mercredi, février 1, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran - Au 115e jour du soulèvement, manifestation à Najafabad, manifestations étudiantes...

Iran – Au 115e jour du soulèvement, manifestation à Najafabad, manifestations étudiantes et grèves des commerçants

Au 115e jour du soulèvement, manifestation à Najafabad, manifestations étudiantes et grèves des commerçants

Soulèvement en Iran – N° 221

Des slogans nocturnes à Téhéran contre l’exécution de deux manifestants

Le dimanche 8 janvier, 115e jour du soulèvement, des femmes courageuses de Najaf Abad ont manifesté contre l’exécution de deux manifestants, Mohammad Mahdi Karami et Mohammad Hosseini, avec le slogan « pour chaque personne tuée, un millier d’autres se lèvent », « tant que les mollahs ne seront pas enterrés, ce pays ne sera pas un pays », « le pervers c’est toi, la femme libre c’est moi », « c’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed Ali [Khamenei] » et « pauvreté, corruption et vie chère, nous allons les renverser ».

À Bandar Anzali, les gens se sont rassemblés pour organiser la cérémonie du 40e jour de deuil de Mehran Somak. Les forces répressives sont intervenues en agressant la foule, tirant des gaz lacrymogènes. Les gens ont répliqué en scandant : « jurons sur le sang de Mehran de résister jusqu’au bout ».

Les étudiants en Art de l’université Soureh ont protesté sur le campus pour exiger la libération de leurs camarades arrêtés. Les étudiants scandaient « pasdarans, miliciens du Bassidj, vous êtes notre Daech ».

À Abdanan, Ilam, Saqqez, la cité industrielle de Sanandaj et Kermanchah, des commerçants et bazaris se sont mis en grève pour marquer le troisième anniversaire de la mort de 176 passagers de l’avion ukrainien abattu par deux missiles des pasdarans. Les retraités de Haft-Tapeh et Kagaz Pars ont protesté devant le bâtiment de la sécurité sociale dans la ville de Shoush.

Hier soir, les habitants de Téhéran ont répondu à l’exécution criminelle des jeunes manifestants Mohammad Mahdi Karami et Mohammad Hosseini, en scandant « à bas Khamenei » et « à bas le dictateur » depuis les bâtiments et les toits. A Tehranpars, Tavanir, Geisha, Nirou-ye-Havaï, Tehransar, Sattarkhan, Gholhak, Valiasr, Darband, Pounak et les cités universitaires des slogans ont retenti. Ils criaient « Khamenei Zahak (tyran légendaire), on va t’envoyer sous terre », « à bas Khamenei », « à bas le dictateur », «pour chaque personne tuée, un millier d’autres se lèvent », « les pasdarans commettent des crimes, le guide les soutient », « Khamenei assassin, son régime est illégitime ».

A Qom, de jeunes insurgés ont visé une base de la milice du Bassidj avec des cocktails molotov, à Arak et Gohardacht de Karaj, d’autres ont scandé « à bas Khamenei », « à bas le dictateur », lors de manifestations nocturnes. A Ahwaz, ils ont brûlé une bannière de Qassem Soleimani.

Par ailleurs, le procureur général de la province d’Hormozgan a annoncé que quatre des chauffeurs qui avaient participé à la grève des routiers en décembre avaient été condamnés à une peine de un à dix ans de prison.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 8 janvier 2023

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe