vendredi, avril 19, 2024
AccueilActualitésRéactions hostiles de l'Iran à la conférence de Paris sur le Daech

Réactions hostiles de l’Iran à la conférence de Paris sur le Daech

CNRI – Le refus de la communauté internationale à la participation du régime iranien à la conférence de Paris sur le Daech a provoqué la colère des autorités en Iran.

 Les États-Unis et la plupart des États ont indiqué que la présence de l’Iran dans la coalition internationale contre le groupe terroriste Daech n’était pas convenable vu l’étroite collaboration de Téhéran avec la dictature syrienne et son implication dans la promotion des groupes terroristes dans la région.

Téhéran étant la source du problème dans la région, ne pourrait être associé à la solution, estiment la plupart des acteurs de la région.

Ali Chamkhani, le secrétaire du Conseil de sécurité nationale du régime a exprimé sa déception, indiquant que c’est une initiative « déviante, suspecte et opaque ». Il a estimé qu’elle est un prélude pour attaquer « le gouvernement légal de Syrie ».

Ali Laridjani, le président du Parlement des mollahs a pour sa part menacé le 13 septembre: « Attaquer la Syrie mettra le feu à la région ». S’adressant aux occidentaux il a déclaré: « Daech est un groupe limité, mais par vos actions vous aidez à son expansion ».

Concernant une attaque terrestre contre le Daech, il a ajouté: « l’Amérique doit savoir que ses alliés dans la coalition ont eux-mêmes besoin d’être protégés et il ne peut pas s’appuyer sur eux dans ce but ».

Le régime iranien avait une première fois été exclu d’une autre réunion internationale, le 11 septembre à Jeddah, en présence du secrétaire d’État américain et de 10 autres pays de la région.

Cette exclusion embarrassante pour Téhéran a fait la manchette des médias iraniens qui ont étalé la fureur des autorités avec des titres tels que : « Alliance de l’Amérique avec les soutiens à Daech » , « Renforcement du terrorisme sous couvert d’endiguer le Daech » , « Une coalition sous prétexte de Daech pour assouvir des saoudiens » , « Ils veulent attaquer la Syrie par la fenêtre de Daech » (…)