samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafObama doit attaquer le nouveau dictateur d'Irak

Obama doit attaquer le nouveau dictateur d’Irak

Par Lord Tony Clarke

THE INDEPENDENT (blog) – 24 juin – Peu pouvait s’y attendre. Le premier ministre irakien Nouri al-Maliki, autrefois le favori des administrations américaines bi-partisanes, semble aujourd’hui englouti dans les bouleversements intérieurs tandis que le Printemps arabe ne montre pas de signe de faiblesse en Irak.

Mais plutôt que de choisir de démissionner respectueusement du pouvoir comme en Tunisie et en Égypte, al-Maliki semble avoir pris sa décision de maintenir une prise ferme sur son pouvoir, en usant de la force meurtrière à l’instar de ses camarades dictateurs en Libye et en Syrie.

Désormais plus en mesure de tolérer les manifestations hebdomadaires des Irakiens sur la Place al-Tahrir dans le centre de Bagdad, et avec des arrestations massives qui échouent à mater la fureur de la population face à la corruption et au manque des services basiques, al-Maliki a envoyé en début de ce mois-ci ses voyous sous le couvert de simples sympathisants du gouvernement attaquer brutalement les manifestants qui demandent la démission de son gouvernement.

Iyad Allawi, un ancien premier ministre irakien et le dirigeant de facto du mouvement de l’opposition, a récemment lancé une stupéfiante attaque télévisée contre al-Maliki, l’accusant de mettre en place une nouvelle dictature en Irak et de devoir sa place de premier ministre aux dirigeants théocratiques d’Iran.

L’Iran a clairement une grande influence sur le premier ministre irakien et dirige une armée fantôme virtuelle en Irak responsable de la plupart des attaques contre les forces de la Coalition.

Le Secrétaire d’État à la Défense américain Robert Gates a déclaré ce weekend-end que ce sont les extrémistes chiites et non les terroristes d’Al Qaida qui sont à blâmer pour le plus grand nombre des récentes morts militaires américaines en Irak, et qu’ils sont « clairement fournis en armes assez sophistiquées et puissantes » par l’Iran.
Une zone de la nette intrusion iranienne en Irak se trouve dans le camp d’Achraf, un camp de réfugiés pour 3400 membres de la principale force d’opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidines du Peuple d’Iran (OMPI), qui a récemment connu une attaque meurtrière des forces d’al-Maliki, sur l’injonction de Téhéran.

Les membres de l’OMPI à Achraf, qui épousent une interprétation tolérante et démocratique de l’Islam et appellent à un changement démocratique du régime en Iran, sont le pire cauchemar des mollahs. Plus récemment, ils ont encouragé des millions de personnes en Iran à organiser des manifestations anti-gouvernementales.

Le 8 avril dernier, plusieurs milliers de forces armées irakiennes ont lancé un grand raid militaire contre le camp de réfugiés, tuant 36 hommes et femmes sans armes et sans défense et blessant des centaines d’autres. Plusieurs douzaines de résidents ont été délibérément écrasés par des véhicules militaires dans une attaque décrite par le Sénateur John Kerry, Président de la Commission sénatoriale des affaires étrangères américaine, comme un « massacre ».

Malgré une condamnation internationale massive, y compris de la part de la responsable des droits de l’homme aux Nations Unies et du Département d’État américain, aucune action significative n’a encore été entreprise afin d’empêcher d’autres attaques similaires.
Le 18 juin dernier, cent mille Iraniens de par le monde se sont rassemblés à Paris pour demander à l’ONU la protection des résidents d’Achraf et pour mettre en garde contre le plan du gouvernement irakien de déplacer les résidents en Irak, ce qui serait clairement un prélude à leur massacre.

L’ancien maire de la ville de New York Rudy Giuliani qui s’exprimait lors du rassemblement a appelé assez justement l’ONU à installer une équipe permanente d’observation dans le camp et les États-Unis à déployer une petite force de protection pour cette équipe. Cette action simple pourrait facilement empêcher les forces irakiennes de mener d’autres brutales attaques contre les résidents.

M. Obama sera regardé maintenant et par les générations futures comme le président américain qui a permis à l’Irak de glisser de la démocratie vers les griffes du régime fondamentaliste iranien, à moins qu’il n’agisse rapidement pour mettre fin à l’intrusion inacceptable de l’Iran en Irak. Il doit mettre en garde al-Maliki qu’aucune infraction à la législation internationale dans le camp d’Achraf pour chercher à se faire bien voir des mollahs iraniens ne serait tolérée par les États-Unis ou leurs alliés. Il doit également ordonner au Département d’État de mettre en suspens son plan de relocaliser les résidents en Irak et, au lieu de cela, solliciter officiellement auprès de l’ONU d’installer une équipe permanente d’observation à Achraf sous la protection militaire américaine.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe