dimanche, novembre 27, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsBilan ahurissant des forces répressives dans une province en Iran

Bilan ahurissant des forces répressives dans une province en Iran

Iran - En 6 mois à Kermanchah, 499 plans de répression, 10 000 arrestations et 40 000 fichiers juridiques ont été réalisés

En 6 mois à Kermanchah, 499 plans de répression, 10 000 arrestations et 40 000 fichiers juridiques ont été réalisés

Le colonel des pasdaran Manouchehr Amanollahi, commandant des forces répressives de la province de Kermanchah, a déclaré qu’au cours des six derniers mois ses troupes avaient arrêté 10 000 personnes. Il a également reconnu qu’au cours de cette même période il avait mis en œuvre 499 plans pour « améliorer la sécurité publique de la province », ajoutant qu’ « un millier de missions sont menées toutes les 24 heures sous l’autorité des forces de sécurité de la province. »

Le pasdaran criminel a affirmé que ces arrestations faisaient partie intégrante de ces plans et que 40 000 dossiers avaient été déposés dans plusieurs antennes de police de la province de Kermanshah. En plus de forces de sécurité, les pasdaran, le ministère du renseignement et des dizaines d’autres organes de répression arrêtent librement un grand nombre de citoyens et les détiennent dans des centres de détention officiels et affiliés.

Amanollahi a affirmé que ces mesures assuraient « la sécurité et la paix » et étaient représentatives du « pouvoir de la police » et des autres organes de répression qui, selon lui, sont des « dispositifs efficaces dans le domaine de l’ordre et de la sécurité ».

Une semaine auparavant, le brigadier-général Hossein Achtari, commandant des forces de sécurité du régime, avait déclaré que les forces de sécurité « lutteraient contre le mauvais port du voile et ceux qui n’adhèrent pas à la dignité islamique. »

Ces arrestations arbitraires et répandues ne se limitent pas à la province de Kermanchah et les arrestations d’activistes politiques, de militants des droits des femmes et des travailleurs, aussi bien que d’enseignants, étudiants, minorités religieuses et ethniques, de net-citoyens et de participants à des mouvements sociaux se poursuivent.

Beaucoup de ces arrestations et peines de prison sont établies sur des accusations absurdes telles que « insulte au guide suprême », « propagande contre le système » et « agissement contre la sécurité nationale » et leur objectif est de créer une atmosphère de peur et d’oppression ainsi que d’empêcher des soulèvements populaires.

La Résistance iranienne exprime sa compassion envers les familles des prisonniers et enjoint le peuple iranien, en particulier la jeunesse, à protester contre ces arrestations arbitraires et à soutenir les familles des prisonniers.

La Résistance iranienne appelle également les organisations internationales des droits de l’homme à condamner les arrestations arbitraires de masse en Iran, et appelle à des mesures immédiates de la part de la communauté internationale pour imposer comme condition à toute relation économique avec le régime iranien la cessation des exécutions et l’amélioration des droits humains.

Secrétariat du Conseil National de la Résistante Iranienne
Le 5 octobre 2015

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe