jeudi, février 9, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsLe régime iranien met en 'uvre des mesures répressives pour empêcher les...

Le régime iranien met en ‘uvre des mesures répressives pour empêcher les protestations

archivesSizdeh-be-dar – n ° 10

CNRI – Les actes de protestation des Téhéranais pour le 13ème jour des vacances du Nouvel An iranien se sont déroulés dans la capitale vendredi malgré les mesures répressives du régime. Par des intimidations et des menaces, pour certaines reconnues officiellement, les responsables du régime ont voulu intensifier le climat de terreur pour empêcher les gens de manifester contre le régime des mollahs.

Achouri, un responsable des forces de sécurité de l’Etat (FSE) à Téhéran, a évoqué la présence de «patrouilles en voitures et à vélos, de patrouilles secrètes et identifiées dans 300 sites à Téhéran », y compris dans « tous les parcs, les centres de loisirs, espaces verts et les rues du Grand Téhéran ». Parmi les mesures des FSE pour le 13ème jour du Nouvel An iranien, il a également fait allusion au « déploiement des agents des FSE, des tentes de la police mobile, des patrouilles à pied des FSE et de la milice du Bassidj ».

Le chef de la police de la circulation, le colonel Saïd Esmaili, a également voulu intimider la population, en disant : « Ceux qui ornent leurs véhicules de verdure [utilisée lors des célébrations du Nouvel An iranien Norouz] seront condamnés à une amende. »

Parmi les autres tactiques répressives figurent la présence d’un grand nombre d’agents de renseignement et en civil, en particulier dans les parcs, ainsi qu’un nombre considérable et sans précédent de points de contrôle et postes de police.

Le bâtiment de la radiotélévision d’Etat a été transformé en base militaire vu la forte concentration des forces répressives. Le parc Mellat, proche de l’immeuble, était entouré par six bus, dix mini-fourgonnettes, des dizaines de gardes anti-émeutes à motos et des agents des FSE. Des dizaines d’autres tournaient autour du parc en formation visible pour faire peur.

Des hélicoptères survolaient la ville avec à leur bord des commandants des FSE, qui gardaient un œil sur la situation dans la capitale.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 3 avril 2010