lundi, janvier 30, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeQui est Hossein Taeb, récemment renvoyé de l'organisation iranienne des services de...

Qui est Hossein Taeb, récemment renvoyé de l’organisation iranienne des services de renseignements des pasdaran ?

Qui est Hossein Taeb, récemment renvoyé de l'organisation iranienne des services de renseignements des pasdaran ?
Hossein Taeb (au milieu) aux côtés du commandant de la force Qods du Corps des gardiens de la révolution, Qassem Soleimani (à gauche), lors d’une cérémonie de deuil.

La semaine dernière, le régime iranien a limogé Hossein Taeb, chef de longue date des services de renseignement des Gardiens de la révolution (pasdaran) et confident du Guide Suprême des mollahs, Ali Khamenei, et de son fils Mojtaba.

Taeb, un criminel notoire, a été démis de ses fonctions après 13 ans, peu de temps après plusieurs assassinats de commandants des pasdaran en Iran et des centaines d’opérations de la Résistance iranienne visant à démanteler l’appareil répressif du régime, comme le récent démantèlement de la municipalité de Téhéran et des CCTV de la ville.

La nouvelle du licenciement de Taeb a fait l’effet d’une bombe, car elle a révélé la profondeur de la crise interne du régime. Il était considéré comme « intouchable » en raison de ses relations étroites avec Khamenei et de son rôle dans la répression des dissidents. Mais qui est Hossein Taeb ?

La première vie de Taeb et son rôle dans l’IRGC

Hossein Taeb pendant la guerre Iran-Irak

Taeb est né en 1963 à Téhéran. Il a rejoint les pasdaran peu après la révolution de 1979. En tant que membre des pasdaran, Taeb a joué un rôle clé dans les années 1980 en chassant, torturant et tuant des dissidents iraniens, principalement des membres et des partisans de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI). Taeb a gravi les échelons au sein des pasdaran grâce à sa cruauté et a été nommé chef des renseignements de la première brigade de pasdaran, connue sous le nom de « Thar-Allah ».

Pendant la guerre Iran-Irak, Taeb était le commandant du « bataillon Habib » affiliée aux Gardiens de la révolution et a servi avec Mojtaba Khamenei. Les membres de ce bataillon ont occupé des postes de premier plan au sein du régime lorsque Ali Khamenei est devenu le Guide Suprême. Parmi ces personnalités figurent Mehdi Taeb, chef du QG d’Amar, qui regroupe les mercenaires en civil les plus fidèles à Khamenei, Hossein Taeb, ancien chef des services de renseignement des pasdaran, Hassan Mohagheg, haut commandant des pasdaran, et le général de brigade Mohammad Esmail Kothari, directeur du « QG de Thar-Allah » à Téhéran, chargé de réprimer les manifestations dans la capitale.

Hossein Taeb, une figure de la sécurité

En 1988, le Guide Suprême du régime de l’époque, Ruhollah Khomeini, a dû accepter un cessez-le-feu sous la pression intérieure et internationale. Il a réussi à sauver son régime en massacrant plus de 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart des membres de l’OMPI. Taeb, à l’instar d’autres responsables du régime, a également participé à ces massacres.

La guerre antipatriotique Iran-Irak était une affaire rentable pour les commandants des pasdaran tels que Taeb. Ainsi, lorsqu’elle s’est terminée, ces voyous, qui ne connaissaient que le meurtre, ont commencé à dominer les affaires économiques et sociales de l’Iran.

Ali Akbar Hashemi Rafsanjani, alors président du régime, a nommé Taeb à la tête de l’adjoint « anti-espionnage » du ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité (VAVAK). Taeb a joué un rôle clé dans les « meurtres en série » des années 1990 sous la direction d’Ali Fallahian, alors ministre du Renseignement. Durant cet épisode, les agents du VEVAK ont enlevé, torturé et mutilé des dizaines d’intellectuels iraniens à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Taeb a joué un rôle important dans le ciblage des dissidents iraniens à l’étranger, notamment l’assassinat des membres de l’OMPI Akbar Ghorbani et Zahra Rajabi en Turquie.

L’expertise de Taeb consistait à monter des dossiers contre les opposants au régime et parfois contre des responsables du régime. Pendant ses années au VEVAK, Taeb a produit de nombreuses fausses accusations contre les membres de l’OMPI.

En 1994, des centaines de pèlerins ont été tués et blessés lors du bombardement du sanctuaire de l’Imam Reza dans la ville de Machhad, au nord-est du pays. Le régime a perpétré l’attentat, mais l’a imputé à l’OMPI afin de diaboliser le groupe en Iran et de le qualifier d’organisation terroriste, exigeant des pays occidentaux qu’ils fassent pression sur eux.

Pour mettre en œuvre l’objectif du VEVAK, Taeb, travaillant en étroite collaboration avec l’ancien adjoint du ministère des Renseignements Saeed Emami, a utilisé un prisonnier, Mehdi Nahvi. Nahvi a été torturé pour lui faire admettre qu’il avait participé à l’attentat. Nahvi a ensuite été apparemment libéré dans le quartier de Tehranpars, à Téhéran, mais il a été encerclé et abattu pour effacer toute preuve.

Akbar Ganji, l’un des plus hauts responsables du VEVAK de l’époque, a reconnu que Taeb avait utilisé Nahvi et l’avait présenté comme un membre de l’OMPI et le cerveau de l’attentat, alors que Nahvi avait été arrêté des années auparavant.

Taeb et Emami ont également planifié et ordonné le meurtre horrible de trois prêtres iraniens et ont ensuite monté un spectacle pour en faire porter la responsabilité à l’OMPI.

Mehdi Khazali, un ancien haut fonctionnaire, a reconnu plus tard comment le VEVAK a mutilé les prêtres et a piégé les membres de l’OMPI sous la supervision de Taeb.
« Le VEVAK a arrêté trois filles et a été obligé de faire accuser ces trois prêtres d’avoir converti des musulmans en chrétiens. Lorsqu’elles ont accepté, les [mercenaires] ont tué les trois prêtres et les ont mutilés sous les yeux des filles. Ils ont demandé à ces pauvres dames de faire une interview dans laquelle elles avouaient avoir tué ces prêtres sur ordre de l’OMPI », a reconnu Khazali lors d’une conférence en 2016, au milieu des luttes intestines du régime.

Mais on récolte ce que l’on sème, et une affaire a mis fin à la carrière de Taeb au sein du VEVAK.

Vers la fin des années 1990, Taeb a décidé de monter un dossier contre le fils de Rafsandjani, le faisant accuser d’espionnage, afin de faire pression sur son père dans le contexte des luttes intestines croissantes du régime. Il arrête Abbas Yazdan Panah Yazdi, un homme d’affaires irano-britannique qui était en contact avec Mehdi Rafsanjani. Les agents du VEVAK ont extorqué à Yazdi des aveux forcés sous la torture.

L’agence de presse officielle Tasnim, affiliée à la Force Qods des pasdaran, a publié les aveux de Yazdi en 2015, deux ans après son enlèvement à Dubaï et sa disparition.

L’action de Taeb a rendu furieux Akbar Hashemi Rafsanjani, qui a renvoyé Taeb du VEVAK et l’a empêché d’occuper tout poste pendant une courte période.

Le parcours de Taeb vers les services de renseignement des pasdaran

Peu après son renvoi du VEVAK, Mojtaba Khamenei nomme Taeb coordinateur adjoint du bureau de Khamenei ou « Beyt ». Il est ensuite devenu l’adjoint culturel des pasdaran et, après trois ans, il a été nommé président de l’université Imam Hussain des pasdaran. Mojtaba et Taeb ont commencé à former un service de renseignement « parallèle ». Ils ont jeté les bases du service de renseignement des pasdaran, qui est devenu par la suite l’appareil de sécurité le plus puissant du régime. Pendant son séjour au bureau de Khamenei, Taeb a participé à l’oppression du mouvement étudiant à la fin des années 1990, tuant et arrêtant des dizaines d’étudiants universitaires iraniens.

En 2005, Taeb a joué un rôle crucial dans les efforts de Mojtaba Khamenei pour nommer Mahmoud Ahmadinejad à la présidence du régime. Sa loyauté envers Khamenei lui a valu d’être nommé commandant de la force paramilitaire Basij affiliée aux pasdaran en 2009. Il a également été commandant adjoint des services de renseignement de pasdaran.
Taeb et les manifestations de 2009

Des manifestations ont éclaté après l’annonce par le régime des résultats de son simulacre d’élection présidentielle en 2009. Les gens ont afflué dans la rue et, en l’espace de quelques heures, ont scandé des slogans contre l’ensemble du régime. En tant que chef de la milice de Basji, Taeb a organisé les forces du régime et a lancé une répression brutale contre les manifestants. Des dizaines de personnes ont été tuées, blessées ou arrêtées. Parmi toutes les victimes, le cas de Taraneh Mousavi, une jeune Iranienne, est déchirant.

Taraneh a été arrêtée par les bassidjis et transférée à la prison de « Thar-Allah HQ », où elle a été violée à plusieurs reprises, torturée, puis assassinée. Selon des témoins oculaires, Taeb a personnellement violé et torturé Taraneh Mousavi. Le corps de Taraneh a été brûlé pour effacer toute preuve.

En réponse aux protestations croissantes contre le meurtre de Taraneh Mousavi, même au sein du régime, Taeb a également lancé une opération sous faux drapeau. Il a prétendu que Mousavi avait quitté l’Iran et vivait au Canada, mais il est apparu plus tard que la famille avec laquelle Taraneh vivait, selon lui, était sa propre famille.

Taeb et le service de renseignement des pasdaran

En septembre 2009, Taeb a été écarté de la milice Basij et est devenu le chef des services de renseignement des pasdaran. L’Organisation du renseignement des pasdaran (IRGC-IO) est devenue sinistrement connue en raison de son rôle dans la répression des manifestants. Après l’assignation de certains scientifiques nucléaires et les tentatives infructueuses du VEVAK pour sauver la face, l’Organisation du renseignement des pasdaran est devenu plus puissant, mettant le VEVAK sur la touche et assumant ses principales responsabilités. Certaines de ces responsabilités comprenaient la protection des officiels du régime et des personnalités influentes et la lutte contre les dissidents iraniens, principalement les militants de l’OMPI.

Il existe trois organisations distinctes et indépendantes au sein des pasdaran :
1. l’Organisation du renseignement des pasdaran
2.1 Organisation de protection des pasdaran
3.1 Organisation de protection de l’information des pasdaran ou contre-espionnage

Ces trois organisations des pasdaran opèrent directement et indirectement sous l’autorité de Khamenei et du commandant des Gardiens de la révolution. Ces organisations sont les principaux outils de répression et d’espionnage de Khamenei.

L’organisation de renseignement des pasdaran a joué un rôle majeur dans les meurtres de manifestants lors des soulèvements de novembre 2019. Cette organisation terroriste a participé activement aux attaques terroristes du régime à l’étranger, notamment son attentat à la bombe déjoué contre le rassemblement de la Résistance iranienne en France en 2018.

Alors que l’Organisation de renseignement des pasdaran prétendait tout contrôler, les premières fissures importantes sont apparues dans cette organisation lorsque Mohsen Fakhrizadeh, le père du programme d’armes nucléaires du régime, a été assassiné en plein jour près de Téhéran. L’assassinat de Fakhrizadeh a été suivi de plusieurs autres assassinats de hauts commandants aérospatiaux et de scientifiques du programme nucléaire des pasdaran. Ces assassinats, associés au sabotage des sites nucléaires du régime, ont suscité beaucoup d’émoi chez les mollahs, ce qui a conduit au licenciement de Taeb.

Mais l’histoire non racontée du licenciement de Taeb est celle des dommages causés à l’appareil de sécurité du régime par l’OMPI et ses « Unités de Résistance ». L’Organisation de renseignement des pasdaran avait pour mission de traquer les membres de l’OMPI et d’empêcher leurs opérations. Mais le nombre croissant d’activités des Unités de Résistance, allant de la destruction d’organisations et de ministères importants du régime à la mise à feu des icônes des mollahs, comme la grande statue de Qassem Soleimani, le principal terroriste de Khamenei, en passant par des opérations contre les bases des pasdaran et de la milice Basij, a prouvé l’incompétence de cette organisation à faire face à la menace que représente l’OMPI pour les mollahs.

Le licenciement de Taeb, avec ses liens étroits avec Khamenei et son fils Mojtaba, montre une fois de plus à quel point le régime iranien est fragile. Le régime des mollahs et son appareil sécuritaire et militaire sont une bande de voyous brutaux qui aident la théocratie au pouvoir à se maintenir par la répression et la désinformation. Le licenciement de Taeb montre également les luttes intestines croissantes au sein du régime et témoigne des efforts de Khamenei pour consolider le pouvoir dans son régime.

Khamenei a maintenant nommé Mohammad Kazemi comme successeur de Taeb et ancien commandant du contre-espionnage des pasdaran pour « dépoussiérer » l’organisation. Mais Kazemi réussira-t-il ?

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe