lundi, décembre 5, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafEnvoi de nouveaux agents professionnels du Vevak à Achraf

Envoi de nouveaux agents professionnels du Vevak à Achraf

Archive: des ganets du Vevak installant des haut-parleurs à l'entrée d'Achraf, avec l'aide des forces irakiennesaprès le refus des familles des Moudjahidine de collaborer avec cet organe

CNRI – La divulgation du rôle direct de Maliki et du corps des gardiens de la révolution dans la répression, rend doublement nécessaire l’installation des forces américaines à Achraf au neuvième mois de torture psychologique des habitants du camp. L’indignation que soulève cette campagne ignoble en Iran comme à l’étranger s’amplifie de jour en jour et les parents des Achrafiens refusent de collaborer avec la dictature fasciste religieuse. C’est pourquoi, le ministère du Renseignement des mollahs, le Vevak, a jeté le masque et envoie à Achraf des agents professionnels bien connus qui n’ont aucun lien de parenté avec les résidents pour continuer à les tourmenter.

Le 21 octobre, neuf de ces agents ont été envoyés à Achraf. Il s’agit de Hamid Dehdar Hassani, Yabr Ghanavati, Maki Rafi’i, Ali Ekarami, Taleb Farhan, Nader Bani Farhan et Abdolhadi Roumi-Pour qui sont depuis des années au service du Vevak.

Avec l’aide des forces irakiennes, ces agents ont installé 20 haut-parleurs supplémentaires dans l’aile sud d’Achraf, ce qui fait un total de 80 haut-parleurs avec ceux de l’entrée principale.

Hamid Dehdar Hassani est responsable de l’association Nejat, une branche du Vevak, dans la province du Khouzistan (sud-ouest). Il y est chargé de la répression des familles des Moudjahidine. Son nom et ses caractéristiques figurent dans le livre « les cartes brûlées du ministère du Renseignement », publié par la direction du contre-renseignement de l’Armée de libération nationale iranienne. Il jouit d’une réputation abominable au sein de la population du Khouzistan.

Yabr Ghanevati fait partie de l’association Nejat de la ville de Mahchahr toujours dans la province du Khouzistan. Il y est très actif dans la répression des familles des Moudjahidine. Des documents sur ses relations avec le Vevak ont été dévoilés par la chaine satellite d’opposition Sima-ye Azadi en juillet 2005.

Maki Rafi’i a lui été plus d’une fois utilisé, notamment le 19 janvier et le 21 mars 2009, par Movafagh Al-Robei’i, ancien conseiller à la sécurité de Maliki, contre les Moudjahidine d’Achraf. Le secrétariat du CNRI l’a dénoncé ainsi que son utilisation par le gouvernement irakien dans des communiqués datés des 20 janvier et 22 mars.

L’intensification de la répression et de la torture psychologique des résidents d’Achraf est la condition la plus importante que le régime des mollahs a posée à Maliki pour lui accorder son soutien. Le 22 octobre, citant des rapports internes de la dictature religieuse, la Résistance iranienne avait révélé :
Les deux principales questions discutées par le régime avec Maliki lors de son voyage à Téhéran ont été « comment faire sortir totalement l’Irak de la domination américaine » et « parler de l’anéantissement des Monafeghine [terme péjoratif utilisé par le régime iranien pour l’OMPI] ». La rencontre de Maliki avec Jalili, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale, « était centrée sur les Monafeghine et leur expulsion d’Achraf et d’Irak ».

« La solution proposée par la République islamique est d’accroître les pressions sur Achraf dans un premier temps et d’en assumer ensuite le plein contrôle, M. Maliki a été informé dans cette réunion sur les moyens d’imposer ces pressions. Dans un deuxième temps, les Monafeghine doivent être déplacés vers des lieux éloignés, vers deux ou trois camps, loin de la frontière iranienne pour les forcer à retourner en Iran. »

Alors que viennent d’être révélés de nouveaux documents des forces américaines en Irak et que le rôle direct de Maliki et de la force terroriste Qods dans les exécutions, la torture et les massacres dans ce pays ne fait aucun doute, la Résistance iranienne attire l’attention de l’ONU, du gouvernement des Etats-Unis et des forces américaines en Irak sur les menaces urgentes qui pèsent sur la vie de 3400 opposants iraniens à Achraf. Elle leur demande d’empêcher la suite de la torture psychologique et des mesures de répression à leur encontre et d’installer des forces américaines et une équipe d’observateurs de l’ONU à l’intérieur d’Achraf.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 23 octobre 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe