jeudi, juillet 25, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: FemmesAttaques chimiques organisées contre des écoles de filles à Téhéran, Kermanchah, Sanandaj,...

Attaques chimiques organisées contre des écoles de filles à Téhéran, Kermanchah, Sanandaj, Hamedan et Karadj

Attaques chimiques organisées contre des écoles de filles à Téhéran, Kermanchah, Sanandaj, Hamedan et Karadj

Khamenei et ses partisans criminels continuent d’empoisonner les écolières afin de contrer le soulèvement et de se venger des filles et des femmes à l’avant-garde des manifestations en 2022 et 2023. Les lundi 24 et mardi 25 avril, des écoles de Téhéran et d’ailleurs comme Kermanchah, Sanandaj, Hamedan et Karadj ont été la cible de l’empoisonnement d’un grand nombre d’élèves.

Mardi, les élèves de plusieurs établissements scolaires de filles, comme le lycée Avini à Téhéran, l’école Niayesh à Sanandaj et l’école Qodousi à Kermanshah, ont été empoisonnées à la suite d’attaques chimiques. Lundi également, les lycées de filles de Nasibah, Maedeh, Niayesh, Mastorah Ardalan, Meraj et Esmat à Sanandaj, le lycée de filles 22 Bahman et le lycée de filles Fatemeh Pezechki à Mehrshahr de Karadj, le lycée de filles Javad al-Assad et le conservatoire Fatemiyeh, le lycée pour filles Javed al-Athar à Hamedan et l’école de filles Fassaïnejad ont été attaqués au gaz toxique à Téhéran et des dizaines d’élèves ont été empoisonnées et transportées à l’hôpital.

Au cours des cinq derniers mois, alors que les empoisonnements d’écolières se sont poursuivis, le régime des mollahs et ses organes sécuritaires, politiques et de propagande n’ont fait que dissimuler la vérité dans cette affaire et empêcher qu’elle ne soit révélée. Au contraire, des lanceurs d’alerte sur ce crime organisé ont été poursuivies et emprisonnées. Hossein Rajabi, le procureur de Qazvine, a annoncé l’arrestation d’une femme qui « réalise des vidéos et des photos de l’état des élèves depuis leur entrée à l’hôpital et leur traitement dans divers services médicaux. Un procès a été intenté contre cette personne (…) et elle a été envoyée en prison pour avoir publié des mensonges et de la propagande contre le régime » (Site Entekhab, du 20 avril 2023).

Behzad Rahimi, député du régime, s’est adressé au ministre de l’Intérieur de Raïssi en lui disant : « malheureusement, l’empoisonnement en série des écolières se produit largement depuis plusieurs mois pour devenir un problème difficile et sans réponse. (Site du Majlis, le 17 avril).

Mostafa Reza Hosseini, un autre député des mollahs, a qualifié le gouvernement de Raïssi du « plus faible et plus inefficace » et lui a demandé : « qu’avez-vous fait à propos de l’empoisonnement des écolières ? Combien d’individus avez-vous arrêté ? À qui étaient-ils affiliés ? Où les avez-vous présentés ? Pourquoi vous ne dites pas cela aux gens ? » (Site du Majlis – 17 avril).

La Résistance iranienne exige une fois de plus une enquête approfondie et indépendante par la mission internationale d’établissement des faits sur ce grand crime systématique.

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 25 avril 2023