vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsManifestations des Baloutches à Zahedan et ailleurs et condamnation de l'exécution de...

Manifestations des Baloutches à Zahedan et ailleurs et condamnation de l’exécution de Mohsen Shekari

Manifestations des Baloutches à Zahedan et ailleurs et condamnation de l'exécution de Mohsen Shekari

Soulèvement en Iran – N°184

« à bas Khamenei », « c’est le dernier message, exécutez et c’est un soulèvement », « Khamenei, honte à toi, dégage du pays », « on ne veut pas d’un pouvoir tueur de Baloutches »

Le vendredi 9 décembre, au 85e jour du soulèvement, Zahedan et d’autres villes de la province du Sistan-Baloutchistan, malgré le déploiement des forces répressives en état d’alerte, ont manifesté après la prière du vendredi contre l’exécution criminelle de Mohsen Shekari, martyr du soulèvement. Brandissant des pancartes, les manifestants ont condamné cette exécution et scandé « je tuerai celui qui a tué mon frère », « à bas Khamenei, maudit soit Khomeiny », « Khamenei, honte à toi, dégage du pays », « à bas les pasdarans », « à bas la milice du Bassidj », « libérez les prisonniers politiques ». Ils ont montré leur détermination à poursuivre le soulèvement et à faire fructifier le sacrifice des martyrs. La jeunesse de Zahedan avait écrit sur une des pancartes « Mohsen Shekari, Iran, Téhéran, condoléances ».

Les femmes courageuses de Zahedan ont joué un rôle actif dans cette manifestation en lançant des slogans comme « c’est le dernier message, exécutez et c’est un soulèvement », « c’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed Ali [Khamenei] », « Viol, crime et mort, à bas la dictature religieuse ». Après la prière du vendredi, les habitants de Khash ont manifesté en scandant « à bas les pasdarans » et « à bas la milice du Bassidj ». Dans ville de Pichine, les manifestants ont lancé « à bas la milice » et dans la ville de Sarjangal au Sistan-Balouchistan, les agents ont tiré des gaz lacrymogènes sur la population.

A Sanandaj, de nombreux commerçants sont toujours en grève. Jeudi matin, de jeunes rebelles ont attaqué le bureau d’un député des mollahs à Golpayegan avec un cocktail. À Machad, la base de la milice du Bassidj a été incendiée. Des agents en civil à Chabahar ont incendié des magasins qui ont participé à la grève nationale des commerçants en brisant les vitrines et en jetant de l’essence à l’intérieur.

Le procureur adjoint du régime à Ilam a déclaré : « tous les individus qui avaient l’intention de forger de l’insécurité dans le bazar provincial, un certain nombre de ceux liés à cette affaire ont été arrêtés et certains font l’objet de poursuites. Ceux qui ont fermé leurs magasins sans aucune raison légale, se verront sanctionnés fermement par le système judiciaire. » (Baztab, 6 décembre 2022)

Dans la soirée du jeudi 8 décembre, Shadman Ahmadi, 33 ans, originaire de Dehgolan, est mort sous la torture des agents du renseignement. Shadman avait été enlevé à son domicile jeudi après-midi avant de mourir sous des sévices et des coups quelques heures plus tard. Le régime a fait pression sur sa famille pour enterrer son corps en secret sans la présence du public. La cérémonie du 3e jour de deuil du martyr Mohammad Reza Ghorbani s’est tenue au village de Ghassab-Ali près de Fouman en présence de la population.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 9 décembre 2022

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe