dimanche, juin 16, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : 37 exécutions, dont une femme, en dix jours

Iran : 37 exécutions, dont une femme, en dix jours

Iran : 37 exécutions, dont une femme, en dix jours

• Appel à mettre fin aux exécutions en Iran
• L’impunité des dirigeants du régime, auteurs de crimes contre l’humanité, est un encouragement à continuer de tuer

Dans la peur d’un soulèvement populaire, Khamenei continue d’exécuter les prisonniers. Ce 29 avril, trois condamnés ont été pendus à Ispahan. Le dimanche 28 avril, Rashid Baloutchi et Hojjat Shamsi-Khani ont été exécutés à Bandar Abbas, et un autre compatriote baloutche nommé Mansour Naroui a été exécuté à Gonbad-Kavous. Le samedi 27 avril, trois prisonniers nommés Sohrab Hekhamabad, Amir Moharrami et Davoud Namiari ont été pendus à la prison centrale de Tabriz et Iraj Sanmiri à la prison d’Arak. Le mardi 23 avril, deux prisonniers ont été pendus à Gorgan et Arak.

Le mercredi 24 avril, les bourreaux de Khamenei ont exécuté au moins huit prisonniers, et le 21 avril, ils ont pendu seize prisonniers. Les noms de 19 de ces condamnés ont été indiqués dans le communiqué du 25 avril.

Ainsi, le nombre d’exécutions enregistrées ces 10 derniers jours atteint au moins les 37.

Dans un autre acte criminel, le 27 avril, les forces de sécurité ont ouvert le feu sur la voiture de deux jeunes nommés Mohand Khoshan et Younesse Chah Ahmadi à Bandar Abbas, déclenchant l’incendie du véhicule et la mort des deux passagers.

La Résistance iranienne appelle une fois de plus les Nations Unies et leurs organes compétents, ainsi que l’Union européenne et ses États membres, à prendre des mesures urgentes pour mettre fin à la machine de torture et d’exécution de la dictature belliciste des mollahs et sauver des milliers de condamnés à mort. Les dirigeants de ce régime, en particulier Khamenei, son président Raïssi et son chef du judiciaire Mohseni-Eje’i, qui ont toujours été parmi les plus hauts responsables et auteurs de crimes contre l’humanité et de génocide ces 45 dernières années, doivent être traduits en justice. Leur impunité équivaut à un feu vert pour poursuivre les tueries.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 29 avril 2024