jeudi, juin 20, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLes agents des mollahs augmentent à 60 le nombre de haut-parleurs à...

Les agents des mollahs augmentent à 60 le nombre de haut-parleurs à l’aile Est d’Achraf

Le nombre total de haut-parleurs se montent à 180

CNRI – Pour le 12e mois de torture psychologique des Achrafiens et juste avant la mise en scène grotesque des agents des mollahs et de leurs recrues irakiennes à l’aile ouest et sud d’Achraf le 7 janvier, les agents du Vevak ont installé 40 nouveaux haut-parleurs à l’aile Est d’Achraf. De cette manière, le nombre de haut-parleurs atteint les 60 dans cette partie du camp et au total à 180. Les nouveaux appareils ont été montés sur deux grands mâts plantés en deux jours par les forces irakiennes aux ordres de Maliki. Ces mâts ont été convoyés à l’aile Est sur des véhicules du bataillon irakien.

Voilà aussi quelques jours que des engins de voierie et de construction ont apporté du sable, des graviers, du ciment et autres matériaux de construction de bâtiments et de routes là où résident les agents du Vevak à l’aile Est d’Achraf pour leur assurer davantage d’installations et construire une route d’au moins 3 km entre le point des agents de l’aile Est avec celui des agents de l’aile Sud. Ces travaux surviennent alors que de nombreux bâtiments d’Achraf ont besoin de réparation et représentent de nombreux dangers pour les résidents. Le comité chargé de la répression bloque depuis deux ans l’entrée dans le camp de ciment, de sable et de gravier pour les travaux de réparation des bâtiments et des routes.

Comme d’éminents juristes internationaux et organisations de défenses des droits de l’homme l’ont souligné, ce qui se passe depuis février 2010  autour d’Achraf avec des haut-parleurs, est une méthode manifeste de torture. La justice espagnole, dans son ordonnance du 27 décembre 2010 souligne que toute mesure violant gravement la 4e convention de Genève comme la torture psychologique et physique, le meurtre et le massacre, sont des crimes contre l’humanité et que ses auteurs et commanditaires doivent être traduits en justice.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne
Le 6 janvier 2010