mercredi, février 1, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : Plus de 87.300 décès dus au coronavirus dans 373 villes...

Iran : Plus de 87.300 décès dus au coronavirus dans 373 villes d’Iran

• Le président du Conseil suprême du système médical : Dans la gestion de la crise du coronavirus, seuls 30 à 40% de la capacité du pays ont été utilisés, mais les ressources nécessaires pour la protection de la santé publique n’ont pas été utilisées (…) Pour des raisons politiques, économiques et idéologiques, nous ne devons pas cacher les faits et l’apparition du virus au public. Nous ne devrions pas décider de tenir les examens d’entrée à l’université, d’organiser des cérémonies de deuil, etc. contrairement à ce que la science nous dit de faire. [Si nous le faisions], cela conduira à l’angoisse, au chaos et à l’insécurité.
• Saïd Namaki, ministre de la Santé : La santé est l’élément le plus important (…) mais certains pensent qu’il faut mettre en avant d’autres priorités. Sur le milliard d’euros [approuvé par Khamenei], nous n’avons reçu que 30%, et ensuite nous n’avons plus rien reçu. (Agence Irna, 12 aout)
• Iradj Harirchi: Quatre médecins et une infirmière sont décédés samedi, tous occupaient des postes spécialisés de haut niveau. (Chaine d’information en continue officielle, 11 aout)
• La porte-parole du ministère de la Santé : Nous avons assisté à une augmentation de 25% des cas positifs et des hospitalisations dans la province d’Ispahan ces six dernières semaines. (Agence Irna, 12 aout)

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran a annoncé le 12 août 2020, que le nombre de décès dus au coronavirus dans 373 villes d’Iran a malheureusement dépassé les 87.300. Le nombre de morts dans les provinces de Téhéran est de 21.470, de Khorassan-Razavi 6388, de Khouzistan 6042, de Mazandaran 4099, d’Ispahan 3828, de Guilan 3677, d’Azerbaïdjan oriental 2500, d’Ardebil 1025, de Semnan 1090, de Bouchehr 1050, de Markazi 1043, de Yazd 990, de Zandjan 821, de Qazvine 736, d’Ilam 690, de Chaharmahal-Bakhtiari 577, de Kohkilouyeh-Boyerahmad 485 et de Khorassan du Sud 444.

Mostafa Moïne, président du conseil suprême du système médical du régime a déclaré : « 30 à 40% de la capacité du pays ont été utilisés dans la gestion de la crise du Covid-19. Bien sûr, plus de 100% du potentiel des médecins et des infirmières ont été utilisés en première ligne. Toutefois, les ressources nécessaires à la protection de la santé publique n’ont pas été utilisées. C’est comme si nous dissimulions le secret et les faits pour des raisons politiques, économiques et idéologiques. Nous ne devons pas cacher la date d’arrivée de la maladie. Nous devons suivre la science. Nous ne devons pas aller à l’encontre de la science concernant les examens d’entrée à l’université, le deuil et d’autres questions (…) Si j’en avais la responsabilité, je n’autoriserai ni l’examen d’entrée ni aucune fête ou célébration de deuil. C’est un point de vue moral et humain. Quand dans une queue à la boulangerie, où il n’y a pas plus de 10 personnes, nous ne sommes pas en mesure de respecter les protocoles de santé, comment garantir que les protocoles seront suivis dans une foule d’un million de personnes (lors des examens d’entrée à l’université). Les conséquences de ces dégâts seront frustration, chaos et insécurité (…) Si nous attendons que 70 % de la population soit touchée en visant l’immunité collective, nous commettons une grave erreur car, d’une part, les hôpitaux débordent et, d’autre part, ces nombreuses infections entraîneront de terribles décès. » (Agence Irna, 12 août)

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 12 aout 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe