samedi, novembre 26, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueIran: Les lobbies des mollahs en France s’efforcent de rendre présentable le...

Iran: Les lobbies des mollahs en France s’efforcent de rendre présentable le visage criminel de ce régime (Maryam Radjavi)

CNRI – Le Comité parlementaire pour en Iran démocratique (CPID), composé de plusieurs dizaines de députés de tous les groupes politiques de l’Assemblée nationale, a organisé le mardi 29 octobre un colloque à la Salle Victor Hugo sur la situation en Iran. L’invitée d’honneur, la dirigeante de l’opposition iranienne (CNRI), Maryam Radjavi a présenté son analyse de la situation. Une délégation de sénateurs menée par M. le sénateur Jean-Pierre Michel, président du Comité français pour un Iran démocratique (CFID), a participé à cette conférence présidé par M. le député Dominique Lefebvre, vice-président du CPID. 
 
Voici l’intervention de Maryam Radjavi:

 
Je tiens à remercier le Comité parlementaire pour un Iran démocratique qui nous offre l’occasion de nous retrouver à l’Assemblée nationale. En effet, nous étions réunis ici en février, comme aujourd’hui, à la veille d’une autre négociation nucléaire. J’avais évoqué les crises du régime, l’impasse du programme nucléaire, la guerre en Syrie, les conflits internes du pouvoir, un régime fragilisé qui se sent menacé par son opposition organisée et donc qui multiplie les attaques contre le camp Liberty en Irak. J’avais alors déclaré que le régime est entré dans sa phase terminale. Aujourd’hui les évènements confirment cette phase. 
 
Si le régime abandonnait son programme nucléaire militaire, son ingérence en Syrie et en Irak, et la répression cruelle en Iran, alors nous serions les premiers à nous en féliciter. Mais le régime a pris un chemin contraire, et les gesticulations modérées du mollah Rohani ne lui seront d’aucun secours. Rohani n’était pas le candidat favori du Guide suprême du régime. Khamenei a dû accepter ce mollah, qu’il avait confirmé, par crainte de voir les évènements de 2009 se répéter. Depuis, le pouvoir est déchiré entre deux pôles qui affaiblissent le régime. 
 
Sur le plan économique, l’inflation est à 50%. Selon le ministre de l’Economie, la croissance est tombé à – 6% en octobre et le chômage est à 30%. C’est le bilan d’un régime corrompu et intégriste, qui a détruit l’économie iranienne en dépensant des centaines de milliards de dollars dans les projets nucléaires et militaires, la répression et l’exportation du terrorisme. 
L’objectif du pouvoir est donc de réduire les sanctions internationales qui aggravent la situation, sans renoncer à la bombe. Malgré les gestes d’ouverture dans la forme, rien n’a changé dans le fond aux négociations de Genève. Khamenei veut se servir des mises en scène trompeuses de Rohani pour faire avancer sa stratégie. 
 
Surtout que c’est le mollah Rohani qui en 2003 a dupé la troïka européenne, en permettant au régime de compléter une partie de son programme nucléaire. Rien n’indique aujourd’hui que ce mollah a changé de stratégie. En refusant d’arrêter l’enrichissement d’uranium, en renvoyant dans un futur incertain le protocole additionnel, le régime démontre qu’il veut gagner du temps et tester la communauté internationale. Aux prochaines discussions en novembre, le monde doit savoir que sans détermination face à des mollahs affaiblis, mais perfides, il ne va obtenir que du vent et récolter la tempête. 

Dans ces conditions, l’attaque contre le camp d’Achraf et le massacre de 52 membres désarmés des Moudjahidine du peuple, traduisent la cruauté des mollahs et de leur protégé, Nouri Maliki. Cependant, cela démontre aussi que l’équation iranienne est dominée par l’hostilité de ce régime à l’égard du peuple iranien et de sa résistance. Ce crime à Achraf contre des personnes sans défense, protégées par les conventions internationales, démontre combien le régime craint la résistance organisée qui refuse de capituler, et qui demande une République pluraliste et démocratique, avec la séparation de la religion et de l’Etat, et l’égalité des femmes et des hommes.
 
Sur le 1er septembre, toutes les informations que nous avons, les déclarations des autorités et les films, prouvent clairement qu’à la demande des mollahs, le gouvernement irakien s’est livré à un massacre à Achraf et qu’il est responsable de l’enlèvement de sept membres de la résistance, six femmes et un homme, pendant cette attaque. 
 
A propos d’Achraf et de Liberty, il ne fait aucun doute que la principale responsabilité revient aux Etats-Unis et aux Nations Unies qui n’ont pas rempli leurs devoirs et n’ont pas tenu leurs engagements écrits et répétés sur la sécurité et la santé des Moudjahidine du peuple. C’est après les promesses des Etats-Unis et de l’ONU disant que les Achrafiens seraient totalement protégés et rapidement réinstallés dans des pays tiers, que les habitants ont été déplacés vers la prison de Liberty, et sont aujourd’hui exposés à des attaques meurtrières à la roquette.
 
A ce jour, plus de 112 personnes ont été tuées, 15 sont décédées à cause du blocus médical et 1.200 ont été blessées. Malgré la collaboration totale des habitants avec l’ONU, moins de 10% ont été réinstallés en dehors de l’Irak C’est pourquoi leur sécurité à Liberty est une priorité. Aux pays qui ignorent cette priorité sans avoir accueilli un seul habitant d’Achraf, ni ses malades, ni ses blessés, nous disons de mettre fin à leur indifférence. 
 
Quant aux membres de l’Union européenne, particulièrement la France qui a une grande influence internationale, ils auraient pu être efficaces en obligeant l’Irak à tenir ses engagements et en engageant le Conseil de sécurité dans cette question profondément humanitaire. Mais les pays membres de l’Union européenne n’ont rien fait pour la libération des sept otages. 
 
Cela va faire bientôt soixante jours que des centaines de personnes à Liberty, à Genève, Londres, Berlin, Ottawa et Melbourne sont en grève de la faim, pour demander leur libération et je suis profondément inquiète pour leur santé.
 
Les Etats-Unis, l’Union européenne et l’ONU savent parfaitement qui détient ces otages. Par conséquent, recevoir Maliki dans les prochains jours à la Maison-Blanche ne fera pas honneur au président des Etats-Unis. Mais si les Etats-Unis préfèrent serrer la main d’un meurtrier, j’appelle le Président Obama à exiger de Maliki la libération immédiate et sans condition des otages et la fin des obstacles à la protection de Liberty. Refuser cette demande sera interprétée comme de la complicité. Avec de nombreux parlementaires dans le monde, nous demandons au gouvernement américain, à l’Europe et à l’ONU de couper leur assistance économique et en armes à l’Irak tant que son gouvernement n’aura pas libéré les otages et d’installer en permanence une équipe d’observateurs et des casques bleus de l’ONU à Liberty. 
 

Mesdames et Messieurs les parlementaires, Chers Amis,
 
Depuis l’arrivée de Rohani, il y a eu 270 exécutions. Samedi dernier dans une horrible tuerie, il a fait pendre 16 prisonniers politiques en représailles. Le régime veut absolument compenser les gesticulations de modération, par des massacres en Iran et à Achraf, parce qu’il a peur d’une révolte populaire.  
 
Pendant ce temps, les lobbies des mollahs en France s’efforcent de rendre présentable le visage criminel de ce régime. On agite des contrats sans avenir avec un régime en faillite économique, je regrette que ces lobbies prennent les décideurs en France pour des naïfs. Un pays qui a engendré des personnalités comme le général de Gaulle, Jean Moulin ou François Mitterrand est capable de diriger une stratégie internationale conforme aux valeurs humanistes universelles. Je pense que l’initiative du Président François Hollande au Mali en fait partie. 
 
La dictature religieuse sera contrainte de reculer seulement face à une politique de fermeté et non face à une politique de complaisance, qui rend les dictateurs plus arrogants. Alors qu’à Washington, nous assistons à une politique d’hésitation face à la tragédie en Syrie, aux massacres à Achraf et en Irak et à la tuerie en Iran, la France peut jouer ce rôle historique. 
 
Les parlementaires peuvent encourager cette France à être à l’avant garde d’une politique internationale de fermeté face au fascisme religieux en Iran et dans la région, et à se tenir aux côtés des peuples de la région qui désirent se libérer de l’intégrisme. 
 
Je vous remercie
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe