jeudi, décembre 1, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafLa grève de la faim d'Achraf entre dans son deuxième mois

La grève de la faim d’Achraf entre dans son deuxième mois

Grévistes de la faim à AchrafAttaque contre Achraf – Communiqué n°89

La grève de la faim des 36 otages, des résidents d’Achraf et des sympathisants de la Résistance iranienne à Washington, Ottawa, Londres, Berlin, La Haye et Stockholm entre dans son deuxième mois

CNRI – La grève de la faim des 36 membres de l’OMPI retenus en otage par les forces irakiennes, et celle des résidents d’Achraf comme des sympathisants de la Résistance à Washington, Ottawa, Londres, Berlin, La Haye et Stockholm viennent d’entrer dans leur deuxième mois.

Les 36 membres de l’OMPI pris en otage le 28 juillet par les forces irakiennes, en sont à leur 30e jour de grève de la faim. Certains d’entre eux étaient gravement blessés lors de leur enlèvement et souffrent toujours de leurs blessures. Les autres ont été violement battus lors de leur capture.  Ils sont en grève pour protester contre leur détention arbitraire, les tortures et les mauvais traitements. A cause de leurs blessures et des conséquences de la grève, ils souffrent de douleurs intolérables. Certains ne peuvent plus marcher et ont besoin d’une chaise roulante pour se déplacer. D’autres se sont évanouis devant le juge lors de leur procès. Malgré l’arrêt de remise en liberté rendu par le juge du tribunal de Khalis hier, le bureau du Premier ministre à Bagdad, à la demande du régime des mollahs, a fait obstacle à leur libération.

Au début du deuxième mois de la grève de la faim des résidents de la Cité d’Achraf, la santé d’un certain nombre d’entre eux s’aggrave. Mmes Mitra Rafi’i, Tayebeh Masrour, Mahnaz Abouzarian, Forough Pakdel, Badri Rahimi, Nouchine Namvar, Lisa Nassab Zadeh, Shamsi Roshana’i, Fereshteh Mohammadi, Maryam Afsa’i, Mahnaz Jadidian, Maryam Chirangui, Aghdasse Nayeb, Chahla Toussi, Hosnieh Mansouri, Tayebeh Yadegarian, Saïdeh Sabouri et MM. Mohammad Taslimi, Mohammad Khodabandeh, Mohammad Omrani, Ali Ehsani, Peyman Mojalal, Hadi Kassetchi, Akbar Ra’issi, Arman Jam, Ebrahim Rochandel, Massoud Azadi, Behrouz Souri, Chahriar Felipour, Hossein Chahidzadeh, Hassan Nekou’i, Reza Mahdoudian, Fatollah Heidari, Ghassem Taheri, Ghassem Yazdani, Mohammad Ali Salehi, Assadollah Akbari, Aghil Abdollahi, Iman Alipour, Shahab Etminan et Javad Ghalavand, souffrent de problèmes divers, notamment une baisse aiguë de la vision, sont très affaiblis, ont de violents maux de tête, des vertiges, des problèmes rénaux, des spasmes et des douleurs musculaires, des lésions intestinales et des nausées. Certains sont hospitalisés. La majorité des grévistes ont perdu entre 9 et 18 kilos.

Les grévistes d’Achraf ont envoyé un message au peuple d’Iran dans lequel ils disent que le régime en crise du guide suprême voulait étouffer le soulèvement national en Iran avec un massacre à Achraf. Mais il a au contraire renforcé la colère et la haine du peuple contre les mollahs et renforcé la détermination des Moudjahidine à regagner les droits volés de leur peuple.  En même temps, il donné une nouvelle dimension à la solidarité entre le peuple, les forces et les personnalités politiques dissidentes.

Cette grève de la faim symbolise cette colère et en même temps cette solidarité.

Les grévistes d’Achraf ont répété leurs demandes, à savoir la libération immédiate des 36 otages, le retrait des forces irakiennes d’Achraf et la prise en charge de la protection d’Achraf par les forces américaines jusqu’à leur remplacement par une force internationale et une équipe d’observateurs internationaux stationnées à Achraf.

Ils ont également souligné que « près de 2000 forces répressives avec les mêmes armes et équipements mortels ont conservé leur formation dans et autour du camp ».
En empêchant les journalistes, les avocats et les défenseurs des droits de l’homme d’entrer à Achraf et par un blocus complet du camp, ils veulent couvrir ce qu’ils ont fait et ce qu’ils ont l’intention de faire. Particulièrement quand ni les forces américaines, ni les instances internationales ne garantissent la sécurité d’Achraf.

Comme Khamenei et sa faction ne cesseront pas de conspirer dans la phase terminale de leur régime dans ces circonstances, la grève de la faim est notre seul levier pour éviter la répétition d’une attaque et pour neutraliser leurs complots.

Nous devons souligner l’urgence d’obtenir les garanties nécessaires des USA et des instances internationales concernées.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 26 aout 2009

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe