samedi, janvier 28, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Man'uvres répressives contre les manifestations pour la Fête du Feu

Iran : Man’uvres répressives contre les manifestations pour la Fête du Feu

CNRI – Terrifiés par le potentiel des protestations populaires pendant les célébrations du Festival du Feu (16 mars), le régime des mollahs essaie en vain d’empêcher les manifestations par des mesures de répression intense. Il s’agit notamment :

• briefings des miliciens du Bassij pour les préparer à empêcher les manifestations du Festival. Ces réunions sont coordonnées par le général Hamedani, commandant du Corps des gardiens de la révolution (CGR) pour le Grand Téhéran, et le général Hossein Motlaq, commandant du CGR pour la province de Téhéran ;

• Mise en place d’équipes de renseignement par le ministère du Renseignement (Vevak) et les services de renseignement du CGR et du Bassidj pour identifier les militants dans toutes les communautés et arrêter tous les «fauteurs de troubles » avant la fête du feu ;

• Susciter un climat de peur par le biais d’une guerre psychologique liant les manifestants à «l’ennemi» et leur lançant un ultimatum ;

• Diffusion de propagande sur l’omniprésence des agents du régime pour que les manifestants perdent confiance dans ceux qui les entourent et renoncent à participer aux manifestations ;

• Diffusion de spots publicitaires à la télévision sur les dangers de la Fête du Feu (traditionnels pendant cette fête en Iran); diffusion de scènes de victimes brûlées et sur les menaces qui pèsent sur les vies et les biens;

• Confiscation des pétards et fermeture des magasins qui vendent ou entreposent des feux d’artifice ;

• exhorter à espionner son entourage et à dénoncer ceux qui ont l’intention de célébrer la fête avec des feux d’artifice ;

• Concentration des forces dans 30 points de Téhéran, dont Téhéran Pars, Haft Hoz de Narmak, Telephone Khaneh de Narmak, Vali-e Asr, place Vanak, Mirdamad, Sadeqieh, place Nil, et d’autres quartiers ayant été au centre des protestations précédentes ; protection de sites spécifiques, comme les bâtiments des organes répressifs et les postes de police de ces quartiers ;

• Encourager les jeunes filles et garçons à danser et s’amuser [pour les détourner de manifester], malgré l’interdiction sous le régime religieux ;

• Mise en place des feux de joie par les agents du régime dans les endroits autorisés et inviter les gens à se rendre sur ces sites;

• Empêcher que les gens allument des feux de joie, même sur une petite échelle et tenter de les éteindre immédiatement. L’expérience des années précédentes montre que les jeunes développent les plus petits feux de joie pour en faire des manifestations hostiles au régime. En plus des moyens étendus pour lutter contre les incendies, des agents du CGR à moto seront équipés d’extincteurs et seront prêts à empêcher les feux de joie allumés par la population ;

• Interdire les photos et les films des protestation par les gens dans la rue et empêcher leur utilisation dans les médias contre le régime ;

• Mettre en place des règlementations pour interdire aux gens de se déplacer à moto après 17h00 le 16 mars ;

• Arrestation des manifestants, sous le prétexte de précautions de «sécurité» et sous inculpation d’ «atteinte à la vie des gens ».

• S’opposer à tout rassemblement immédiatement après la tombée de la nuit, et arrestation de toute personne qui en a rejoint d’autres dans un endroit unique, même s’il ne s’agit que de 3 à 4 personnes.

Malgré toutes ces précautions répressives, on s’attend à ce que le peuple courageux d’Iran et sa jeunesse organisent des manifestations aux cris de «Mort à Khamenei», «A bas le principe du guide suprême », et d’autres slogans anti-régime, tout en mettant le feu aux photos du fondateur du régime, Khomeiny, et de son chef suprême actuel, Ali Khamenei, ainsi que de son président, Mahmoud Ahmadinejad, pour exprimer leur rage et leur colère à l’égard de l’ensemble du fascisme religieux et pour exprimer leurs aspirations légitimes à l’instauration de la démocratie et de la souveraineté populaire dans leur patrie.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 7 mars 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe