lundi, janvier 30, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafAchraf : les agents du Vevak installent 22 haut-parleurs de plus dans...

Achraf : les agents du Vevak installent 22 haut-parleurs de plus dans le sud dAchraf

Les forces irakiennes transportent des bugalows pour isntaller de nouveaux postes armés dans le camp d'Achrafet de nouveaux postes armés dans le camp

Maliki essaie de satisfaire aux conditions posées par le régime pour gagner son second mandat de Premier ministre

CNRI – Alors que les efforts de Maliki pour se maintenir au poste de Premier ministre ont une fois de plus échoué et que même les forces liées au régime iranien sont sous une tension plus vive, il satisfait aux conditions dictées par le régime des mollahs pour renforcer la répression d’Achraf et préparer le terrain à un nouveau bain de sang.

Les agents du ministère du Renseignement des mollahs, le Vevak, sont installés depuis 9 mois à l’entrée du camp avec le soutien total du comité de répression d’Achraf des services du premier ministre irakien. Il s’y livrent avec 40 haut-parleurs méga puissants à la torture psychologique des résidents. Depuis le 13 octobre, avec l’aide des forces irakiennes, ils ont installé 22 nouveaux haut-parleurs à l’aile sud d’Achraf à plusieurs kilomètres de l’entrée principale pour donner une dimension bien plus importante à la torture psychologique des habitants. Les forces irakiennes ont en même temps disposé des bangalows et le matériel nécessaire au séjour des agents dans le sud du camp. Il s’agit de matériel que les Achrafiens avaient mis l’an dernier à la disposition des forces irakiennes pour assurer la sécurité du camp.

Les points où les agents se sont installés, sont des positions prévues pour la protection d’Achraf et sont désormais livrés à des gens qui appellent clairement au meurtre, à l’incendie, à l’extradition et à l’élimination des Achrafiens.

Un officier irakien, le lieutenant colonel Heydar Azzab qui aidait les agents à installer les haut-parleurs, a menacé des Achrafiens et a brisé les vitres du kioske où ils se trouvaient. Directement au service du régime des mollahs, il a agressé à plusieurs reprises des Achrafiens, en les insultant et les blessant.

Lors d’un autre incident, le 12 octobre les forces irakiennes, sur ordre du comité de répression, a installé un nouveau poste armé dans la rue principale d’Achraf. Les commandants des forces répressives irakiennes ont menacé un groupe d’Achrafiens qui s’étaient rassemblés pour protester pacifiquement contre cette mesure, de les attaquer.

Auparavant déjà, le 1er octobre, les forces irakiennes dans l’aile nord du camp avaient installé un nouveau poste et losrque des Achrafiens avaient protesté, ils les avaient agressés, faisant dix blessés.

Le 12 octobre, lorsqu’une délégation judiciaire du tribunal de Khalis s’était rendue à Achraf, les forces irakiennes lui avaient posé énormément d’obstacles pour l’empêcher de voir les Achrafiens. Finalement, elles n’avaient pas laissé ceux qui voulaient porter plainte contre les agissements criminels des forces irakiennes et des agents du Vevak, rencontrer la délégation. Les forces irakiennes avaient déjà interdit à cette délégation d’entrer à Achraf. Depuis quelques temps, sur ordre du comité de répression, le poste de police installé dans l’enceinte d’Achraf refuse d’enregistrer les plaintes des résidents.

Selon les informations reçues de l’intérieur du régime des mollahs, les dirigeants de la dicttaure avaient dit il y a quelques semaines à l’envoyé spécial de Maliki d’intensifier la répression, le blocus et les pressions sur les Achrafiens. C’était une des deux conditions majeures des mollahs pour soutenir unilatéralement la candidature de Maliki au poste de premier ministre et pousser le reste des courants irakiens inféodés à le soutenir.

Le blocus inhumain et les mesures répressives croissantes du gouvernement et des forces d’Irak contre Achraf dont tous les habitants sont des personnes protégées par la 4e convention de Genève, relèvent des crimes contre l’humanité et des violations des lois élémentaires intenationales. Il ne fait aucun doute que l’ONU et le gouvernement américain sont responsables de leur protection.

La Résistance iranienne demande l’installation de forces américaines et d’une équipe d’observateurs de l’Onu dans l’enceinte d’Achraf pour mettre fin à la torture psychologique et aux mesures répressives.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 15 octobre 2010

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe