samedi, décembre 3, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafKhamenei ordonne à Maliki d’accélérer la mise en œuvre de l’accord mutuel...

Khamenei ordonne à Maliki d’accélérer la mise en œuvre de l’accord mutuel contre Achraf

CNRI – A la veille de la journée des Etudiants le 7 décembre, le régime iranien n’a trouvé d’autre issue pour sortir de l’impasse et faire face aux pressions croissante internes et internationales, que d’exporter une crise de plus en Irak et d’intensifier la répression d’Achraf.

Par le biais de Saïd Jalili, secrétaire de son Conseil suprême de sécurité nationale, Khamenei, le guide des mollahs, a ordonné à Maliki, en échange de l’appui du régime à son mandat de premier ministre irakien, de mettre en œuvre au plus vite « l’accord mutuel » sur Achraf et l’expulsion de l’OMPI d’Irak. Khamenei avait rendu public cet accord le 28 février 2009.

L’ordre d’intensifier la répression d’Achraf reflète le besoin urgent du régime de créer une crise. D’autant plus que Maliki a été chargé de donner le résultat de son évaluation avant la fin de la semaine à l’ambassadeur du régime en Irak, Danaïfar. Ce dernier qui est un commandant de la force terroriste Qods, dirige et supervise directement toutes les mesures concernant le camp d’Achraf. Il considère clairement que les attentats à la bombe à Bagdad et la répression d’Achraf sont nécessaires à la mainmise des mollahs en Irak et sont l’autre face la médaille de la destruction du « projet national » et du partage du pouvoir dans ce pays. Selon les ordres de Khamenei, il doit à n’importe quel prix empêcher la formation du Conseil national de politique stratégique irakien.

Il semble que la dictature des mollahs, empêtrée dans le bourbier atomique et les scandales après la divulgation par Wikileaks de ses crimes et de son ingérence en Irak, n’a d’autre choix que de se jeter à corps perdu dans son terrain de chasse privilégié qu’est l’Irak.

Le vaste soutien international aux droits des Achrafiens (la déclaration du 25 novembre du Parlement européen, l’appel de 5000 maires de France, la création du comité international de soutien à Achraf au parlement britannique et les vives protestations lors de l’auditions de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants américaine contre les violations des droits des Achrafiens, en particulier contre les malades), le plongent dans une double impotence.

Dans ces conditions, la Résistance iranienne attire d’urgence l’attention du Conseil de sécurité de l’ONU, du Secrétaire général et de son représentant spécial en Irak, du gouvernement et de l’ambassadeur des Etats-Unis et du commandement général des forces armées américaines en Irak, ainsi que du parlement, des forces et des fractions nationales en Irak sur la politique de crise dangereuse de Khamenei et Maliki. La Résistance insiste sur la nécessité pour les forces américaines de se charger de la protection d’Achraf.

D’autre part, pour préparer le terrain à ces objectifs, dans l’après midi du mardi 30 novembre, le bataillon aux ordres de Maliki, en présence d’un agent du comité de répression d’Achraf des services du premier ministre, du nom de Nafeh Al-Issa, a installé une tente de 200 personnes pour le rassemblement d’agents dans l’aile sud d’Achraf. Elle a été montée près des bungalows qui ont déjà été mis au service du Vevak des mollahs. Cette tente et les déplacements des agents ont coûté trois millions de dinars qui ont été directement versés par l’ambassade du régime à Bagdad.

Nafeh Al-Issa, agent bien connu de l’ambassade des mollahs, est en relation directe avec le représentant du Vevak Hadji Ali Navidi et un certain Falah Cheibani, employé irakien de l’ambassade. Il s’est rendu à maintes reprises en Iran à l’invitation du Vevak et il est salarié d’une association écran du Vevak, nommée Habilian. Elle l’a chargée de former un « comité de soutien aux familles du siège à l’entrée d’Achraf ».

Sur ordre de l’ambassade du régime, cet agent a mis sur pied dans la ville de Tikrit une autre formation écran, « l’institut d’évaluation stratégique Rafedine » pour servir sous un semblant universitaire le Vevak et la force terroriste Qods.

Au nombre de ces services, ont peut citer le rassemblement à l’entrée d’Achraf de quelques agents sous couvert de population locale de Salahedine  le 4 octobre dernier en présence de journalistes amenés par l’ambassade des mollahs. Le 5 septembre dernier, pour justifier le blocus d’Achraf et empêcher l’entrée de marchandise et d’équipement nécessaires, il avait déclaré à l’agence de presse des gardiens de la révolution, Fars : En achetant des produits alimentaires, les Moudjahidine aident les opposants au gouvernement irakien !

Il y a trois semaines, Nafeh Al-Issa  a rencontré l’ambassadeur du régime Danaïfar à Bagdad pour régler les prochaines actions contre Achraf. Il a reçu pour ses services rendus de l’argent, des pistaches et des confiseries. Danaïfar l’a confié à un vétéran de la force terroriste Qods, Abou Davoud, qui a longtemps travaillé dans les services de renseignement de la garnison Ghayour des pasdarans dans la ville d’Ahwaz, dans le sud-ouest de l’Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 1 er décembre 2010

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe