mercredi, décembre 6, 2023
AccueilBlogEditorial : L'action punitive de l'UE est impérative après que le verdict...

Editorial : L’action punitive de l’UE est impérative après que le verdict de terrorisme du « diplomate  » iranien est devenu définitif

En février dernier, c’était la première fois qu’un responsable du régime iranien était jugé pour terrorisme sur le sol européen. Mercredi, l’avocat d’Assadollah Assadi a renoncé à faire appel du verdict européen, acceptant de fait sa condamnation à vingt ans de prison. La sentence est désormais confirmée et définitive. L’UE et tous les États membres doivent faire un choix : fermer les yeux sur l’utilisation par Téhéran de ses privilèges diplomatiques pour mener des actions terroristes en Europe sous divers prétextes, notamment la négociation en cours sur le programme d’armes nucléaires iranien ; ou sortir de ce silence disgracieux, condamner fermement le régime et prendre des mesures punitives énergiques.

Dans le verdict historique du 4 février, un tribunal belge a déclaré Assadi, un haut « diplomate » iranien, coupable de tentative de terrorisme impliquant un attentat à la bombe déjoué contre le rassemblement annuel du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) près de Paris en 2018.

Le tribunal belge a définitivement condamné Assadi pour tentative de meurtre terroriste et participation à un groupe terroriste, rejetant ses revendications d’immunité diplomatique. Il a été condamné à une peine maximale légalement admissible de 20 ans de prison, signalant la gravité des allégations et la prépondérance des preuves contre lui et le régime. Assadi était le chef du bureau de renseignement du régime en Europe et était en poste à l’ambassade du régime à Vienne, en Autriche.

Les juges européens ont estimé que trois autres complices appartenaient au même réseau d’espionnage dirigé par Assadi et couvrant tout le continent avec des cellules dormantes et actives.

De plus, il ne s’agit pas d’une affaire contre un diplomate-terroriste individuel qui a agi par caprice. En effet, au cours de l’enquête judiciaire, il a été établi que la bombe avait été fabriquée et testée à Téhéran, placée dans la valise diplomatique d’Assadi et transportée à Vienne par Assadi lui-même sur un vol de routine. L’unité belge de déminage a déclaré que l’engin était de qualité professionnelle et qu’il aurait pu provoquer une explosion importante et une panique dans la foule de dizaines de milliers d’Iraniens et de leurs soutiens internationaux qui s’étaient réunis près de Paris pour appeler à un Iran libre en juin 2018.

Ainsi, l’affaire est rendue encore plus significative car, alors que le champ d’application judiciaire était limité à Assadi et à trois de ses complices, en réalité, c’est l’ensemble du régime qui a été jugé.

Plusieurs propos récents des hauts responsables du régime montrent comment fonctionne le processus décisionnel du régime.

Le 2 mai, le Guide Suprême des mollahs, Ali Khamenei, a réaffirmé publiquement que le ministère iranien des Affaires étrangères, d’où Assadi a reçu ses instructions pour l’attentat déjoué en Europe, est responsable de l' »exécution » et non de la « conception » de la politique.

Dans une interview confidentielle qui a ensuite été divulguée à la presse, l’ultime responsable d’Assadi, le ministre des Affaires étrangères, Javad Zarif, a reconnu que depuis la révolution de 1979, les politiques exécutées par le ministère iranien des Affaires étrangères étaient « axées sur la sécurité » et constituaient une fonction ou un élément auxiliaire de l’ingérence étrangère du régime et de l’exportation du terrorisme. Il a notamment reconnu être une marionnette de la force terroriste extraterritoriale Qods et de son commandant éliminé Qassem Soleimani.

« La plupart des ambassadeurs » et l’ensemble de la « structure du ministère des Affaires étrangères » sont motivés par des défis fondamentaux pour la sécurité du régime, ce qui inclut le CNRI de l’opposition et ses activités et rassemblements percutants, que le régime a essayé de bombarder.

Enfin, le 28 avril, lors d’une réunion du cabinet rendue publique, le président du régime, Hassan Rohani, a reconnu que les politiques du régime sont décidées en dernier ressort par le Conseil suprême de sécurité nationale, un forum de sécurité auquel participent les chefs des trois branches et d’autres hauts responsables. Les décisions de cet organe doivent être approuvées en dernier ressort par Khamenei lui-même.

La Résistance iranienne a révélé à plusieurs reprises que les opérations terroristes du régime, y compris l’attentat à la bombe déjoué dont Assadi était le cerveau et une autre attaque terroriste déjouée contre l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) en Albanie en 2018, ont été décidées par le SNSC et approuvées par Khamenei.

Par conséquent, comme le président élu du CNRI l’a répété cette semaine, après la finalisation du verdict contre Assadi, « les dirigeants du régime, qui sont responsables de l’exportation du terrorisme depuis quatre décennies, doivent être traduits en justice. »

La communauté internationale ne devrait donc pas perdre du temps.