jeudi, février 9, 2023
AccueilBlogArab News: les problèmes de l'Iran

Arab News: les problèmes de l’Iran

Arab News: les problèmes de l'Iran

Le grand rassemblement du 9 juillet à Paris est devenu une plate-forme majeure, appelant la communauté internationale à amorcer un changement dans sa politique en Iran, selon un article publié dans Arab news mardi.

« Le régime de Téhéran n’a pas sa place dans l’avenir de l’Iran et du Moyen-Orient, et la politique d’apaisement biaisée de l’Occident vis-à-vis des mollahs a échoué et a conduit à l’expansionnisme de l’Iran dans la région. L’unité entre les pays du Moyen-Orient contre Téhéran et le soutien à l’opposition iranienne organisée, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) et à sa présidente Maryam Radjavi sont désormais impératifs », a écrit Shahriar Kia, porte-parole des habitants du camp Liberty, membres du principal groupe d’opposition iranien, les Moudjahidines du peuple iranien (OMPI).

« L’événement de Paris a montré les sérieuses mesures prises pour créer une telle alliance. Des personnalités politiques et des députés du monde entier et surtout de divers pays du Moyen-Orient, ont montré la diversité des soutiens à l’opposition iranienne. Le prince Turki Al Faisal Al-Saud d’Arabie Saoudite, ancien chef du renseignement saoudien, faisait partie des invités prestigieux de cet événement. Il parlé au nom des Etats arabes pour exprimer leur intention d’adopter une nouvelle perspective concernant le changement en Iran, d’établir la paix au Moyen-Orient et de condamner l’ingérence notoire de Téhéran dans toute la région ».

« L’animateur principal du rassemblement était la chef de l’opposition iranienne Maryam Radjavi. Elle est l’une des principaux défenseurs de l’unité entre les nations arabes et islamiques. L’accord nucléaire entre l’Iran et les puissances mondiales, qui fête ses un an cette année, n’a pas su décourager les activités menaçantes du régime iranien en Syrie, en Irak, au Yémen, au Liban, à Bahreïn, au Koweït et dans d’autres pays de la région. Cela explique très certainement pourquoi de nombreux gouvernements de la région ont rompu leurs relations avec Téhéran ».

« Radjavi a critiqué l’Occident pour ses tentatives infructueuses d’enrayer les actes répréhensibles de l’Iran par le biais de l’apaisement, en soulignant que les résultats avaient été jusqu’ici le contraire des attentes ». Elle a déclaré que « au cours de l’année suivant l’accord sur le nucléaire, beaucoup de sanctions ont été levées et les exportations de pétrole ont augmenté. Mais les revenus générés par ces ventes ont été réinvestis dans la guerre en Syrie ».

Les préoccupations au sein des pays de la région concernant les crises en cours au Moyen-Orient, enfreignant la paix dans la région sont causées par l’expansionnisme continu du régime iranien, la concentration de ses efforts pour maintenir le régime Bachar al-Assad au pouvoir, son ingérence en Irak et la poursuite de la guerre au Yémen, a écrit M. Kia.

« Le silence de l’Occident face à l’ingérence de Téhéran permet aux mollahs de commettre d’autres génocides dans la région. Cela a généré un modus operandi similaire entre l’Iran et Daesh, en lisant le même script et en abusant des enseignements de l’Islam pour commettre barbarie et sauvagerie ».

Dans son discours lors du rassemblement à Paris, le prince Turki a dénoncé le rôle du régime iranien dans la déstabilisation du Moyen-Orient et a appelé à une grande alliance internationale pour soutenir la Résistance iranienne.

« Votre lutte et la lutte contre le régime iranien triompheront bientôt. Il s’agit de se demander ‘quand’, et pas ‘si' » dit-il. « Je veux un changement de régime, moi aussi » a répondu le Prince Faisal aux cris de la foule pour le renversement du régime iranien. « Nous, dans le monde islamique, nous vous accompagnerons du plus profond de nos cœurs », a t-il dit.

Alors que le Moyen-Orient continue de brûler dans la tourmente, la communauté internationale en apprend plus que jamais sur le rôle de premier plan du régime iranien dans l’alimentation de ce brasier. Téhéran investit des milliards pour protéger ses propres intérêts dans la région, au prix de vies innocentes et de vastes destructions en Syrie, en Irak et au-delà, a ajouté M. Kia.

« Les innocents de la région restent victimes du soutien fourni par Téhéran au régime de Bachar al-Assad et au financement de ses groupes de milices armées en Irak. L’opposition iranienne est devenue la principale voix de ceux qui sont dégoutés par la campagne d’envoi de dizaines de milliers de soldats des mollahs dans divers pays sous la surveillance étroite du commandant de la force Qods, Qassem Suleimani ».

« Ce régime représente un défi et un ennemi qui ne peut être correctement traité que par une action ferme, telles que des mesures prises contre son soutien aux Houthis au Yémen ».

« Après une série pratiquement infinie d’échecs de tentative de contenir le régime iranien par le biais de concessions et de clémence, la communauté mondiale a maintenant devant elle la possibilité d’adopter une politique ferme de soutenir le peuple iranien et l’opposition organisée du CNRI, afin de passer un message fort aux mollahs de Téhéran », a t-il ajouté.