vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafFuite en avant stupide du pouvoir irakien qui dément l’envoi forcé des...

Fuite en avant stupide du pouvoir irakien qui dément l’envoi forcé des otages Achrafiens en Iran

Massacre à Achraf – N°39

URGENT

– Les otages ont été transférés à Amara par le pouvoir irakien pour les livrer au régime iranien
– Les USA et l’ONU doivent intervenir en urgence pour empêcher l’envoi des otages en Iran

A la suite des révélations sur la capture et la détention des sept Achrafiens pris en otage par le pouvoir irakien, Ali Al-Moussaoui, le porte-parole du cabinet du premier ministre irakien, a annoncé dans une fuite en avant grotesque pour échapper aux conséquences internationales de ce grand crime sur ordre du régime iranien : « Le gouvernement irakien n’a aucun plan en vue de livrer ces habitants d’Achraf à Téhéran. » Les médias et les agences de presse du régime des mollahs ont repris en boucle ce démenti ridicule nécessaire à la poursuite de leur plan criminel.

S’ils n’ont pas l’intention de livrer au régime iranien les sept Achrafiens qu’ils ont pris en otage le 1er septembre, Maliki et son gouvernement doivent immédiatement les libérer.

Les mensonges du porte-parole de Maliki interviennent alors que dans l’après-midi de mardi 10 septembre, les 7 otages ont été emmenés par 4 hélicoptères dépendant du cabinet du 1er ministre sous une lourde protection, de Bagdad à Amara dans le sud de l’Irak pour les livrer au régime iranien.  Cette province est sous le contrôle et l’influence de la force terroriste Qods.

Le 1er septembre, les forces irakiennes ont transporté les captifs dans des véhicules appartenant aux Achrafiens par une route entièrement sous le contrôle des force s irakiennes de l’autre côté du remblai du nord d’Achraf, élevé après l’attaque d’avril 2011 lors de l’occupation du camp. Puis ils les ont emmenés dans d’autres véhicules à Bagdad. Avant leur transfert à Amara sous le contrôle du directeur de cabinet du commandement général des forces armées au cabinet du 1er ministre, les otages étaient détenus près de l’aéroport de Bagdad.

Les otages ont tous le statut de personnes protégées par la 4e convention de Genève et comme l’a souligné le HCR, ce sont des demandeurs d’asile qui relèvent de sa compétence bénéficiant de protection internationale.

La Résistance iranienne appelle le président et le Secrétaire d’Etat américains, le secrétaire général de l’ONU et le Haut commissaire aux réfugiés de l’ONU qui ont une responsabilité directe dans la santé et la sécurité de ces personnes, à agir de toute urgence pour empêcher le pouvoir irakien d’envoyer de force ces otages en Iran pour les livrer au régime des mollahs et de les libérer immédiatement.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 11 septembre 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe