samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafL’éclatement du tuyau principal des égouts du Camp Liberty simultanément avec la...

L’éclatement du tuyau principal des égouts du Camp Liberty simultanément avec la visite du Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et le représentant du gouvernement irakien

• L’infrastructure du Camp Liberty étant inutilisable, il est urgent qu’une enquête indépendante détermine comment la MANUI a pu certifier la conformité de l’état de ce camp pour la réinstallation des résidents d’Achraf

Dans l’après-midi du jeudi 23 février, le tuyau principal du réservoir des égouts du Camp Liberty a sauté et les eaux sales ont déversé sur une grande partie du camp. Dans un effort collectif avec des outils rudimentaires et des sacs de sable, les résidents ont pu stopper l’écoulement des eaux sales à un mètre des bungalows résidentiels (voir photos en annexe)Cet incident survenu simultanément à la présence de M. Martin Kobler, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU, et de George Bakoos, le représentant du gouvernement irakien, a été causé par la dégradation excessive de l’infrastructure et la négligence dans l’évacuation et pompage ponctuels du réservoir des égouts.

 L’expérience de ces derniers jours montre que l’infrastructure de ce camp dont les systèmes d’eau, de l’électricité et des égouts, est soit extrêmement usée ou qu’elle comporte des problèmes sérieux et en tout cas pas du tout conforme aux besoins de même un petit groupe de personnes, encore moins 400 résidents.

Ainsi, le rapport technique du 30 janvier et la déclaration du 31 janvier de la MANUI sur l’état de l’infrastructure du Camp Liberty ont été totalement faux et par conséquent, le transfert des résidents d’Achraf à ce camp est illégale et en violation des règles humanitaires clairement définies. Dans sa déclaration du 31 janvier, M. Martin Kobler affirmait : «Le Haut Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (le HCR) et l’Office des droits de l’homme de la MANUI confirment aujourd’hui que l’infrastructure et les installations du Camp Liberty sont conformes aux normes internationales soulignées dans le mémorandum d’accord (MoU). »

Dans le rapport d’évaluation d’un technicien en construction des abris daté du 30 janvier, qui a servi de base pour la déclaration de la MANUI, il a été affirmé que « le camp a actuellement la configuration nécessaire pour accommoder 5500 personnes » et que « les réservoirs de l’eau usée en place ont une capacité suffisante ». Le rapport souligne également : « D’après une évaluation technique finale de la Section 1, effectuée le samedi 28 janvier conjointement avec le représentant du gouvernement irakien et une équipe de la MANUI, le camp est disposé à recevoir 800 personnes immédiatement ». Or, cette évaluation commune finale a été effectuée avec le concours du colonel Sadiq et du colonel Haqki. Le colonel Sadiq n’est autre que le bourreau qui avait dirigé les massacres de juillet 2009 et d’avril 2011 au Camp d’Achraf. Dans sa conclusion finale, le rapport dit : « Après de nombreuses visites au Camp Liberty et l’évaluation faite conjointement avec les représentants du gouvernement irakien entre le 17 et le 28 janvier, l’on peut confirmer le point suivant : « D’un point de vue technique et en accord avec les standards reconnus de la construction des abris et des camps, tels que ceux de SPHERE et du HCR, le Camp Liberty (TTL) peut être considéré convenable pour recevoir des résidents ». »

Ainsi, alors que tout un chacun peut voir que non seulement le Camp Liberty n’est pas conforme aux normes nécessaires pour accommoder 400 personne, mais que ces standards ne peuvent pas être appliqués dans l’immédiat, la Résistance iranienne appelle à une enquête internationale indépendante pour savoir comment et dans quelles conditions le rapport technique du 30 janvier a été préparé pour certifier que le Camp Liberty pouvait accueillir les résidents d’Achraf.  Selon le Représentant spécial du Secrétaire général, la réinstallation des résidents d’Achraf dans ce camp pourrait nécessiter un délai supplémentaire de deux ans.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 24 février 2012
        

annexe

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe