lundi, décembre 5, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: FemmesIran : Appel à sauver la vie des prisonnières politiques à Evine

Iran : Appel à sauver la vie des prisonnières politiques à Evine

 CNRI – Les prisonnières politiques de la section 209 d’Evine connaissent des conditions inhumaines et subissent des tortures physiques et psychologiques. D’autant plus qu’avec le transfert dans cette section des femmes et jeunes filles arrêtées durant le soulèvement populaire en Iran, les cellules sont surpeuplées.

De même, les geôliers et les tortionnaires disent aux détenues qu’elles doivent servir d’exemples à ces nouvelles prisonnières pour qu’elles n’osent plus aller manifester.

Ces cellules n’ont pas de système d’aération et dans la chaleur de l’été les prisonnières étouffent, souffrent de maux de tête violents, de nausées et de problèmes respiratoires.

Compte tenu des possibilités limitées de se rendre aux toilettes, la plupart souffrent de maladies de la vessie, des reins et du système digestif.

Parmi les détenues de cette section, Mahsa Naderi, une étudiante de 19 ans, est maintenue en isolement cellulaire sur ordre de Saïd Sheikhan, chef de la section 209, bien que sa peine ait été prononcée. Elle a contracté diverses maladies en prison, et reste privée de soins.

Mme Fatemeh Zia’i, 52 ans, atteinte de sclérose en plaque, est dans un état gravissime. Malgré cinq mois d’incarcération, elle n’est toujours pas fixée sur son sort. Le tortionnaire Alavi lui a dit qu’elle ne sortirait pas vivante de cette section, et que plus vite elle mourrait, mieux cela vaudrait pour elle et pour lui. Les interrogateurs du ministère du Renseignement n’autorisent aucune visite de sa famille.

Mmes Atefeh Nabavi, Azmoudeh Babakhani, et Shiva Nazar-Ahari, font partie de cette section. Shiva Nazar-Ahari, après 57 jours d’enfermement, n’est toujours pas fixée sur son sort et sa famille n’a pas réussi à la voir ; ses contacts téléphoniques sont aussi interrompus depuis longtemps.

La commission des femmes du CNRI appelle les instances et les organes de défense des droits humains et des droits des femmes à condamner les arrestations massive set arbitraires en Iran et la situation abominable des prisonnières. Elle demande au haut commissaire des droits de l’homme et au rapporteur spécial sur la violence faite aux femmes d’envoyer une mission pour enquêter sur la situation des détenues en Iran.

Commission des femmes du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 14 août 2009

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe