dimanche, janvier 29, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran Protestations20.000 Iraniens se sont rassemblés dans la banlieue nord de Paris

20.000 Iraniens se sont rassemblés dans la banlieue nord de Paris

ImageLe plus grand rassemblement d’Iraniens en France
A l’occasion du boycott massif du peuple iranien et du deuxième anniversaire du raid du 17 juin contre la Résistance iranienne

Maryam Radjavi : Les vainqueurs de cette mise ne scène ne sont pas les représentants du peuple iranien, mais ses pires ennemis Le plus grand rassemblement d’Iraniens en France
A l’occasion du boycott massif du peuple iranien et du deuxième anniversaire du raid du 17 juin contre la Résistance iranienne

Image
Dans l’après-midi du 18 juin, 20.000 Iraniens se sont rassemblés à Cergy, dans la banlieue nord de Paris, en ce deuxième anniversaire du raid honteux du 18 juin contre les bureaux du Conseil national de la Résistance iranienne et l’arrestation de Mme Maryam Radjavi, présidente de la République élue de la Résistance iranienne.

Tout en condamnant les événements du 17 juin, les participants ont exprimé leur soutien à Maryam Radjavi et ont appelé à la fin des restrictions imposées à la résistance et à la clôture du dossier judiciaire.

Ils ont également estimé que le boycott national de la farce électorale du régime témoignait de l’absence de légitimité de l’ensemble de la dictature et que ce scrutin exprimait les aspirations du peuple iranien de renverser ce régime.

On notait la présence de nombreux Français. Des dizaines de parlementaires de divers pays européens et de représentants d’associations de défense des droits de l’homme y ont pris la parole.

Dans son discours, Maryam Radjavi a adressé ses félicitations au peuple iranien pour le boycott massif et national de la farce électorale. « C’est un tournant dans la quête de la démocratie et de la liberté », a-t-elle déclaré avant d’ajouter que « la sélection des candidats révèle clairement l’impasse totale où se trouve la dictature. Le guide suprême des mollahs a échoué à rendre ce régime monolithique et les deux factions sont plus divisées que jamais. »

Evoquant le passé des candidats qui se résume au crime, au terrorisme et au pillage, la présidente de la République élue de la résistance iranienne a déclaré : « Ceux qui s’installent au pouvoir par le biais de cette farce électorale, sont les ennemis du peuple iranien et non pas ses représentants. C’est pourquoi la complaisance avec ce régime signifie participer à la répression du peuple iranien et ouvrir davantage la voie à l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme ». Evoquant le deuxième tour qui rassemble Rafsandjani et le pasdar Ahmadinejad, elle a affirmé qu’il s’agissait de choisir entre deux terroristes.

Puis Maryam Radjavi a demandé à ceux qui se trouvaient derrière les événements du 17 juin « avez-vous entendu le grand NON du peuple iranien au régime des mollahs ? ». Deux ans après le 17 juin 2003, a-t-elle ajouté, « à présent que les accusations de terrorisme se sont évanouies, au lieu de reconnaître cette vérité, ils avancent des accusations financières sans fondement. Maintenir ouvert ce dossier, est un moyen pour limiter les activités légitimes et légales du Conseil national de la Résistance iranienne et un moyen pour poursuivre les marchandages avec les intégristes sanguinaires, et cela n’a aucune justification légale ou matérielle. On assiste là à de nouvelles méthodes de répression du mouvement de la Résistance iranienne. »

Poursuivant son discours, Maryam Radjavi a affirmé : « Le régime fait face à un mécontentement explosif de la société. Mais il ne veut ni ne peut opérer de réformes et de changements parce que cela aboutirait à son renversement. »  Evoquant le programme de la résistance, elle a déclaré : « La Résistance iranienne est attachée à tous les droits et à toutes les libertés énoncées dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Dans l’Iran libéré de l’injustice des mollahs, nous nous engagerons à abolir la peine de mort et à supprimer toutes les formes de châtiments cruels des fascistes religieux. »

Un grand nombre de parlementaires, de personnalités politiques, culturelles et religieuses et des droits de l’homme ont participé à ce meeting parrainé par une trentaine d’organisations des droits de l’homme et ONG françaises.

M. Dominique Lefebvre, maire de Cergy, Jean-Pierre Béquet, maire d’Auvers-sur-Oise, Maurice Boscavert, maire de Taverny, Jean-Claude Wanner, maire de Boisemont et Jean-Pierre Muller, maire de Magny en Vexin et secrétaire de la fédération socialiste du Val d’Oise, ont dans leurs discours, assuré la présidente que les Valdoisiens soutenaient le mouvement de la Résistance iranienne installé depuis vingt ans dans le département et qu’ils appelaient le gouvernement français à lever les restrictions qui la touchent. Le maire de Taverny a remis à Mme Radjavi une plaque de sa ville. Le recteur de la mosquée de Taverny était présent au meeting, accompagné d’une nombreuse délégation de musulmans venus témoigner de leur solidarité avec la Résistance iranienne.

Me Henri Leclerc, M. Alain Vivien ancien secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et ancien président du comité interministériel de lutte contre les sectes, la sénatrice Isabelle Debré, Chafia Mentalecheta, membre du conseil national du PS et membre du conseil des démocrates musulmans de France,  de Mouloud Aounit, secrétaire général du MRAP et Pierre Bercis, président des Nouveaux Droits de l’Homme, Jean-Michel Bélorgey, ancien président du groupe parlementaire des droit de l’Homme à l’Assemblée nationale,  Emmanuel Lampert, coordinateur des relations extérieures de l’UDF, Jean-Paul Pichard, écrivain, Gilles Paruelle ancien bâtonnier du Val d’Oise, Yves-Jean Gallas de la coordination nationale du Mouvement de la Paix, et Renée Le Mignot, responsable des relations internationales du MRAP se trouvaient parmi les participants et les nombreux orateurs.

L’abbé Pierre a également fait parvenir un message de solidarité lu par Jacques Loch, responsable d’Emmaüs Liberté.

Une délégation du parlement britannique composée de Andrew MacKinlay et Rudy Vis députés, Lord Russel Johnston ancien président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et Lord King de la Chambre des Lords, ont fait part de leur solidarité et de celle de leurs collègues parlementaires dans des discours enthousiastes.

Sid Ahmaed Ghozali, ancien Premier ministre algérien,  Jean-Pierre Malmendier, député belge, Paul Forseth député canadien, le Pr. Luigi  Citarella, juriste en droit international, secrétaire général du comité interministériel italien pour les droits de l’homme et membre du comité de défense des droits des enfants de l’ONU, ainsi que le Dr. Abdollah Rashid Al Jabouri, ancien gouverneur de la province irakienne de Diyali, sont également montés à la tribune pour y prendre la parole.

Une délégation de trois parlementaires norvégiens conduite par Lars Rise, député du parti démocrate et membre de la commission des affaires étrangères, est venue témoigner de sa solidarité à la tribune et de celle de ses collègues au parlement norvégien.

Une délégation allemande avec notamment M. Frank Hämmer, membre du parlement de Brandebourg,  et qui représentait son parti, et Mme Ingrid Holtzhüter ancienne députée sociale-démocrate, a pris la parole.

Mme Danielle Mitterrand, présidente de la fondation France Libertés,  M. Bernard Stasi, ancien ministre, le sénateur Robert Badinter, ancien ministre de la justice, Jean Ferrat, interprète compositeur, Mario Stasi, ancien bâtonnier de Paris, les sénateurs Michèle André, vice présidente du sénat, Jean-Pierre Michel, Alima Boumédiene-Thiery, André Vallet, Yvon Collin, Bernard Piras et les députés Marc Reymann, Pascal Terrasse, Georges Hage, Jean-Claude Abrioux, Jean-Pierre Blazy, ont fait parvenir des messages écrits ou vidéo de leur solidarité avec la Résistance iranienne et les objectifs du meeting du 18 juin. Des messages ont également été envoyés de la part de la sociologue Andrée Michel, directrice de recherche honoraire au CNRS, et Serge Lecalvez du bureau national de la Ligue des Droits de l’Homme.

Des parlementaires américains, dont les sénateurs Kay Hutchison, James Talent, Christopher Bond, et les Représentants Loretta Sanchez, Sheila Jackson Lee, Diana DeGette, Bob Filner, Adam Schiff, Al Green, John Boozman,  William Lacy Clay et Ted Poe, ont également envoyé des messages vidéo ou écrits pour condamner la farce électorale du régime des mollahs et soutenir la résistance iranienne et les objectifs du rassemblement du 18 juin.

M. Ezzam Al-Ahmad, ancien ministre de l’Autorité palestinienne et député palestinien, Hodeh Ghavvas député jordanien, et un groupe nombreux d’eurodéputés, notamment Alejo Vidal Quadras, premier vice-président du Parlement européen, Vytautas Lansbergis, député et ancien président de la République de Lituanie, Struan Stevenson, vice-président du groupe PPE,  Paulo Casaca, président de la délégation européenne à l’assemblée parlementaire de l’OTAN, Eva Britt Svensson, première vice-présidente du groupe de l’alliance de gauche et vice-présidente de la commission des femmes,  Piia-Noora Kauppi, présidente du groupe finlandais démocrate chrétien conservateur, Mogens Camre, vice-président du groupe de l’union pour l’Europe et de nombreux membres du parlement britannique, notamment David Amess, Jonathan Shaw et David Drew, Lord Alton, Lord Corbett, Lord Tony Clarke, des parlementaires italiens, notamment Pier Paolo Cento, Luigi Giacco  ont adressé des messages vidéo pour soutenir la résistance iranienne et sa présidente, demandant la levée des restrictions qui les touchent.

Une délégation d’Auversois et de Val d’Oisiens est également montée à la tribune pour y prononcer de brèves allocutions qui condamnait le raid policier du 17 juin 2003 et apportait sa solidarité totale  à Mme Radjavi et la résistance iranienne.

Une délégation de dizaines de champions sportifs iraniens, conduite par Moslem Eskandar Filabi, président de la commission de sports, est venue condamner la farce électorale des mollahs et appeler la communauté internationale à cesser la politique de complaisance avec les mollahs et à soutenir la Résistance iranienne et Maryam Radjavi. Une jeune championne sportive iranienne a remis l’ensemble de ses médailles à la présidente Radjavi.

A la fin de ce meeting qui a duré environ neuf heures, Maryam Radjavi accompagnée de familles de martyrs, a déposé des couronnes de fleurs au pied d’un monument dédié aux martyrs de la résistance iranienne. Aziz Rezaï, mère de six martyrs, a remis à la présidente de la terre prélevée sur la tombe de Mohammad Hanif Nejad, fondateur de l’organisation des Modjahedines du peuple d’Iran, et sur la tombe des fosses communes des victimes du massacre des prisonniers politiques de 1988 dans le cimetière de Khavaran.

Ce programme comportait également une partie musicale avec des artistes français et iraniens.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 juin 2005

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe