jeudi, décembre 8, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: NucléaireLe dernier rapport de l’AIEA sur le nucléaire des mollahs montre la...

Le dernier rapport de l’AIEA sur le nucléaire des mollahs montre la nécessité de sanctions générales

Maryam RadjaviCNRI – L’AIEA dans son dernier rapport met en valeur le développement du projet nucléaire, le manque de coopération avec les inspecteurs de l’agence et la poursuite des tromperies de la dictature religieuse en Iran. Elle y souligne que le régime s’abstient de coopérer avec l’agence sur l’aspect militaire de ses projets nucléaires. Cela fait plus d’un an qu’il décline une discussion de fonds sur ces questions. Le rapport fait état du refus d’appliquer le protocole additionnel, de la poursuite des violations des résolutions du conseil de sécurité et des avis du conseil des gouverneurs de l’agence, notamment de suspendre l’enrichissement d’uranium, le refus de donner des informations sur les nouveaux projets comme la centrale nucléaire Darkhoïne.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a estimé à ce propos : bien que ce rapport ne prenne pas en compte une grande partie des activités atomique du régime ni une grande partie de ses violations, il indique cependant très clairement que les mollahs au pouvoir n’ont en aucun cas l’intention de suspendre leur programme d’armement nucléaire. Ils ont tiré, a-t-elle ajouté, le plus grand bénéfice de la politique de négociation et de concessions menée par les pays occidentaux, pour développer et compléter leur projet atomique et se doter de la bombe.

Compte tenu du soulèvement national, des brèches et des hostilités internes irrémédiables, qui touchent les plus hauts sommets de l’Etat, le régime iranien, a-t-elle poursuivi, a plus que jamais besoin pour sa survie de se doter de la bombe atomique.

Rappelant le danger que représentent les mollahs intégristes et terroristes armés de la bombe atomique pour la paix régionale et mondiale, elle a souligné que le manque d’attention de la communauté internationale, particulièrement de l’UE et des Etats-Unis vis-à-vis des mises en garde de la Résistance iranienne, a permis à ce régime de se rapprocher à ce point de l’arme nucléaire. Elle a appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à adopter immédiatement des sanctions globales militaires, diplomatiques, technologiques et pétrolières contre le régime de Téhéran et mis en garde contre tout retard dans ces sanctions.

Le rapport de l’AIEA souligne que le régime, au lieu de s’attacher aux sujets essentiels sur la nature militaire de son programme nucléaire, « donne des réponses limitées et des démentis simples dans ses réponses aux autres questions ». Et ce alors que les documents de l’agence « rassemblés de multiples sources tout au long des divers mandats, sont généralement cohérents et suffisamment complets et détaillés. » L’agence parle de la nécessité d’accéder à des « personnes, informations et lieux précis » dans ces documents.

Le rapport affirme que le régime n’a jusqu’à présent donné aucun renseignement sur l'aspect civil des expériences de détonateur à multifonction, et n’a pas dit à l’agence le rôle « d’un ressortissant non iranien spécialisé dans les explosions, dont la visite en Iran avait été confirmée par l’Agence ».

Selon le dernier rapport de l’agence le nombre de centrifugeuses actives du régime actuellement est de plus de 8000, dont 1000 de plus que ce qu’indiquait le rapport du mois de juin.  D’après le rapport, le régime dispose actuellement de 1508kg d’uranium enrichi, ce qui est tout à fait suffisant pour produire de l’uranium hautement enrichi destiné à une ogive nucléaire. Le rapport parle aussi des efforts du régime pour se doter de modèle plus avancé de centrifugeuses, ce qu’avait déjà révélé le CNRI.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 29 août 2009

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe