jeudi, juin 20, 2024
AccueilActualitésActualités: SociétéKazem Sedighi, un allié de Khamenei, aurait accaparé des milliards de terres...

Kazem Sedighi, un allié de Khamenei, aurait accaparé des milliards de terres dans la capitale iranienne

Kazem Sedighi, un allié de Khamenei, aurait accaparé des milliards de terres dans la capitale iranienne
Des documents récemment divulgués indiquent que Kazem Sedighi, le chef par intérim de la prière du vendredi de la capitale iranienne, aurait acquis avec ses fils de vastes étendues de terre dans les riches district nord à travers une entreprise familiale.

Il y a vingt ans, Sedighi a créé le séminaire Ozgel sur un vaste terrain de 20 000 mètres carrés près de Tajrish, à Téhéran. Une grande partie des terrains composant ce complexe appartiendrait à l’organisation Awqaf et à la municipalité de Téhéran.

Des documents révélés par les médias indiquent que Sedighi se serait emparé d’un jardin de 4 200 mètres carrés adjacent au séminaire. Le terrain de ce jardin a été enregistré sous le nom de société « Peyrowan Andishehaye Qaem » [adeptes de la foi du 12e imam chiite] fondée le 4 juin 2023 par Sedighi et ses fils, Mohammad Mehdi et Mohammad Hossein.

Selon les documents divulgués, Mohammad Mehdi Sedighi est président du conseil d’administration, avec Mohammad Hossein comme membre du conseil d’administration.

Javad Azizi, l’ancien chef du département immobilier de la municipalité de Téhéran sous le mandat de Mohammad Bagher Ghalibaf, serait le vice-président du conseil d’administration et un actionnaire de cette société. Rezvaneh Ghavami, la belle-fille de Sedighi, superviserait l’entreprise familiale en tant qu’inspecteur, tandis que Fazlollah Bigordi, le chef de l’équipe de sécurité de Sedighi, agirait en tant qu’inspecteur suppléant.

Un mois seulement après sa constitution, la société aurait acquis l’acte de propriété d’un terrain de 4 200 mètres carrés, évalué à environ mille milliards de tomans, autrefois désigné sous le nom de « Séminaire de l’Imam Khomeini ».

De plus, les fils de Sedighi, ainsi que Hesamoddin Mahdavi Ebrahimi, un proche confident, seraient membres du conseil d’administration d’« Aria Madan Pargas », une société minière.

Par ailleurs, Mohammad Hossein Sedighi, aux côtés de Hamid Shakibmehr, ancien commandant des Gardiens de la révolution à Qom et propriétaire d’un hôtel de premier plan, se seraient engagés dans le secteur de l’hôtellerie à travers deux sociétés.

En réponse aux accusations d’accaparement de terres, Sedighi a nié toute implication personnelle, rejetant la faute sur d’autres parties, selon un article paru dans le journal officiel Shargh. Ses affirmations selon lesquelles « un ami aurait contrefait sa signature » et aurait exploité son nom pour acquérir les terres ont suscité de nombreuses controverses en Iran.

Dans sa réponse, Kazem Sedighi s’est qualifié de « serviteur de la révolution » et a affirmé que les individus à l’origine de la publication de ces documents visaient délibérément à saper « les croyances du peuple ».

Entre-temps, de nouvelles révélations ont émergé le 17 mars, révélant que Kazem Sedighi et son fils Mohammad Mehdi avaient directement reçu un milliard de tomans de revenus locatifs de l’hôtel Jahan à Mashhad, dans le nord-est de l’Iran.

Ces dernières semaines ont vu la révélation de documents confidentiels du Parlement du régime iranien, mettant en lumière une dure réalité : les députés prétendant défendre les intérêts du peuple empochent eux-mêmes de grosses sommes tout en adoptant une législation qui canalise des milliards pour soutenir les programmes terroristes du régime à l’étranger.

La nouvelle révélation, au milieu des sermons continus dénonçant la pauvreté et la corruption des dirigeants de la prière du vendredi alimente certainement l’indignation et le trouble du public.

Abbas Abdi, un ancien interrogateur des renseignements devenu « réformiste », a critiqué la réponse de Sedighi sur les réseaux sociaux, suggérant que « l’importante affaire de détournement de fonds de la Debsh Tea Company a porté un coup dur à la rhétorique anti-corruption du gouvernement et maintenant le nouvel incident a discrédité l’entreprise les sermons de prière du vendredi. »