dimanche, novembre 27, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLe camp Liberty causerait des maladies physiques et psychologiques

Le camp Liberty causerait des maladies physiques et psychologiques

Selon des rapports d’officiers américains, le camp Liberty a été construit pour accueillir quelques mois de jeunes soldats et un long séjour causerait des maladies physiques et psychologiques

CNRI – Selon des rapports d’officiers américains ayant servi par le passé au camp Liberty et qui le connaissent de près, ce camp a été fait pour accueillir très brièvement de jeunes soldats américains.

Ces rapports indiquent qu’en cas de séjour prolongé de soldats dans cette base, même s’ils pouvaient y circuler librement et que leurs besoins élémentaires y étaient assurés et qu’ils y disposaient de suffisamment d’équipements sanitaires et médicaux et d’installations de loisirs, entrainait des préjudices psychologiques.

Dans ces conditions, le gouvernement irakien a l’intention d’allouer seulement 1,5% du camp aux Achrafiens et de le séparer du reste du complexe par des murs de bétons. Or les Achrafiens comptent un millier d’anciens prisonniers politiques, dont certains ont passé jusqu’à 17 ans sous la torture dans les geôles du fascisme religieux en Iran et qui souffrent toujours des stigmates de ces sévices. Parmi les Achrafiens, il y a un millier de femmes d’âges divers dont le transfert au camp Liberty entrainera de graves préjudices à leur santé. 

Le général David Phillips qui a été chargé de la protection du camp d’Achraf et a vécu plusieurs années en Irak a déclaré lors d’une conférence le 6 janvier à Paris : « Mes sources proviennent aussi de l’intérieur du gouvernement irakien et elles m’ont informé que le camp Liberty a été pillé, vandalisé, volé et détruit. »

Les informations envoyées à la force Qods des gardiens de la révolution du régime iranien rapportent que la seule activité en cours à Liberty est l’installation de mûrs en béton et il n’y a trace ni d’eau, ni d’électricité, ni de tout à l’égout.

Le Comité international des juristes en défense d’Achraf a publié un communiqué le 4 janvier demandant à leurs clients à Achraf «  de ne pas accepter de se rendre au nouvel emplacement sans que les avocats puissent au préalable inspecter les lieux et obtenir un certificat de conformité aux normes» acceptables.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 10 janvier 2012

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe