lundi, février 6, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueFunérailles solennelles de la diva Marzieh

Funérailles solennelles de la diva Marzieh

Funérailles de Marzieh, Auvers, 18 octobre 2010Trésor et honneur de l’art national et voix de la liberté du peuple iranien
à Auvers-sur-Oise

CNRI – Lundi 18 octobre, la dépouille mortelle d’Achraf Al-Sadat Mortezaï, « Marzieh », la légendaire diva iranienne, symbole de la protestation et de la rébellion de l’art iranien contre le régime fasciste du guide suprême, a été déposée en terre au cimetière d’Auvers-sur-Oise, ville où elle résidait. Marzieh est décédée d’un cancer à l’âge de 86 ans.

Funérailles de Marzieh, Auvers, 18 octobre 2010Trésor et honneur de l’art national et voix de la liberté du peuple iranien à Auvers-sur-Oise

CNRI – Lundi 18 octobre, la dépouille mortelle d’Achraf Al-Sadat Mortezaï, « Marzieh », la légendaire diva iranienne, symbole de la protestation et de la rébellion de l’art iranien contre le régime fasciste du guide suprême, a été déposée en terre au cimetière d’Auvers-sur-Oise, ville où elle résidait. Marzieh est décédée d’un cancer à l’âge de 86 ans.

La cérémonie funèbre de la diva Marzieh, conseillère artistique de la présidente-élue de la Résistance et membre du CNRI, soutien puissant et amie inébranlable des Moudjahidine de la liberté au camp d’Achraf, s’est déroulée au siège du CNRI à Auvers-sur-Oise.

Une multitude d’Iraniens, toutes générations confondues, étaient venus de nombreux pays, surtout d’Europe, et se sont rassemblés au siège du CNRI et dans la rue attenante pour rendre hommage à une artiste sans précédent qui durant 60 ans a rempli leur cœur de beautés et de délicatesses.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a prononcé le discours principal de cette célébration où elle a rendu un vibrant hommage à la mémoire du rossignol iranien. A ses yeux, Marzieh était la plus remarquable femme de l’art et de la résistance du monde contemporain. Elle était le trésor vénérable et éternel de l’art iranien, la force de la femme rebelle d’Iran contre la lapidation et la misogynie de Khomeiny et la plus belle voix de la résistance pour la liberté. Une femme qui n’a jamais fait le moindre compromis avec ce régime.

Radjavi a dit : Marzieh était une lionne qui, dans ses soixante-dix ans est née une deuxième fois et s’est rebellée contre les pilleurs et les usurpateurs de la musique et de l’art de l’Iran, pour sauver, des ravages de Khomeiny, la beauté de notre art, de notre culture et de notre histoire. Une femme rebelle dont les chansons populaires ont été l’écho des passions enchaînées et des douleurs de la nation opprimée d’Iran. Une artiste qui a consacré toute sa gloire et sa popularité à la lutte du peuple iranien. Elle a chanté pour la fin du règne des tyrans sur les chars de l’Armée de libération. Son appel à la prière, chanté dans les mosquées a été un défi historique à la misogynie des mollahs hypocrites.

Auvers, 18 octobre 2010, funéraille de MarziehMarzieh était un défenseur acharné des 3400 membres des Moudjahidine du peuple d’Iran qui résident à Achraf en Irak, où elle a elle-même vécu plusieurs années. Elle leur aura apporté son soutien jusqu’à son dernier souffle. Le régime des mollahs a exercé des pressions sur sa famille après son adhésion à la Résistance, mais Marzieh à continuer à résister.

Lors de ses obsèques, de nombreux artistes renommés, des personnalités politiques, des militants de droits de l’homme et de juristes, notamment Russ Pople, Maestro du festival de Londres, ont rendu hommage à cette diva de la musique iranienne.

Une exposition retraçait la carrière brillante de Marzieh et un film a été diffusé sur la cérémonie solennelle qui s’est déroulée à Achraf pour lui rendre un dernier hommage.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 octobre 2010