vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLe conseiller à la sécurité national de Maliki reconnait la responsabilité du...

Le conseiller à la sécurité national de Maliki reconnait la responsabilité du pouvoir irakien dans l’attaque contre Achraf et la menace d’autres attaques à la roquette sur Liberty

 Massacre à Achraf – N° 60

CNRI –  Le gouvernement irakien s’oppose à l’appel mondial à la libération des otages, au procès des auteurs du massacre du 1er septembre et à la garantie de la protection de Liberty avec le déploiement des casques bleus de l’ONU, en créant des crises et en menaçant de nouvelles actions contre les habitants de Liberty

 Après trois semaines de silence, Fallah Fayaz, le conseiller à la sécurité nationale de Maliki, qui a directement supervisé le massacre du 1er septembre à Achraf, a reconnu dans une conférence de presse le 22 septembre la responsabilité du gouvernement irakien dans cette attaque. Terrifié par les conséquences internationales et juridiques de cette grande atrocité, il a fait ignoblement porter le blâme de l’attaque sur le manque de coopération des Moudjahidine du peuple d’Iran (Ompi) et affirmé : « Cette organisation n’a pas coopéré avec l’Irak ou l’ONU pour trouver une solution humanitaire volontaire pour quitter l’Irak (…) La dernière en date étant les 100 membres de cette organisation qui se sont abstenus de quitter le camp du Nouvel Irak, ce qui a conduit à l’incident du début du mois et à ce que 52 habitants de cette base soient tués. »

 Après Maliki, Fallah Fayaz est le premier coupable dans ce dossier de crime contre l’humanité et le plus haut responsable politique et exécutif du massacre des habitants d’Achraf le 1er septembre 2013, des attaques à la roquette sur le camp Liberty (9 février, 29 avril et 15 juin 2013), de l’attaque du 8 avril 2011 et de quatre années de blocus inhumain d’Achraf et de Liberty qui ont causé la mort dans la souffrance de 14 membres de l’Ompi.

 En forgeant des crises et en menaçant d’autres mesures contre les habitants de Liberty, Fallah Fayaz cherche à s’opposer aux appels croissant dans le monde à la libération des otages, au jugement des auteurs du massacre du 1er septembre, à la garantie de la protection des habitants de Liberty avec le déploiement des casques bleus de l’ONU, et cherche à couvrir ce crime contre l’humanité.

 Dans une menace flagrante de massacre, d’arrestation et de déportation des habitants de Liberty, il a affirmé : « Face à l’absence de véritable coopération internationale pour boucler ce dossier, le gouvernement irakien a perdu sa patience (…) En cas d’absence de signe de solution pour mettre fin à la présence de l’organisation, le conseil des ministres et le gouvernement irakien prendront en considération d’autres options afin de prendre une décision contraignante pour mettre fin à cette présence dans le camp Hurriya [Liberty]. »

 Soulignant que « l’Irak est incapable d’assurer les conditions de sécurité du camp Liberty qui vont au-delà de ce que le gouvernement assure à la population et que tout le monde connait sur le sol irakien », Fayaz prédit de nouvelles attaques à la roquette sur le camp Liberty.

 Tandis que Maliki et ses hordes s’apprêtent à voler et piller pour environ 600 millions de dollars de biens de l’Ompi à Achraf, Fayaz a déclaré : « Le gouvernement irakien ne veut pas juste entendre des conseils, il veut que les pays impliqués dans ce dossier apportent une solution avec des offres tangibles et réelles, en les accueillant (les habitants) et en finançant leur réinstallation dans d’autres pays. »

 Le conseiller à la sécurité de Maliki n’a fait aucune référence aux otages et à leur présence en Irak, ce qui consiste à reconnaitre tacitement qu’ils sont aux mains du gouvernement irakien.

 La Résistance iranienne met en garde contre les intentions funestes du régime iranien et du pouvoir irakien de mener un grand carnage au camp Liberty. Elle appelle le gouvernement américain et l’ONU à remplir leurs responsabilités légales pour faire délivrer les sept otages et protéger les habitants du camp Liberty. Khamenei et Maliki vont interpréter l’inaction et le silence comme un feu vert pour un massacre de grande ampleur au Camp Liberty.

 Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 23 septembre 2013

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe