mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeVisite du ministre des affaires étrangères du régime iranien à Bagdad

Visite du ministre des affaires étrangères du régime iranien à Bagdad

Visite du ministre des affaires étrangères du régime iranien à BagdadLe Monde –  Les autorités irakiennes ont accueilli, vendredi 26 mai, à Bagdad le ministre des affaires étrangères iranien, Manouchehr Mottaki. Une visite qui illustre l’influence grandissante de Téhéran dans le pays, qui vient de se doter d’un nouveau gouvernement.

Le ministre iranien a souligné que sa visite avait pour objectif d’exprimer à nouveau la disposition de son pays à aider à la reconstruction de l’Irak. Il a annoncé que Téhéran accueillerait "à la première occasion" une conférence sur l’avenir de l’Irak. Les pays voisins de l’Irak et l’Egypte, qui seront invités, auront ainsi l’occasion, a-t-il dit, de "renouveler leur détermination commune à contribuer à rétablir la paix et la sécurité" dans l’ancienne Mésopotamie.
 
Signe de l’étroitesse nouvelle des liens entre les deux pays, Bagdad a reconnu à Téhéran le droit de se doter de la technologie nucléaire. "Nous respectons le droit de la République islamique à acquérir les connaissances scientifiques [dans ce domaine], dans le respect de la loi internationale, et nous avons confiance en la sagesse des dirigeants iraniens pour trouver une solution à ce problème", a déclaré le chef de la diplomatie irakienne, Hoshyar Zebari, après des entretiens avec son homologue iranien.

Au-delà de ce rapprochement évident, le gouvernement irakien a souhaité mettre en garde son voisin chiite et contenir ses ambitions. M. Zebari a dit toutefois craindre une course aux armements dans la région du fait du programme nucléaire iranien. Il a rappelé que son pays avait "souffert et continue de souffrir" du programme d’armes de destruction massive de l’ancien régime de Saddam Hussein, dans une mise en garde à peine voilée à l’Iran. "L’Irak ne sera plus jamais une menace pour l’Iran", a-t-il soutenu, tout en demandant à ce pays et aux autres pays voisins de "ne pas exploiter les difficultés actuelles" de Bagdad pour s’ingérer dans ses affaires.

Téhéran est soupçonné de soutenir des milices armées et la contrebande d’armes et d’explosifs à travers la frontière entre les deux pays. Il aurait aussi des visées sur le Sud irakien, chiite et riche en
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe