vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsCovid-19 en Iran : Khamenei est le premier accusé pour le carnage...

Covid-19 en Iran : Khamenei est le premier accusé pour le carnage en cours

La pandémie de Covid-19 fait un grand nombre de morts parmi les Iraniens. Des milliers de personnes meurent chaque jour alors que la crise s’aggrave en Iran. Plus de 392 000 personnes sont mortes selon la Résistance iranienne. Cette tragédie aurait pu être évitée si Ali Khamenei, le guide suprême du régime, n’avait pas interdit l’importation des vaccins et n’avait pas été contraint de reprendre le travail.

Les Iraniens doivent faire face au Covid-19 muté. En plus des souches nouvelles et plus mortelles de Covid-19 en Iran, des nouvelles horribles en provenance d’Iran indiquent que le champignon noir s’est propagé à travers l’Iran.

« À ce jour, 20 cas de champignon noir ont été enregistrés dans la province [de Mazandaran]. Au cours des dernières 24 heures, 28 patients ont perdu la vie à cause du coronavirus », selon un communiqué publié mercredi par l’Université des sciences médicales de Mazandaran.

Iran: Regime’s role in escalating numbers of Covid-19 deaths is fueling public anger

« Nous devrions ajouter le cauchemar du champignon noir au cauchemar de Covid-19. Beaucoup ont contracté ce virus lorsque les hôpitaux n’ont pas de lit vide pour accueillir un nouveau patient. Plus de 10 cas ont été admis à l’hôpital Imam Khomeini de Téhéran, ainsi que 20 cas à Mashhad et 20 cas à Mazandaran, ce qui nous a fait faire face au pic de cette maladie dans le pays », a écrit le quotidien officiel Arman.

En mars, Khamenei a qualifié la crise de « test » et de « bénédiction » et a refusé d’allouer les milliards de dollars qu’il possédait pour aider les gens et imposer un verrouillage national. Alors que la crise de Covid-19 s’amplifie en Iran, la colère de la population envers le régime de Khamenei augmente.

Dans une tentative désespérée pour blanchir le rôle de Khamenei dans la crise de Covid-19, le quotidien d’État Farhikhtegan, qui est proche de Khamenei, a tenté lundi de blâmer « Le manque de protocoles sanitaires, l’absence d’un programme spécialisé pour couper la transmission du virus, la multiplicité des centres de décision dans le gouvernement d’Hassan Rohani et son incapacité à contrôler socialement la maladie, ses promesses non tenues dans la fourniture de vaccins, la négligence occidentale dans la livraison des vaccins achetés, les mutations, le mépris général des recommandations de prévention et de soins, l’incertitude dans le domaine de la santé et du traitement dans le diagnostic des médicaments efficaces  pour la crise actuelle ».

A look back at the contradictory remarks made by Ali Khamenei and Hassan Rouhani over Covid19

Farhikhtegan a affirmé de manière flagrante que Khamenei « avait interdit l’achat de vaccins de deux pays ». Ces deux pays, les États-Unis et le Royaume-Uni, disposaient des vaccins les plus crédibles, le Pfizer et l’AstraZeneca, qui auraient pu sauver des gens.

Khamenei a interdit l’entrée de ces deux vaccins et a insisté pour produire les soi-disant «vaccins domestiques» pour deux raisons. Premièrement, il voulait utiliser la crise de Covid-19 comme une «bénédiction» pour contrôler la société iranienne agitée. Deuxièmement, la production de vaccins nationaux était gérée par l’une de ses institutions financières, l’Execution of Imam Khomeini’s Order (EIKO). Barkat Pharmaceuticals Holding Company, qui appartient à EIKO, était en charge de la production des vaccins. L’ancien chef d’EIKO, Mohammad Mokhber, est devenu le chef de cabinet du nouveau président du régime, Ebrahim Raïssi.

« La Food and Drug Administration est soumise à de fortes pressions pour approuver les vaccins et les médicaments anti-coronavirus produits dans le pays. Parce que l’obtention de l’approbation du ministère de la Santé représente un énorme profit pour le propriétaire du médicament », a écrit le 14 décembre Jahan-e Sanat, un média d’État. Ces sociétés dites privées sont toutes sous le contrôle de Khamenei.

En d’autres termes, la principale raison de la crise du Covid-19 en Iran est la politique inhumaine du régime, et le premier coupable de ce crime est Khamenei lui-même. Alors que la crise s’amplifie et que les responsables du régime refusent de répondre, la haine du peuple augmente, incitant les médias d’État à mettre en garde contre ses conséquences.

« Si nous croyons en la responsabilisation des fonctionnaires, cela signifie que tout le monde doit être tenu responsable. Ne pas répondre sous différents prétextes, tels que le maintien de la dignité, du statut et de la sainteté, conduira à l’accumulation de questions et de haine et n’aura pas une fin favorable », a averti mercredi le quotidien Sharq.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe