vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran - Manifestations des personnes arnaquées par la Caisse d’Épargne Caspienne appartenant...

Iran – Manifestations des personnes arnaquées par la Caisse d’Épargne Caspienne appartenant aux Gardiens de la Révolution dans plusieurs villes du pays – vidéo

Les manifestations qui ont débuté le 22 mai contre les escroqueries de la Caisse d’Épargne « Caspienne » appartenant aux Gardiens de la Révolution a fait tache d’huile dans le pays. Téhéran, Meched (est), Zahedan (sud-est), les villes du sud telles qu’Ahwaz, Abadan, Khoramchahr, Bouchehr, Chouche, Omidieh, Minoudacht, Soussanguerd, Ramhormoz, Yassouj, Rafsandjan, des villes de l’ouest et du nord-ouest telles que Boroujerd, Khoramabad, Doroud, Azna, Delfan, Alechtar, Kouhdacht, Kermanchah, Mehran, Dehloran, Ilam, Ardebil, des villes du nord telles que Racht, Gorgan, Babol, Sari, Amol, Hamedan et la ville de Mahalat dans le centre, ont été le théâtre des mouvements de protestation des victimes des escroqueries de cette Caisse d’Épargne, revendiquant le remboursement des fonds qu’elles ont déposés dans cet établissement.

Le 29 mai, des milliers de personnes ont manifesté devant la Banque centrale. Des accrochages a eu lieu entre manifestants et forces de l’ordre qui ont tenté de les disperser. Les manifestants ont cassé les vitres des portes du coin nord de la Banque et ont fermé à la circulation, l’Avenue Mirdamad dans laquelle elle se trouve.

« C’est le jour de deuil aujourd’hui, les comptes du peuple sont foutus en l’air aujourd’hui », scandaient les manifestants qui répétaient aussi d’autres mots d’ordre : « Honte, honte, honte, honte au gouvernement incompétent », « à bas Saif [le directeur général de la Banque centrale] », « Caspienne nous a arnaqués, la Banque centrale l’a soutenue ».

La veille, le 28 mai, de nombreuses villes du Département du Khouzistan, dans le sud du pays, telles qu’Ahwaz, Chouche, Chouchtar, Omidieh et Izeh, ainsi que la ville côtière du Golfe persique, Bouchehr, Khoramabad et Delfan dans l’ouest et Arak dans le centre, ont été la scène des manifestations des personnes réclamant le remboursement des fonds qu’elles avaient déposés dans cet établissement. La route Ahwaz-Chouche a notamment été fermée à la circulation par les protestataires. À Khoramabad, la foule a fermé à la circulation les avenues Alavi et Enghelab, ainsi que l’un des principaux carrefours de la ville où se trouve la Banque. Les manifestants ont également encerclé le bâtiment où se trouve le bureau du gouverneur dans l’intention d’y faire intrusion. Il a fallu l’intervention musclée des forces anti-émeutes de la police pour les empêcher. La foule a ensuite marché de ce bâtiment jusqu’au carrefour de la Banque, en scandant « à bas le gouverneur ».

D’autres rassemblements de protestation ont eu lieu dans l’ouest du pays, à Boroujerd, Aligoudarz, Doroud, Alechtar, Nourabad et Azna. Ces manifestations continuent toujours.

Le 27 mai, à Babol (nord) une foule en colère répétait les mots d’ordre suivant : « Directeur incompétent, démissionne, démissionne », « Corrupteur, c’est toi qui a donné le feu vert », « Cette Banque est un nid de corruption, c’est Saif qui l’a autorisé », « à bas Caspienne ».

À Ardebil (nord-ouest), la foule réclamait la fin de la corruption. « C’est une Banque ou un centre d’arnaque ? » demandaient en cœur les manifestants. « Pas de peur, pas de peur, nous sommes tous ensemble » répétaient les manifestants à Babol (nord).

Des centaines de personnes se sont révoltés aussi à Nourabad (ouest) où la foule a brûlé des pneus pour fermer à la circulation l’avenue où se trouve une autre Caisse d’Épargne, « Arman ». Les succursales de cette dernière ont été pris d’assaut par les manifestants à Kio (ville proche de Khoramabad, dans l’ouest). Ces derniers ont séquestré le directeur général de la Banque pendant plusieurs heures. À Chouche (sud), des manifestations ont également eu lieu devant la Caisse d’Épargne « Arman ».

Dans une réaction officielle face à cette gronde, l’adjoint du directeur général de la Banque centrale qui est lui-même à l’origine des autorisations offertes à ces Caisses d’Épargne pour effectuer les détournements de fond a reconnu les délits effectués. « Certaines Caisses d’Épargne ont effectué des délits tels que des tractations fictives ou frauduleuses et le paiement des profits extravagants », a déclaré Farchad Heydari. Celui-ci a grossièrement imputé la faute aux personnes qui ont ouvert un compte dans ces Caisses d’Épargne. « Nous conseillons aux gens de ne pas ouvrir de compte dans ces établissements, faute de quoi ils seront eux même responsables de ce qui adviendra de leurs fonds », a-t-il affirmé.

« De puissantes forces se trouvent derrière ces Caisses d’Épargne », a par ailleurs reconnu Ahmed Khatami, une autorité haut-placée dans le pouvoir, cité le 20 mai par le journal Eghtessad News. « Ces forces puissantes peuvent même changer les décisions concernant les liquidités et l’épargne », a ajouté Khatami.

Ce genre d’escroquerie qui cible les gens et qui est soutenu par des pôles de puissance à l’intérieur du pouvoir, se multiplient en Iran. Le renversement de la théocratie pourrait seulement mettre fin à ce cycle de corruption et d’arnaque.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne,
30 mai 2017

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe