jeudi, février 9, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran: Plus de 62.100 décès dans 340 villes

Iran: Plus de 62.100 décès dans 340 villes

Le directeur des services de santé à Boroujerd : 50 % des Iraniens sont sur le point de contracter le coronavirus, et 3 à 4 % vont en mourir, soit un à deux millions de personnes
• Le ministère de la Santé : le nombre de morts ces dernières 24 heures est de 144, le plus élevé en 85 jours.
• Le ministère de la Santé : les patients identifiés avec le coronavirus à l’extérieur sont dix fois plus nombreux que ceux détectés dans les hôpitaux.
• Aucun hôpital de Téhéran n’est exempt du virus et tous les hôpitaux s’occupent du coronavirus.
• Iraj Harirchi, vice-ministre de la Santé : 11 villes d’Azerbaïdjan occidental sont dans le rouge. Après la reprise, on constate une hausse du nombre de malades.
• TV officielle : Avec la forte augmentation des hospitalisations, les hôpitaux d’Ispahan sont entrés dans une nouvelle phase critique. Les gens sont hospitalisés dans les couloirs.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK) a annoncé ce 28 juin 2020 que le nombre de décès dus au coronavirus dans 340 villes iraniennes dépassait 62.100. Le nombre de décès dans les provinces de Khorasan Razavi est de 3725, de Mazandaran 2895, de Sistan-Balouchistan 2030, d’Azerbaïdjan occidental 1690, de Kermanchah 1535, de Hamedan 1362, de Fars 1285, du Kurdistan 1270, du Yazd 794, d’Hormozgan 595 et de Chaharmahal-Bakhtiari 405.

Un communiqué du ministère de la Santé du régime a déclaré dans que 144 personnes étaient mortes ces dernières 24 heures, le plus grand nombre en 85 jours, et que 2946 patients sont en USI, le plus grand nombre de ces dernières semaines. Le 28 juin, le chef du Centre de gestion des maladies infectieuses du ministère de la Santé a déclaré au quotidien Aftab : « Aujourd’hui, les patients identifiés avec le coronavirus en dehors des hôpitaux sont dix fois plus nombreux que ceux identifiés dans les hôpitaux (…) On ne sait pas ce qui se passera si le coronavirus coïncide avec la grippe pendant la saison froide. »

Après des mois de mensonges et de dissimulation, Rohani a déclaré aujourd’hui : « Près de six mois se sont écoulés depuis le début de l’épidémie. Il n’existe ni vaccin ni remède pour cette maladie ; il faudra peut-être attendre encore trois mois à un an. Nous devons donc nous préparer pour le long terme. » Alors qu’en fin février, Rohani avait déclaré que la question serait résolue le 29 février, il a osé ajouté : « J’ai dit dès la première semaine de l’épidémie que nous devrons vivre avec ce virus pendant longtemps, nous adapter et nous préparer à l’affronter (…) Nous n’avons jamais connu une telle maladie dans l’histoire de notre pays, du moins pas au cours du siècle dernier ou depuis 140 ans. »

À Téhéran, le numéro 2 du centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC) a déclaré à l’agence Mehr aujourd’hui : « Nous n’avons pas d’hôpitaux exempts de virus, et tous les hôpitaux s’occupent du coronavirus. » En ce qui concerne la mise en œuvre du plan de circulation, le gouverneur de Téhéran a déclaré hier à l’agence PANA : « En cas d’augmentation continue de l’infection à Téhéran, de nouvelles décisions seront prises. »

Dans la province de Lorestan, le directeur du réseau de santé de Boroujerd a déclaré : « Notre estimation sur le terrain est que 20 % des habitants de la ville sont infectés. 50% de la population iranienne est sur le point de contracter le coronavirus, dont 3 à 4% vont mourir, soit un à deux millions de personnes (…) Le taux de mortalité dans le pays est de 4,7 %, dans la province de 3,6 %, et dans la ville de 2,8 % », a indiqué le site Javan aujourd’hui.

Dans la province de Fars, l’agence IRNA a rapporté hier : « Le nombre de cas positifs à Chiraz, Marvdacht, Kazeroun, Darab, Abadeh, Zarindacht, Lamard, Kavar, Mamassani, Eqlid, Estahban, Larestan, Guerash, Fassa, Jahrom et Evaz est à trois chiffres. Beaucoup de ces villes avaient des nombres à deux chiffres il y a deux semaines. »

A Qom, le président de la faculté des sciences médicales a déclaré aujourd’hui à l’IRNA : « Le nombre de personnes testées positives est passé de 15 à 45 %. Cela a tiré l’alarme d’une nouvelle propagation du virus (…) Dans les deux prochaines semaines, nous serons confrontés à un nouveau pic. En plus de l’hôpital de Kamkar, nous avons préparé d’autres hôpitaux pour recevoir des cas positifs. »

Dans l’Hormozgan, le président de la faculté des sciences médicales a fait état d’un taux de 55 % de tests positifs et a souligné que « le nombre réel de personnes infectées est supérieur aux chiffres odfficiels », selon l’agence de presse de la télévision officielle hier. À Qeshm, « le nombre de cas positifs a dépassé le millier, contre 50 le15 mai. Jusqu’à présent, 10 sont morts », a-t-il ajouté.

A Zanjan, le président de la faculté des sciences médicales, cité par l’agence Mehr, a déclaré hier : « ces 10 derniers jours, l’identification active des patients de la province a atteint 1000 patients, contre 400 auparavant (…) Si cette situation se poursuit, de graves dangers nous attendent. »

Au Khouzistan, le porte-parole du CNLC a déclaré au site Rouydad 24 aujourd’hui que « les lits d’hôpitaux de la province sont remplis à 85 % et il faut prendre de nouvelles décisions. » Le site Javan a cité hier le président de la facuté des sciences médicales d’Abadan: « ces dernières 24 heures, 277 patients ont été hospitalisés dont 40 en USI. Abadan, Khorramchahr et Shadegan sont toujours dans le rouge, et nous avons à nouveau demandé des restrictions. » Le directeur du réseau de santé et de traitement de Bandar Mahshahr a déclaré hier à l’agence Fars : « L’état rouge de la province et de la ville nous a amenés à déclarer une urgence (…) Le nombre de malades graves a augmenté, et moins de lits se vidésent. »

Au Sistan-Baloutchistan, le vice-président de la faculté des sciences médicales de Zahedan a fait état de 10 décès dans la province ces dernières 24 heures et a déclaré aujourd’hui à l’agence de presse de la télévision officielle que « la nuit dernière, tous les lits d’hôpitaux de Zahedan étaient occupés ».

À Kerman, le président de la faculté des sciences médicales a déclaré à l’agence Fars le 28 juin, que les hospitalisations et les décès ont augmenté de 70 à 100 % ce mois-ci.

En Azerbaïdjan occidental, le vice-ministre de la Santé Iraj Harirchi, cité par Shabakeh Khabar, a déclaré aujourd’hui : « Oroumieh, Oshnavieh, Boukan, Piranchahr, Takab, Sadacht, Salmas, Mahabad, Miandoab, Naqadeh et Khoy sont dans le rouge ».

La télévision officielle a rapporté hier qu’à Ispahan « avec la hausse rapide des hospitalisations, la ville est entrée dans une autre phase critique de la maladie. À l’hôpital Khorchid, les gens sont hospitalisés dans des couloirs ».

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 28 juin 2020