vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsAccrochages sporadiques entre étudiants et agents à l'université de Téhéran et aux...

Accrochages sporadiques entre étudiants et agents à l’université de Téhéran et aux Beaux-arts

Manifestations dans les rues Djomhouri, Niloufar et sur le lieu où Neda est décédée

Protestations de juin – n°18

CNRI – Malgré les mesures de répression sévères et d’un quadrillage très serré des forces de sécurité dès les premières heures du jour au centre de la capitale iranienne, les Téhéranais et la jeunesse courageuse ont laissé éclater leur rejet du régime du guide suprême dans sa totalité dans plusieurs points de la métropole.

A 18h00 locale, à l’université de Téhéran, des étudiants intrépides se sont mis à manifester aux cris de « Mort à Khamenei ». Des accrochages ont éclaté avec des agents de renseignements et des miliciens du Bassidj à l’intérieur de l’université. On entendait leurs slogans jusqu’au croisement Mossadegh, la rue Karegar et la place Enghelab.

A 18h20, des escarmouches ont éclaté ici et là entre d’un côté des étudiants des Beaux-arts et des manifestants et de l’autre des agents, devant et à l’Intérieur des Beaux-arts. Les protestataires se sont accrochés avec les forces répressives aux cris de « Mort au dictateur » dans les rues Balavar, Nikou’i et Saba.

A 18h00 également, des centaines de personnes manifestaient dans la rue Djomhouri près de Navab aux cris de « N’ayez pas peur, n’ayez pas peur, nous sommes tous ensemble » et « La détermination des Iraniens renversera la dictature ». Les agents postés près de la station de métro Navab-Safavi ont chargé la foule et un affrontement a éclaté.

Des centaines de manifestants courageux scandaient « Mort au dictateur », et « Honte à tes complots Khamenei » dans la rue Niloufar (près d’Apadana).

A 19h00, à la cité universitaire, autour du lieu où est décédée Neda Agha-Soltan, des manifestants criaient « Mort à Khamenei », « Nous sommes Sohrab, nous sommes Neda, nous sommes tous une seule voix », « Notre Neda n’est pas morte, c’est la tutelle du guide suprême qui est morte ».

Vers 19h30, sur la place Sadeghieh et la place Vali-Asr, des jeunes courageux criaient « Mort au dictateur ».

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 20 juin 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe