lundi, décembre 5, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran : La manifestation se poursuit à Téhéran

Iran : La manifestation se poursuit à Téhéran

aux cris de « je me bats et je meurs pour reprendre mon pays », « ni pour Gaza, ni pour le Liban, mon cœur bat pour l’Iran »

CNRI – Selon les informations reçues, à l’ouverture du discours d’Ahmadinejad les manifestants dans la rue Palestine et le boulevard Kechavarz criaient « Mort au dictateur ». La foule dans la rue Enghelab scandait « les viols et la torture ne servent plus à rien ». Des dizaines de milliers de manifestants défilaient d’Amir-Abad vers Djam-e-Djam.

Iran : La manifestation se poursuit à Téhéran

aux cris de “je me bats et je meurs pour reprendre mon pays », « ni pour Gaza, ni pour le Liban, mon cœur bat pour l’Iran »

CNRI – Selon les informations reçues, à l’ouverture du discours d’Ahmadinejad les manifestants dans la rue Palestine et le boulevard Kechavarz criaient « Mort au dictateur ». La foule dans la rue Enghelab scandait « les viols et la torture ne servent plus à rien ». Des dizaines de milliers de manifestants défilaient d’Amir-Abad vers Djam-e-Djam.Dans la rue Vali-Asr, les manifestants frappaient des pieds en rythme en criant : «Palestine où es-tu, tu n’as pas vu Kahrizak ». Ils ont réussi à briser net la charge des miliciens. La rue Vali-Asr jusqu’à la place Vanak et d’autres rues du secteur sont noires de monde. Des milliers de manifestants criant « Je me bats et je meurs pour reprendre mon pays » ont avancé en direction de Djam-e-Djam, le centre de la radiotélévision du régime. Dans le parc Sa’i, des jeunes ont entonné l’hymne « Ô Iran ! »

Par ailleurs, une marée humaine avançait de la place des Reza’iha (7 tir) jusqu’aux rues Karegar et Enghelab en scandant « ni pour Gaza, ni pour le Liban, mon cœur bat pour l’Iran ».

Cherchant à tout prix à éviter la moindre photo ou le moindre film des manifestations, les forces de sécurité arrêtent tous ceux qui filment et saisissent leurs téléphones portables ou leurs caméras. Les agents du ministère du Renseignement (Vevak), eux, filment les manifestants pour les identifier et ensuite les arrêter. Mais on ne voit aucun journaliste de la télévision officielle pour préparer des reportages sur cette manifestation courageuse.

Les autorités du régime des mollahs pour couvrir les cris de protestations, diffusent les slogans officiels à plein volume par des haut-parleurs, mais la population continue à conspuer le régime.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 septembre 2009

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe