vendredi, décembre 2, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: NucléaireLe ministre finlandais de la justice rejette la demande de Téhéran d’extrader...

Le ministre finlandais de la justice rejette la demande de Téhéran d’extrader deux opposants

La Résistance iranienne appelle Interpol à expulser le régime et à supprimer les documents soumis à la police internationale contre les membres et sympathisants de la Résistance

CNRI – Dans un communiqué vendredi 12 décembre, le ministre finlandais de la Justice a fermement rejeté une demande d'expulsion de deux opposants iraniens soumise par la dictature religieuse au pouvoir en Iran. Le communiqué rejette également une demande du régime d'ouvrir une information judiciaire contre ces opposants jugée non pertinente, disant que les éléments de preuve présentés ne sont pas crédibles.

Ainsi, les efforts du régime au fil des ans pour profiter des mécanismes d’Interpol, et en particulier ses efforts au cours des deux dernières semaines pour faire pression sur le gouvernement finlandais sont tombés en disgrâce. Ce qui est encore plus important, c'est que cette fois, une autorité judiciaire européenne crédible a reconnu l'abus que fait le régime d'Interpol et de ses procédures et que les documents et les jugements donnés par le régime à Interpol manquent de crédibilité.

MM Mohammad Ali Jaberzadeh, président de la commission des Etudes politiques du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) et Hadi Roushan Ravani, membre du CNRI, sont en Finlande depuis le 1 décembre 2008. Leurs noms figurent sur une longue liste de membres et de sympathisants de la Résistance donné le régime iranien à Interpol qui les accuse d'implication dans la mort de civils dans le pays. 

Sur la base de cette liste, le régime des mollahs a fait une demande absurde d'arrestation et d'extradition des deux hommes.

La réponse ferme du ministre finlandais de la Justice a porté un autre coup majeur au régime et à ses agents sur la scène internationale.

Au cours des deux dernières semaines, le régime a mobilisé plusieurs groupes de son ministère du Renseignement (Vevak), son ministère des Affaires étrangères, de la magistrature, de la branche iranienne d’Interpol et d’autres appareils pour produire des documents sur les deux hommes dans le but de les présenter au gouvernement finlandais.

Le 7 décembre, deux agents du Vevak identifiés comme Karim Rahimi et Mostafa Mir Jaberi, sont arrivés à Helsinki en se faisant passer pour des membres de la branche iranienne d'Interpol.

Ils avaient l'intention d’obtenir l’extradition des deux opposants iraniens ou au moins de faire ouvrir une information judiciaire à leur encontre en Finlande.

Il y a peu, les Nations Unies et des pays européens comme la France, la Suisse, la Norvège et la Grande-Bretagne ont déclaré ne pas reconnaître les documents et les mandats d'arrêt émis par Interpol fournis par le régime des mollahs. Ils ont réaffirmé que ces documents ne pouvaient être utilisés comme base d’action à l'encontre d’individus par l'intermédiaire d'Interpol.
La Résistance iranienne appelle Interpol à ne pas ternir sa crédibilité internationale en conservant le régime iranien dans ses rangs. Elle demande également à Interpol de ne pas prêter attention aux documents fournis par le régime iranien contre les membres et sympathisants de la Résistance et de retirer ces documents de ses fichiers.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 12 décembre 2008

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe