mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: SociétéL'environnement meurtrie de l’Iran

L’environnement meurtrie de l’Iran

L'environnement meurtrie de l’Iran
Ces dernières années, l’Iran a été aux prises avec une catastrophe environnementale sans précédent, et la situation n’a fait qu’empirer en raison des politiques désastreuses des dirigeants au pouvoir. De l’assèchement des zones humides et des lacs autrefois prospères, à la montée dévastatrice des micropoussières et des tempêtes de poussière, l’impact de ces décisions est évident dans tous les coins du pays.

Lac d’Ourmia : une merveille naturelle au bord du gouffre
Le lac d’Ourmia, autrefois l’un des plus grands lacs d’eau salée au monde, est maintenant au bord de l’assèchement total. Selon les médias officiels, les experts du régime prédisent que d’ici fin août 2023, plus de 98 % du lac se sera asséché. La dévastation du lac d’Ourmia est attribuée à une série de mauvaises décisions de planification qui ont été prises au fil des ans. L’incapacité à résoudre les problèmes d’eau a conduit à l’état catastrophique actuel du lac. Le mépris des mollahs pour l’environnement et leurs politiques à courte vue ont poussé cette merveille naturelle au point de non-retour.

La zone humide de Gavkhoni : un écosystème florissant perdu
La zone humide de Gavkhoni dans la province d’Ispahan, dans le centre de l’Iran, autrefois un écosystème prospère, a également été victime des politiques désastreuses du régime. Un taux alarmant de 99 % de la zone humide s’est asséché, entraînant la montée des centres de poussière et contribuant à la détérioration de la qualité de l’air dans la région. La création de ces centres de poussière amplifie encore la catastrophe environnementale, mettant en danger la santé et le bien-être de millions de personnes.

Iran, Marais de Gavkhoni

Catastrophe environnementale à Téhéran et au-delà
L’assèchement des lacs et des zones humides, associé à la création de poussières et des tempêtes de micro-poussières, a conduit à une catastrophe environnementale dans de nombreuses régions de l’Iran, y compris à Téhéran. Ces conditions désastreuses ont entraîné la perte de nombreuses vies et la maladie de millions de personnes. La gravité de la catastrophe ressort clairement des contenus présentés dans les médias du régime.

Selon l’agence de presse publique Tasnim, le 3 août 2023, le directeur général de la gestion des crises dans le gouvernorat d’Ispahan a signalé que la zone humide de Gavkhoni s’était asséchée de 99 %, devenant une plaque tournante pour la poussière, entraînant 35 jours de pollution atmosphérique malsaine à Ispahan depuis le début de l’année.

Autrefois puissante, la rivière Zayandeh Rood, une bouée de sauvetage pour de nombreuses communautés dans trois provinces, est maintenant en train de s’assécher. L’impact de l’épuisement de la rivière se traduit par le flétrissement et la chute des arbres dans les espaces verts urbains près de ses rives. L’assèchement des terres fertiles entourant la rivière a encore contribué à la montée des centres de poussière. Cela a non seulement dévasté les espaces verts urbains, mais a également accéléré le phénomène d’affaissement du sol à Ispahan, posant un défi important pour les habitants de la ville.

Iran le Zayandeh Rood

Le stress hydrique ne s’est pas limité à la seule région de Zayandeh Rood. Le directeur général de la gestion des crises du gouvernorat d’Ispahan a révélé que 16 000 hectares de vergers ont également été touchés par le stress hydrique.

De plus, l’assèchement de Zayandeh Rood a contribué à une augmentation du phénomène d’affaissement à Ispahan. La baisse du niveau des eaux souterraines et les affaissements de terrain qui en découlent sont devenus des défis majeurs pour les zones urbaines de la région.

Les experts en environnement ont attribué la situation environnementale actuelle à la construction de barrages inappropriés et à la mauvaise gestion du régime.

Iran, téhéran, poussière et pollution de l’air

Problèmes des micro-poussière et la qualité de l’air
En outre, le 31 juillet 2023, le site Internet public Setareh Sobeh a rapporté les propos de l’activiste écologiste Mohammad Darwish qui s’est dit préoccupé par l’assèchement de Téhéran. Il a souligné que les particules inférieures à 10 microns dans l’air de Téhéran ont augmenté en raison de l’assèchement des zones entourant la ville. Il a comparé Téhéran à un aspirateur, épuisant les ressources en eau qui étaient autrefois abondantes dans la région. La perte de zones humides à Téhéran, autrefois interconnectées et vitales pour la stabilité écologique, a aggravé la situation. Des rivières comme la rivière Karaj, la rivière Qom, Jajrud et Qarasu, qui coulaient autrefois vers les zones humides, se sont maintenant asséchées. Il a déclaré : « Cette circonstance malheureuse est le résultat d’années de négligence et de sous-estimation des projets environnementaux dans la gestion urbaine ».

Nombre de morts alarmant et décès liés à la pollution de l’air
Le bilan sanitaire de la catastrophe environnementale est stupéfiant. Selon le Dr Abbas Shahsoni, chef du Département de la santé de l’air et du changement climatique du ministère iranien de la Santé et de la Médecine, environ 21 000 citoyens, dont 6 400 à Téhéran, meurent chaque année à cause de la pollution de l’air. D’un point de vue économique, le Centre national de l’air et du changement climatique de l’Organisation environnementale iranienne, citant un responsable du ministère de la Santé, a révélé que la pollution de l’air dans seulement 25 villes du pays cause environ 30 milliards de dollars de dégâts par an.

La gravité de la situation de la pollution de l’air est encore plus évidente à Arak, la capitale de la province centrale. Selon Alireza Mehrabian, le chef des laboratoires de la Direction générale de la protection de l’environnement de la province, les conditions atmosphériques dangereuses et la présence de particules de moins de 10 microns ont contraint les bureaux et les banques à fermer. Cette décision a été prise par le groupe de travail d’urgence sur la pollution de l’air de la province, et les écoles ont également été fermées en réponse aux conditions de pollution de l’air en cours.

Les statistiques officielles indiquent qu’Arak est l’une des huit métropoles polluées d’Iran, connaissant des conditions atmosphériques malsaines pendant 27 jours depuis le début de cette année persane (depuis le 21 mars) et 138 jours.

Simultanément, le directeur général du bureau de gestion de crise du gouvernorat du Sistan et du Baloutchistan a fait état de l’impact d’une « nouvelle vague de vent » dans la région du Sistan affectant cinq villes : Zaboul, Zahak, Hamon, Hirmand et Nimroz. En conséquence, 1 580 personnes de la région ont consulté des hôpitaux et des centres médicaux, dont 102 sont actuellement hospitalisées.

Le 21 juillet 2023, le vice-président des sciences médicales de l’Université des sciences médicales de Birjand a révélé qu’entre le 12 et le 19 juillet, un total de 20 347 personnes se sont rendues aux urgences en raison de la présence de poussière fine après une tempête de poussière. Parmi ceux-ci, 18 057 personnes ont été traitées en ambulatoire, tandis que 2 290 personnes ont dû être hospitalisées.

Les estimations indiquent que la province du Khorasan du Sud, à l’est de l’Iran, est l’une des six principales provinces du pays concernant ce problème, connaissant une présence annuelle d’environ « 700 000 tonnes de poussière ».

Le massacre silencieux : Extraction rampante d’eau souterraine
Une autre catastrophe environnementale déchirante perpétuée par les mollahs est l’extraction effrénée d’eau souterraine, facilitée par la construction de dizaines de milliers de puits autour des aciéries, d’autres installations industrielles et des terres agricoles. Cette extraction incontrôlée de l’eau a déclenché une baisse dévastatrice des niveaux d’eau souterraine, déclenchant une vague calamiteuse d’affaissement des terres dans toute la région.

Iran, affaissement de la terre

Dans une interview accordée à l’agence de presse officielle ISNA, un expert en environnement a fait la lumière sur le phénomène déchirant de l’affaissement des terres qui sévit en Iran. Ce processus implacable est alimenté par l’extraction effrénée de l’eau souterraine, provoquant l’épuisement de l’eau dans les couches inférieures de la terre. Au fur et à mesure que la porosité du sol et le poids des couches supérieures exercent une pression, le sol s’affaisse progressivement, entraînant l’apparition soudaine de fissures, de fissures et de gouffres.

L’expert a souligné le caractère irréversible des affaissements de terrain, les espaces vidés du sol, faisant office de réservoirs naturels pour les eaux souterraines, se refermant. Cette sombre réalité a valu au phénomène le surnom obsédant de « la mort des aquifères ». Nulle part la menace n’est plus palpable que dans des régions comme la province de Yazd, où les climats chauds et secs et les faibles précipitations font des aquifères la bouée de sauvetage des communautés. La décimation de ces sources d’eau vitales pourrait annoncer l’effondrement de la vie humaine dans ces régions.

Iran-Téhéran-affaissement de terrain

L’Iran est confronté à une situation difficile, avec des affaissements de terrain se produisant à un rythme alarmant. Alors que les pays développés considèrent qu’un taux d’affaissement annuel de quatre millimètres est une crise, certaines régions iraniennes, telles que le sud de la plaine de Téhéran, les plaines de Fasa et Jahrom, subissent des taux d’affaissement annuels atteignant le chiffre stupéfiant de 40 à 54 centimètres – un record effrayant qui dépasse la norme mondiale par un nombre stupéfiant de 100 fois.

L’extraction excessive d’eau des aquifères au cours des dernières décennies a provoqué un affaissement des terres dans plusieurs provinces, notamment Téhéran, Alborz, Ispahan, Fars, Kerman, Hamadan, Semnan, Qazvin, Razavi Khorasan, North Khorasan et Yazd.

Les conséquences de l’affaissement des terres se répercutent partout. Les inondations envahissent les zones touchées, causant des ravages et des destructions aux structures existantes, telles que les bâtiments résidentiels, les routes, les voies ferrées, les lignes de transport d’électricité et les réseaux de pipelines. De plus, les gouffres, les fissures et les fissures privent les gens de la capacité d’utiliser la terre à des fins essentielles comme l’agriculture, les services et les industries, aggravant la catastrophe environnementale.

Inondations en Iran
De plus, l’affaissement exerce une pression sur les couches d’argile des aquifères, provoquant la pénétration d’éléments toxiques comme l’arsenic dans l’eau de puits. Cela entraîne des défauts techniques et une forte diminution de l’approvisionnement en eau, obligeant les propriétaires de puits à creuser de nouveaux puits à des coûts importants.

De plus, l’affaissement a entraîné la destruction de terres propices à l’agriculture, certains gouffres s’avançant jusqu’à 300 mètres des zones résidentielles rurales dans des endroits comme Abarkoh. Cela a laissé les gens préoccupés par la perte potentielle de vies humaines et d propriété.

Allocation budgétaire inadéquate et indignation
Malgré la grave ampleur de la crise environnementale, l’allocation budgétaire du régime pour la protection de l’environnement reste terriblement insuffisante. Étonnamment, un maigre 3713 milliards de tomans (environ 93 millions de dollars) a été affecté à l’organisation de protection de l’environnement du pays dans le projet de loi de finances de l’année à venir.

Cette décision flagrante du régime de n’allouer qu’une fraction des fonds nécessaires à la préservation de l’environnement, tout en finançant généreusement les institutions militaires et religieuses, a suscité l’indignation des experts et des militants. Les conséquences de ce déséquilibre flagrant s’étendent bien au-delà de l’environnement lui-même et ont un impact économique substantiel. La pollution de l’air à elle seule, alimentée par le manque de financement adéquat pour la protection de l’environnement, coûte à la nation environ 30 milliards de dollars par an.

Les répercussions de cette négligence se font sentir dans tout le pays, les problèmes environnementaux critiques restant non résolus en raison du manque de soutien financier. De la détérioration de la qualité de l’air dans les grandes villes à la perte alarmante de biodiversité dans les écosystèmes fragiles, l’environnement paie un lourd tribut à cette négligence budgétaire. De plus, le bilan économique de la dégradation de l’environnement continue de s’alourdir, accablant les communautés de coûts de soins de santé, de perte de productivité et de dommages aux infrastructures.

Besoin urgent d’action collective et de responsabilité
La catastrophe environnementale déclenchée par les politiques malavisées du régime iranien n’est rien de moins qu’une crise épique, faisant peser une grave menace sur le bien-être et la subsistance de millions d’Iraniens. Les conséquences, allant de l’assèchement des sources d’eau vitales à la fréquence croissante des tempêtes de poussière et à la pollution atmosphérique suffocante, sont tout simplement catastrophiques. Une action immédiate et décisive est impérative pour inverser cette trajectoire alarmante et sauvegarder l’environnement pour les générations à venir.

Partout au pays, des paysages autrefois luxuriants se sont transformés en friches arides, alors que l’épuisement inconsidéré des ressources en eau laisse les communautés desséchées et en difficulté. Pendant ce temps, le ciel autrefois clair est maintenant étouffé par la poussière et les polluants, mettant en danger la santé respiratoire d’innombrables Iraniens et exacerbant les maladies respiratoires.

Cette crise ne se limite pas aux frontières nationales ; c’est une question d’intérêt mondial. La communauté internationale doit s’unir et demander des comptes au régime iranien pour son rôle dans la précipitation de cette catastrophe écologique. Alors que la répression brutale de son peuple par le régime suscite une condamnation légitime, son massacre silencieux de milliers de personnes dans des conditions environnementales désastreuses ne peut être ignoré.

Chaque jour qui passe, de plus en plus de vies sont mises en danger et le tissu même de la société iranienne est menacé par ces difficultés induites par l’environnement. Il est temps d’agir; des efforts collectifs doivent être entrepris pour mettre en œuvre des pratiques durables et tenir le régime responsable de ses actions.