mercredi, février 8, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran : Suite des manifestations des travailleurs et des personnes escroquées dans...

Iran : Suite des manifestations des travailleurs et des personnes escroquées dans les villes du pays – vidéos

Les manifestations des personnes escroquées par les Caisses d’Épargne du régime iranien, dont Caspienne et Thamen-ul-Hujaj, se poursuivent dans plusieurs villes du pays.

Le mardi 13 juin, un grand nombre de ces personnes ont manifesté pour le deuxième jour consécutif à Ispahan. La manifestation a eu lieu devant la Banque Parsian qui doit rembourser les détenteurs de compte. Les manifestants scandaient : « Assis sur nos argents, Parsian dépose le bilan ». Ils s’en sont pris également dans leurs slogans à Valyullah Saif, le PDG de la Banque centrale, en répétant : « à bas Saif ! » « Saif répond ! », « Saif sans mérite ni compétence ! » et « Trahison au lieu de Protection ».

La police a tenté en vain de disperser la foule en ayant recours à la force. À Téhéran, les personnes qui ont été arnaquées par ces établissement ont manifesté en face de l’Exposition Internationale.
Même scénario à Neychabour (est) où les victimes des escroqueries brandissaient des banderoles appelant à « L’exécution des corrompus de l’économie ». « Avec moins de blanchiment, on aura moins de problème » préconisait l’une des inscriptions.

Suite des manifestations des personnes escroquées en Iran (Téhéran)

La veille, les victimes des escroqueries avaient manifesté dans plusieurs villes du pays. À Téhéran, elles s’étaient rassemblées devant la Banque centrale. À Machhad (est) la manifestation a eu lieu devant le gouvernorat du Département de Khorassan-é-Razavi. Des rassemblements ont également eu lieu devant les bureaux des députés à l’Assemblée (le Majlis) à Neychabour et devant la Caisse d’Épargne Caspienne à Ardebil (nord-ouest) et Larijan (nord).

Le 11 juin d’autres manifestations ont eu lieu dans trois villes du nord et du nord-ouest, à Babol, Hamedan et Ardebil.

En même temps les travailleurs iraniens ont également manifesté dans plusieurs villes du pays :

Le 13 juin, trois cent travailleurs de la Fabrique de papier Fars de Haft-Tapeh (dans le sud-ouest) ont manifesté contre le non-paiement de leur salaire du mois dernier et contre le climat policier qui règne dans cette usine. Les manifestants revendiquaient également la signature de contrat d’une durée minimale d’un an, la révision du plan de valorisation des professions, ainsi que des élections pour élire les représentants des travailleurs.

Toujours dans cette ville (Haft-Tapeh) 300 retraités de la Compagnie de canne à sucre se sont rassemblés dans le bâtiment du Département de comptabilité pour protester contre la non-tenue des promesses du PDG de verser 4% des bénéfices à la Caisse de la Sécurité sociale.

Manifestation a Zabol Iran

Le même jour, à Tabriz (nord-ouest) les travailleurs d’une Fabrique de machines industrielles et agricoles (Tosse’é-San’ât-Azerbaïdjan) ont manifesté pour le troisième jour consécutif. Les manifestants protestent contre un an et demi de salaires et de cotisations sociales non payés, ainsi que du manque de garanties professionnelles.

Iran - Suite des manifestations des personnes escroquées dans les villes du pays

Dans le nord, dans le Département de Mazandaran, les travailleurs de deux grandes fabriques industrielles de briques ont manifesté devant les succursales de la Compagnie nationale de gaz de la ville de Galougah contre la coupure de gaz qui a entraîné la fermeture de ces deux usines.

Manifestation a Kermanchah Iran

Iran - Suite des manifestations des personnes escroquées dans les villes du pays (Moghan)

La veille, le 12 juin, les jardiniers de la Mairie du 8e arrondissement d’Ahwaz (sud-ouest) ont manifesté devant le Conseil municipal, contre le non-paiement de leurs salaires.

Un jour auparavant (11 juin) les travailleurs de la grande Fabrique d’acier (Foulad) de la même ville ont manifesté devant le gouvernorat contre le non-paiement de leurs salaires et de leurs compléments de salaires. Les manifestants ont fermé à la circulation la route menant au gouvernorat. Ils brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Assez de duperies, assez de promesses mensongères », « Jusqu’à quand avoir la tête baissée devant la famille ? », « Sauvez les travailleurs du secteur publique ».

Le 10 juin, les habitants des banlieues pauvres d’Ispahan ont interpellé le Chef du Département en visite sur les lieux. Ils protestaient contre leurs conditions de vie précaires. Le Chef du Département a dû fuir les lieux. Le même jour à Yazd (centre) les travailleurs de l’Usine de mosaïque Kavir, ont protesté devant le gouvernorat, contre quatre mois de retard dans le paiement de leurs salaires.
Dans le sud, à Delvar, dans le Département portuaire de Bouchehr, les manifestants se sont rassemblés le même jour devant la Préfecture pour protester contre l’arrêt des débarquassions de marchandises.

Plus à l’ouest, mais toujours dans le sud, une centaine des retraités de la Compagnie de cannes à sucre de Haft-Tapeh, se sont rassemblés devant le bâtiment administratif de cette compagnie dans la ville de Chouch pour protester contre le non-paiement de leur pension.

Le même jour encore, les travailleurs contractuels de la Mairie de Neyriz, dans le Département de Fars (sud-centre), ont protesté contre le non-paiement de leurs salaires depuis plusieurs mois.

Le même jour encore, dans le nord-ouest, dans le Département d’Ardebil, les marchands d’un marché frontalier appelé Bil’é-Savar, ont manifesté devant les douanes contre les nouvelles réglementations imposant des taxes aux marchandises transportables par les voyageurs.

À Ispahan, les agriculteurs de plusieurs districts des alentours de la ville (Homayoun-Chahr, Falavarjan, Najafabad, Lanjan et Mobarakeh) ont manifesté contre le détournement du fleuve Zayanderoud et ont demandé une indemnisation pour abreuver leurs champs.

Et enfin, le même jour toujours, dans le Département d’Ilam, dans l’ouest du pays, les propriétaires de camions ont fait grève à la douane de la ville frontalière de Mehran, contre les taxes extravagants imposés aux marchandises.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne,
Le 13 juin 2017