement et conseiller politique de Rohani, et Mohammad Eslami, ministre des Routes et de l’Urbanisme du régime, avaient catégoriquement démenti le tir du missile sur l’avion ukrainien et attribué la catastrophe à une avarie technique.

Ali Rabi’i avait estimé que la nouvelle du tir d’un missile était une opération psychologique du gouvernement américain. Ali Abedzadeh avait dit que « aucun missile n’a touché cet avion (…) Si quelque chose l’avait touché, si une explosion en plein air avait eu lieu, les morceaux de l’appareils se serait éparpillés sur un plus grand rayon. » Hessamoldine Achna avait mis en garde avec cynisme la presse de « ne pas participer à la guerre psychologique sur cet avion ukrainien et de ne pas collaborer avec ceux qui s’en prennent à l’Iran ». Mohammad Eslami avait souligné que « des rumeurs sur (…) un tir visant l’avion (…) ne sont pas vraies et une avarie technique est la cause de cette catastrophe. »

Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a souligné que le fascisme religieux au pouvoir en Iran continue de recourir aux mensonges et à la dissimulation sur l’avion ukrainien. Elle a demandé l’intervention de la communauté internationale pour faire toute la lumière sur les détails de ce crime majeur et de traduire les responsables en justice. Elle a ajouté que les principaux coupables ne sont que Khamenei en tant que commandant-en-chef des Forces armées, Rohani en tant que président de ce régime et les commandants des pasdarans. Ceux-là mêmes qui sont responsables du meurtre de 1500 jeunes dans les manifestations de novembre. Bien que deux mois soient passés, ils refusent toujours de publier le véritable nombre de tués, de blessés et d’arrêtés.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 11 janvier 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe