lundi, décembre 5, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafKobler encense d’éloges Maliki pour la journée internationale des Droits de l’homme

Kobler encense d’éloges Maliki pour la journée internationale des Droits de l’homme

malgré la montée des exécutions et les violations systématiques des droits de l’homme en Irak

Silence sur les deux massacres, la torture psychologique et quatre années de blocus à Achraf, et la transformation de Liberty en prison

 

CNRI – Alors que la communauté internationale, le Secrétaire général de l’ONU, Amnesty International et les autres organisations internationales de défense des droits humains se sont dits préoccupés par la torture, la montée des exécutions ainsi que les violations graves et systématiques des droits humains en Irak, Martin Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Irak, pour marquer la Journée internationale des droits humains a déclaré dans un flot d’éloges exécrables en présence de Nouri Al-Maliki :
« Les propos du Premier ministre sont dans la droite ligne du programme de l’ONU sur les droits humains. Il s’agit d’une obligation correcte et réaliste vis-à-vis des droits humains (…) L’existence du ministère des droits de l’homme exprime combien les droits humains sont importants pour ce pays (…) Votre Excellence le Premier ministre et le ministre des Droits de l’homme, je suis très heureux de participer à ce rassemblement. Je suis très heureux que le Premier ministre assiste à cet événement et c’est une indication très importante, l’honorable présence de son Excellence le Premier ministre signifie qu’il prend en compte les droits de l’homme en Irak. J’exprime ma gratitude au ministre des Droits de l’homme pour son énorme coopération avec la MANUI et avec moi personnellement et les droits de l’homme à Genève. Ce que nous faisons en Irak est en ligne avec les actions du gouvernement et parallèle au renforcement des droits de l’homme en Irak. »

Or ces propos ont été tenus juste après l’intervention de Nouri Al-Maliki lors de la même réunion. Maliki avait défendu les crimes qui se passent quotidiennement en Irak, avant de déclarer : « C’est au gouvernement d’identifier les limites de la liberté individuelle, pour qu’elle n’interfère pas avec la liberté des autres. Nous voulons la liberté, mais tant qu’elle ne viole pas l’ordre public. J’ai entendu que dans une certaine prison, des violations avaient eu lieu. Il y a peut-être des éléments de l’ancien régime qui ont fait ça, mais personne n’a dit de quoi il s’agissait. Il semble que la tâche de la commission des droits de l’homme du parlement soit uniquement de visiter les prisons. Et pour les droits des enfants ? Et pour les droits des femmes? Et pour les droits de ceux qui ont été la cible du terrorisme ? D’où vient le sectarisme? La controverse qui entoure les droits de l’homme en Irak a été limitée à la prison. »

Le Secrétaire général de l’ONU dans ses trois rapports au Conseil de sécurité en 2012 a exprimé son inquiétude sur la montée des violations des droits humains en Irak. Il a souligné dans son dernier rapport en novembre de cette année que “depuis mon rapport précédent, 43 individus ont été ont été exécutés, portant le total à 113 pour l’année 2012, en comparaison à 67 en 2011 et 18 en 2010 (…) La plupart de ceux qui ont été exécutés ont été inculpés sous l’article 4 de la loi anti-terroriste (…) Durant sa visite régulière aux lieux de détention à travers l’Irak, la MANUI a noté que de nombreux détenus continus d’être incarcérés durant des périodes prolongées avant leur jugement et que beaucoup d’installations manquent de normes humanitaires de base. La MANUI a également continué à recevoir des allégations de torture. »

Qui plus est dans son discours, Martin Kobler, qui donnait clairement un feu vert à la poursuite de la répression et aux meurtres commis par le gouvernement irakien, a oublié les actes de terrorisme, les attentats criminels et les autres ingérences répressives de la Force terroriste Qods en Irak, et n’a pas dit un mot des deux massacres des résidents d’Achraf perpétré par les forces d’Al-Maliki, avec 50 Achrafiens tués et plus de 1130 autres blessés, la torture psychologique et les quatre années de blocus d’Achraf et de Liberty, les malades morts par privation de soins et les blessés décédés de mort lente, l’absence de liberté de mouvement à Liberty, la transformation de Liberty en prison selon le rapport du groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire, les obstacles mis au transfert des équipements nécessaires du camp d’Achraf à Liberty, l’interdiction faites aux avocats, aux parlementaires, aux journalistes et aux défenseurs des droits de l’homme d’entrer à Achraf et Liberty.

Au lieu de représenter les valeurs et les règles des Nations Unies et de ses organes, Martin Kobler représente et fait la promotion du gouvernement irakien inféodé au fascisme religieux en Iran. La Résistance iranienne appelle à nouveau le Secrétaire général à nommer un représentant impartial et compétent pour enquêter sur la situation à Achraf et Liberty.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 14 décembre 2012

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe