vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueL'Iran, l'État islamique et la perversion de l'Islam

L’Iran, l’État islamique et la perversion de l’Islam

L'Iran, l'État islamique et la perversion de l'Islam

Par *Maryam Radjavi

Source : WorldPolicy
Il semblerait qu’à chacun de nos progrès dans le développement social et humain, à chaque nouvelle génération, des factions radicales émergent, secouant le monde avec leur capacité à convaincre les gens ordinaires de commettre des atrocités innommables.

Nous appréhendons les récentes attaques menées à San Bernardino en invoquant Dieu et la religion avec la même perplexité qui nous confond parmi les nombreuses cruautés insensées du XXIème siècle. Nous luttons pour comprendre comment une telle violence aveugle peut être conçue par des esprits humains et se répendre comme une traînée de poudre. Et, bien sûr, nous nous fixons comme objectif d’y remédier, en se demandant comment nous pouvons lutter contre cette nouvelle version de l’extrémisme et comment nous pouvons empêcher de nouvelles formes de sévir dans le monde.

Le genre d’extrémisme auquel nous sommes confrontés aujourd’hui est un mélange mortel de barbarie médiévale et le fascisme moderne. C’est une vision du monde qui fuit la tolérance politique, qui promeut la misogynie, et, bien sûr, qui glorifie la violence. Cette marque spécifique cherche à mettre en œuvre la charia et ses châtiments draconiens. Elle n’a jamais eu de relations avec l’islam, et n’a clairement pas sa place dans le monde moderne pour une telle vision du monde.

Cependant, cette vision du monde a eu des précédents contemporains. Depuis que Ruhollah Khomeini est arrivé au pouvoir en 1979, Téhéran se targue d’être un modèle de réussite, que les fondamentalistes pourraient suivre afin d’acquérir la stature, la puissance et la légitimité souveraine. C’est un message alléchant pour les extrémistes sunnites comme l’Etat islamique : pourquoi ne peuvent-ils pas créer leur propre Etat « islamique » quand les fondamentalistes chiites l’ont déjà fait ?

Bien que cette idéologie extrémiste a trouvé ses origines conceptuelles dans les premières années de l’Islam, elle ne s’est transformée en une force mondiale que quand le fondamentalisme a fait mainmise sur l’Iran à la suite de la révolution de 1979.

Le régime qui a remplacé le Shah – qui était aussi détestable et antidémocratique – a commencé à exporter l’intégrisme islamique du jour au lendemain à une échelle sans précédent. Les prises d’otages médialisées, les attentats, les attentats-suicides et les assassinats sont devenus la norme alors que les mollahs de Téhéran commençaient à construire leur propre version d’un Etat théocratique.

Dans cette première phase, les factions terroristes chiites, y compris les milices en Irak, le Hezbollah au Liban, les Houthis au Yémen, et d’autres ont été formées directement par le régime iranien. Sans ce type de mécénat de la part de Téhéran, leur poids et leur influence se seraient rapidement évaporés et ils auraient disparu. Cette idéologie vicieuse et ce modèle qui prolifère sont devenus de plus en plus meurtriers quand leurs promoteurs ont eu accès à de véritables ressources militaires, diplomatiques, politiques et de propagande à l’intérieur même des frontières de l’Etat souverain d’Iran.

C’est ainsi que le premier « califat » dit moderne a commencé, plusieurs années avant que la première attaque d’Al-Qaïda au Yémen ait lieu, et trois décennies avant la naissance de l’Etat islamique.

Beaucoup pensent que le fondamentalisme sunnite est un phénomène unique, indépendant des dogmes adoptés par les mollahs chiites de Téhéran, mais les différences sont accessoires. En fait, les fondamentalistes sunnites ont trouvé une énorme force dans le cadre politique et spirituel de la théocratie iranienne. Les deux partagent les mêmes blocs de construction idéologique : la création d’un état religieux, mettant en œuvre la charia par la force.

Il existe des preuves considérables que le régime de Téhéran a armé et financé les extrémistes sunnites à différents moments et dans différents lieux. Non seulement l’Iran est un commanditaire de longue date du Hamas, mais de plus, comme l’a récemment déclaré le Secrétaire d’Etat américain John Kerry, « Daech a été créé par Assad en libérant 1 500 prisonniers de prison, et par Maliki en libérant 1 000 personnes en Irak, qui ont été rassemblées comme une force de la terreur ». Téhéran est le marionnettiste connu des deux.

Au cours des dernières années, le massacre de centaines de milliers de sunnites en Irak et en Syrie aux mains du régime iranien et de ses agents, a fourni une source de subsistance sociopolitique pour l’État islamique. L’Iran soutient ces extrémistes par tous les moyens, et trouve de nouvelles façons créatives de relancer la bête, alors que nos missions de sécurité et de renseignement arpente son sillage. Si l’Iran est l’un des pivots qui légitiment la menace extrémiste islamique mondiale, que devons-nous faire ?

L’histoire nous raconte qu’il n’y a rien de plus dangereux pour le fondamentalisme et l’extrémisme que des idéaux démocratiques et modérés. C’est d’autant plus clair en Iran, où les tactiques répressives du régime trouvent leurs cibles principales sont les factions de musulmans modérés, y compris les Moudjahidine-e Khalq.

Pour qu’elles soient véritablement couronnées de succès, les campagnes militaires actuelles et les opérations de renseignement dans la région doivent être complétées par la promotion d’une interprétation de l’islam véritable, qui soit à la fois démocratique et tolérante. Ce n’est qu’en utilisant une stratégie nuancée et positive, mais sans ambiguïté qui fournit un soutien moral et physique durable à la population de iranienne et à la région dans leur quête de liberté et de leadership modéré que nous échapperons aux échos des sombres récits de l’histoire.

*Maryam Radjavi est la Présidente-élue du Conseil national de la Résistance iranienne, qui vise la création d’un Iran démocratique, laïque et non-nucléaire.

 

SourceWorldPolicy

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe