vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran : Le soulèvement de la population s'est étendu à Téhéran, Ahvaz,...

Iran : Le soulèvement de la population s’est étendu à Téhéran, Ahvaz, Arak, Karaj et d’autres villes

Iran soulèvement

Soulèvement en Iran – No. 197
Manifestation et affrontements avec les pasdaran à Téhéran avec le slogan : « A bas Khamenei, à bas le dictateur »

Le jeudi 2 août, deuxième jour du soulèvement populaire en Iran, les manifestations se sont propagées dans différentes villes du pays. Elles ont commencé jeudi matin à Ispahan, Shiraz, Machhad, Shahin Shahr, Najaf Abad et se sont étendue d’heure en heure à Ahvaz, Arak, Karaj, Téhéran et bien d’autres villes.

Les jeunes courageux d’Ahvaz ont manifesté à l’intersection de Naderi en scandant : « Notre ennemi est juste ici ; ils prétendent que c’est l’Amérique » ; « La nation est pauvre, tandis que les mollahs vivent comme des dieux ».

A Téhéran, la population a manifesté sur la place Vali-e Asr en scandant : « A bas Khamenei ; A bas le dictateur ; Canon, char, pétard, les mollahs doivent dégager. » Ils se sont heurtés aux forces des pasdaran et ont également mis le feu à des poubelles sur le chemin de Vali-e Asr vers la place Hossein afin de bloquer la voie aux forces répressives.

Iran, Téhéran, le 2 août : Pas Gaza, pas le Liban, ma vie pour l'Iran

A Arak, les manifestants ont scandé : « La nation est pauvre, tandis que les mollahs vivent comme des dieux. » « La cherté de la vie et l’inflation sont une calamité pour la population. »

Iran, Arak, le 2 août, les manifestants contre le régime, sont arrêtés

A Najaf Abad, des femmes courageuses ont scandé : « Ils ont nourri la guerre en Syrie, mais ils ont anéanti nos jeunes. » Les jeunes courageux ont bravé les forces répressives en scandant : « la répression ne fonctionne pas, le soulèvement ne s’arrêtera pas ».

Iran, Ispahan, le 2 août, les jeunes ont affronté les forces répressives

A Shiraz, dans la rue Daryoush, les jeunes courageux ont scandé : « A bas Khamenei ; ce mois-ci est le mois du sang, le régime des mollahs sera renversé; Canon, char, pétard, les mollahs doivent dégager ; L’Iran est comme la Palestine. » Les jeunes se sont heurtés aux agents qui ont usé de gaz lacrymogènes.

Iran, Chiraz, le 2 août : Pas Gaza, pas le Liban, ma vie pour l'Iran

Le régime des mollahs a eu recours à diverses astuces pour empêcher la propagation des protestations à d’autres villes. Craignant l’explosion de la colère du peuple, les responsables du Renseignement des mollahs ont découragé la population de participer aux manifestations en envoyant des SMS sur les téléphones portables hier soir.

Dans une déclaration de la faction de Khamenei à Qom, le « Conseil de coordination des conservateurs de la province de Qom », a averti la population de ne pas participer aux manifestations parce que « l’OMPI utilise la question de la cherté de la vie et les perturbations économiques » et dirige des manifestations contre le régime.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a salué la population insurgée et a déclaré : « En défiant les pasdaran, les Bassidjis et les agents en civil une fois de plus aujourd’hui, les femmes et les jeunes insurgés se constituent en une génération rebelle qui n’aura guère de répit pas tant que le peuple iranien ne sera pas libre. Ils ont manifesté la colère et le rejet du peuple iranien contre la dictature religieuse au pouvoir en Iran. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
2 août 2018

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe