vendredi, janvier 27, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsAppel aux candidats présidentiels pour une politique de fermeté et sans marchandage...

Appel aux candidats présidentiels pour une politique de fermeté et sans marchandage avec les mollahs

Une pétition signée par 15.000 personnes condamne la décision du gouvernement français de ne pas appliquer le jugement de la Cour européenne supprimant l’OMPI de la liste du terrorisme par complaisance avec les mollahs

CNRI – Des centaines d’Iraniens et de partisans du Conseil national de la Résistance iranienne se sont rassemblés cet après-midi à Paris pour protester contre le refus du Conseil des ministres de l’Union européenne d’appliquer le jugement de la Cour européenne de Justice annulant l’inscription des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) dans la liste du terrorisme. Ils ont aussi condamné les efforts dans ce sens du gouvernement français. 

Une pétition signée par 15.000 personnes condamne la décision du gouvernement français de ne pas appliquer le jugement de la Cour européenne supprimant l’OMPI de la liste du terrorisme par complaisance avec les mollahs

CNRI – Des centaines d’Iraniens et de partisans du Conseil national de la Résistance iranienne se sont rassemblés cet après-midi à Paris pour protester contre le refus du Conseil des ministres de l’Union européenne d’appliquer le jugement de la Cour européenne de Justice annulant l’inscription des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) dans la liste du terrorisme. Ils ont aussi condamné les efforts dans ce sens du gouvernement français. 

Cette action aujourd’hui s’inscrit dans une campagne qui a commencé la semaine dernière en France contre le refus du Conseil des Ministres européen de se conformer au jugement de la Cour de Justice, et les efforts dans ce sens du gouvernement français dans le cadre de la politique de complaisance.

Les manifestants appellent  les candidats à la présidentielle à s’engager à adopter une politique de fermeté et sans marchandage honteux avec le régime des mollahs. Ils  demandent  la fin de la politique de complaisance dont la France a été un fer de lance durant ces vingt dernières années

Une pétition signée par 15.000 personnes condamne la décision du gouvernement français de ne pas appliquer le jugement de la Cour européenne supprimant l’OMPI de la liste du terrorisme par complaisance avec les mollahs. Elle a été portée au Quai d’Orsay à l’attention de Monsieur Philippe Douste-Blazy, Ministre des affaires étrangères.

Pierre Bercis (président des Nouveaux droits de l’Homme), François Colcombet (ancien député et magistrat), Odile Favrat (co présidente de la FASTI), Jean Ferrat, Mgr Jacques Gaillot, Henri Gervinet (Vice président de la communauté d’agglomération du centre de la Martinique), Françoise Hériter (professeur honoraire au Collège de France), le Père Henri Le Boursicaud (Prêtre rédemptoriste), le sénateur Claude Lise (Président du Conseil général de la Martinique), le sénateur Jean-Pierre Michel, Gilles Paruelle (ancien Bâtonnier), Raymond Saint-Louis-Augustin (Maire adjoint de Fort-de-France) et bien d’autres personnalités figurent parmi les signataires et ont exprimé leur répulsion envers la politique de complaisance avec le régime au pouvoir en Iran.

Les signataires sérieusement inquiets de voir que malgré la décision de justice annulant l’inscription par le Conseil de l’Union européenne de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran sur la liste terroriste, le gouvernement français continue illégalement à conserver cette étiquette contre les opposants iraniens. Cette attitude du gouvernement se moque de l’Etat de droit et encourage le non respect de la loi.

Les signataires veulent que soit mis fin à la désobéissance du verdict du Tribunal de première instance des communautés européennes qui a supprimé le nom de l’OMPI de la liste terroriste. Comme il est souligné dans cette déclaration, ils se disent scandalisés par les événements du 17 juin 2003,la rafle des opposants iraniens et la fabrication d’un dossier contre eux.

Personne ne doute que ces accusations fassent partie de marchandages avec la dictature religieuse au pouvoir en Iran en contrepartie de contrats pétroliers et économiques juteux. les signataires se disent gravement inquiets de voir les valeurs de la République ainsi   bradées à un régime fasciste religieux.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 19 avril 2007

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe