dimanche, novembre 27, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafRévérend John Pritchard condamne les violations des droits de l'homme en Iran

Révérend John Pritchard condamne les violations des droits de l’homme en Iran

Révérend John Pritchard condamne les violations des droits de l'homme en Iran

Révérend John Pritchard condamne les violations des droits de l’homme en Iran et exige la protection pour le camp Liberty

Le 20 janvier 2016, le révérend John Pritchard, ancien archevêque d‘Oxford, a donné un discours à Auvers-sur-Oise, dans le nord de Paris. Il a rencontré, avec le révérend Adrian Newman, archevêque de Stephney, Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à son domicile.

Voici ci-dessous, le discours du révérend John Pritchard :

Révérend John Pritchard condamne les violations des droits de l'homme en Iran

J’ai pris connaissance de cet évènement qui est dans nos cœurs, il y a six ou sept ans. C’était en 2009, après cette attaque terrible du camp Ashraf, qui a causé tellement de dommages. On m’a dit que des gens menaient une grève de la faim à Grosvenor Square à Londres, devant l’ambassade américaine.

Cela m’a étonné de voir que ces gens, si bons et gentils, menaient cette forme extrême de sacrifice de soi, se mettaient en danger et souffraient à cause des évènements en Irak. J’ai été très touché par ce que j’ai vu et ce que j’ai appris. J’étais heureusement dans une position qui me permettait d’en informer l’archevêque de Canterbury, qui était à l’époque Rowan Williams, et qui lui aussi, s’est impliqué pour cette cause à laquelle nous croyons. Ses déclarations publiques que j’ai rassemblées sont assez importantes.

Ainsi a commencé mon voyage pour essayer de comprendre ce que vous et vos frères et sœurs vivez. En tant que membre de la maison des Lords, ce que j’étais, je continuai à écrire aux ministres pour signer des lettres et des pétitions afin de faire partie de la campagne parlementaire au nom de ce qui était désormais le Camp Liberty et de tout ce qui s’y passait.

J’ai donc seulement été impliqué d’une manière infime ces six, sept dernières années et je ne mérite vraiment pas la qualité de votre accueil.

Madame Radjavi, je le pense sincèrement. Je vous suis très reconnaissant pour cet accueil chaleureux que je ne mérite pas.

Mais derrière le camp Liberty, bien sûr, il y a le plus gros problème de l’influence de l’Iran sur l’Irak.

Pourquoi y a-t-il eu sept attaques au lance-roquette sur le camp Ashraf, le camp Liberty, prenant autant de vies ? Pourquoi n’y a-t-il pas de protection pour les réfugiés, bien que celle-ci ait été accordée par l’UNHCR ?

Pourquoi les réfugiés n’ont-ils même pas le droit de reconstruire ou de nettoyer après les dernières attaques ? Qui sont les milices ? Les milices qui orchestrent et entreprennent ces attaques. Et de qui dépendent-elles ?

Eh bien, l’ombre de l’Iran plane bel et bien au-dessus de tout ceci. L’Iran semble être un régime où les droits de l’Homme sont terriblement négligés, où 2 000 personnes ont été exécutées sous la présidence d’Hassan Rohani. Où plus de mineures sont exécutés que dans n’importe quelle autre partie du monde. Où il est dangereux d’appartenir à une minorité religieuse, d’être journaliste, un activiste ou un membre de la famille d’un prisonnier politique.

Ou en fait, d’exprimer n’importe quelle forme d’opposition. Pourquoi en est-il ainsi ? Et désormais, nous assistons à l’accueil de l’Iran de nouveau sur la scène internationale à cause de ses promesses sur les armes nucléaires.

En tant que citoyen britannique, il me paraît essentiel que nous ne nous rapprochions pas de l’Iran sauf s’il y a un arrêt de ces exécutions horribles, de la torture, des attaques à l’acide contre les femmes et les filles, l’amputation des mains et des pieds, l’emprisonnement des opposants politiques et des minorités chrétiennes, etc. – une liste effroyable.

Je demande au gouvernement britannique d’être plus ferme dans la façon dont il traite avec le gouvernement iranien maintenant. Sinon, que signifierait la morale ? Les droits de l’Homme sont universaux, ils sont indivisibles et ils sont interdépendants. Nous ne pouvons pas les isoler.

Martin Luther King, le grand activiste pour les droits civiques aux États-Unis, a déclaré : « L’injustice quelque part est une menace pour la justice ailleurs. Ce qui affecte quelqu’un directement, affecte tout le monde indirectement. » En d’autres termes, les droits de l’Homme sont indivisibles.

Le Royaume-Uni et la communauté internationale doivent être à la hauteur des résolutions de novembre/décembre de l’Assemblée générale des Nations-Unies, qui a fortement condamné les violations flagrantes et systématiques des droits de l’Homme en Iran et qui a demandé la fin de tout ceci. C’est une bonne chose que le débat soit là et qu’il ait attiré l’attention internationale sur ce pour quoi vous vous êtes battue si longtemps.

J’ai lu les dix points de Madame Radjavi pour des bases démocratiques, non nucléaires et un suffrage universel en Iran. Ces dix points et cette loi, un pouvoir judiciaire indépendant, l’égalité des sexes et l’élimination de toute forme de discrimination. Comment ceci ne serait-il pas bien ? Bien sûr que cela l’est. Et le gouvernement britannique doit faire pression pour que ces mesures ne soient mises en œuvre et pas écartées à cause de l’accord sur le nucléaire.

Par ailleurs, quand est-il des pauvres habitants, les réfugiés du camp Liberty, qui ont peur d’une autre attaque, alors que ces soi-disant membres de la famille rentrent sur le territoire ? Et les véritables membres des familles sont eux persécutés et harcelés en Iran. Le gouvernement britannique en coopération avec les États-Unis et l’Union européenne doit faire quelque chose.

Premièrement, l’UNHCR doit déclarer le camp Liberty comme un camp de réfugiés à proprement dit, sous la surveillance des Nations-Unies et définir les résidents comme réfugiés politiques.

Deuxièmement, le gouvernement irakien doit relever de ses fonctions, du comité en charge de la sécurité du camp, toute personne qui a des liens connus avec l’Iran et ce régime.

Troisièmement, une délégation d’avocats et de parlementaires européens, américains et arabes doit être autorisée à se rendre dans le camp Liberty et faire leur propre rapport.

Quatrièmement, le Conseil de Sécurité des Nations-Unies doit effectuer une enquête indépendante sur ces sept attaques et juger les responsables.

Les textes sacrés chrétiens et juifs ont un Dieu qui est fermement attaché à la justice. Le prophète Michée a dit : « Que veut le Seigneur de plus que la justice, l’amour du pardon et de marcher humblement avec votre Dieu ? » Faire la justice, l’amour du pardon et marcher humblement au côté de votre Dieu. Notre but ne devrait être rien de moins.

Merci.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe